Andréa Lindsay : Un spectacle qui fait du bien

Par Production Accès
Andréa Lindsay : Un spectacle qui fait du bien

Entre le jazz et la java

Dyane Bouthillette

 

Accompagnée par ses trois musiciens, Andréa Lindsay captivera le cœur de son public au théâtre du Marais, à Val-Morin, le 16 février dès 20h. Avec son spectacle « Entre le jazz et la java », la chanteuse promet des moments riches en plaisir et en détente.

 

Lorsque l’on demande Andréa Lindsay de définir l’essence de son spectacle, elle met l’accent sur l’ambiance de plaisir et de complicité régnant entre le public, ses instrumentistes et elle-même. « Mes musiciens sont des gars très talentueux, mais aussi très drôles. Ce sont des jazzmen de haut niveau. Je suis très chanceuse. On s’amuse beaucoup sur scène et le public voit qu’on s’aime bien. Il y a aussi de la légèreté, affirme la chanteuse. Le plus grand compliment que je reçois, c’est quand on me dit que c’est un spectacle qui fait du bien. »

Bercée par le jazz

En tournée depuis février 2017, « Entre le jazz et la java » est un spectacle bien rodé présentant des chansons du premier album d’Andréa Lindsay. « Je chante aussi des chansons originales de mes albums précédents, mais elles sont un peu plus jazzifiées », précise la chanteuse.
Pour Andréa, le jazz est une musique reposante. « C’est quelque chose qui me berce. C’est comme du bonbon pour moi », dit-elle.

Afin d’exprimer son admiration pour Serge Gainsbourg, Diane Tell, Michel Rivard et plusieurs autres, Andréa rendra un bel hommage à ces grands auteurs-compositeurs-interprètes durant cette soirée du 16 février. « C’est comme mettre des manteaux de luxe. Ça me correspond. J’aime les textes et les mélodies », souligne-t-elle.

Les critiques élogieuses ainsi que le Félix remporté dans la catégorie album jazz de l’année témoignent de la qualité du style et de l’immense talent d’Andréa Lyndsay.

Amoureuse de la langue française

Native de Guelph, une ville située au sud-ouest de l’Ontario, Andréa est une grande amoureuse de la culture francophone. Elle affirme avoir été séduite par la poésie et la complexité de la langue de Molière lors de son séjour en France, à l’âge de 18 ans. « Pour moi, c’est une langue très vivante et vibrante », déclare-t-elle.

Comme pour la musique, Andréa Lindsay dit aimer profondément la francophonie. « Toute petite, mes deux sœurs et moi voulions parler le français. On trouvait ça chouette. On regardait Passe-Partout, mais on ne comprenait pas, a-t-elle confié, en ajoutant qu’elles espéraient bien finir par apprendre. La volonté était là. »

Sous le charme des Laurentides

Charmé par la beauté de la nature des Laurentides, Andréa Lindsay se dit heureuse d’y venir et qu’il s’agit de l’un de ses endroits préférés au Québec. « J’adore les Laurentides. Il y a un côté typique, les arbres, l’espace. On respire et ça fait du bien », de conclure Andréa.

Pour info : www.theatredumarais.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de