Annie Cantin choisie pour l’œuvre d’art public

Par Simon Cordeau
Annie Cantin choisie pour l’œuvre d’art public
Les œuvres d’Annie Cantin sont visibles dans différents lieux publics au Québec. (Photo : René Rioux)

C’est une sculpture de verre d’Annie Cantin, artiste de Saint-Adolphe-d’Howard, qui ornera le Centre sportif Pays-d’en-Haut.

« C’était un gros concours auquel j’étais fière de participer. Et de gagner! En ce moment, je suis sur une vague, ça va bien. Des fois, la vie artistique est houleuse. Mais là, je suis très heureuse, surtout que c’est dans ma communauté. Les gens vont avoir accès à mon œuvre dans leur quotidien », se réjouit Mme Cantin en entrevue téléphonique.

Un art heureux et ludique

Les œuvres d’Annie Cantin sont féériques et lumineuses. En combinant le verre à du bois et du métal, elle crée des formes à la fois uniques et familières. « Le verre est une matière naturellement ronde et organique. Je m’inspire vraiment de la nature, de la manière dont elle s’organise dans ses cycles. En vivant dans les Laurentides, à proximité de la nature, j’arrive à me réinviter dans mon langage visuel, à avoir accès à des nouvelles idées. La nature me parle, ça s’installe en moi, et ça se transforme en sculpture. »

Le nombre d’or, cette proportion qui symbolise l’harmonie et qui se retrouve autant dans l’art que dans la nature, guide égale-ment beaucoup de ses œuvres.

Personnellement, ce sont les couleurs vibrantes et variées qui m’émeuvent le plus. « C’est mon accent, ma signature! Je veux un art heureux, ludique », explique l’artiste. Elle aime aussi les miroirs et le jeu des reflets. « Quand les gens viennent voir mes œuvres, ils peuvent se voir dedans, ils deviennent eux-mêmes une partie de l’œuvre. J’aime ce contact avec le public. »

Politique du 1%

En vertu de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics, environ 1% du budget de construction du Centre sportif doit être alloué à la réalisation d’œuvres d’art qui seront intégrées au bâtiment.

En octobre 2020, un comité de représentants du ministère de la Culture et de la MRC est formé pour sélectionner un artiste. Parmi une banque de 300 artistes à travers le Québec, 30 sont présélectionnés. Fin novembre, une autre rencontre réduit ce nombre à 4 artistes, dont 2 de la région des Laurentides. Annie Cantin est parmi eux. Elle a alors 4 mois pour préparer une maquette qu’elle présente en avril. Le 8 juin, c’est son œuvre qu’on choisit.

La maquette et le nom de l’œuvre seront dévoilés plus tard dans le processus. Cependant, on sait déjà que la sculpture de Mme Cantin occupera le grand mur du hall central, où se situe l’escalier menant au second niveau du bâtiment.

« Tout le monde doit passer par là, alors donnons la place à l’art. On voulait sensibiliser et démystifier l’art aux citoyens, surtout pour ceux qui, peut-être, ne sont pas aussi habitués à rencontrer l’art », explique Philippe Laplante, agent de développement culturel et touristique de la MRC des Pays-d’en-Haut.

l’œuvre d’art public
Photo : René Rioux
Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments