Retrouver le plaisir dans le sport

Par Marie-Catherine Goudreau
Retrouver le plaisir dans le sport
(Photo : Dan Cooper)

Annulation du Iron Man du Mont Tremblant

Myrianne Côté est une athlète et entraîneuse de triathlon qui réside à Tremblant depuis 2008. Elle nous explique la réaction de ses triathlètes et la sienne face à l’annulation de plusieurs épreuves pour lesquelles la plupart s’entrainaient depuis des mois, voir des années.

 

Son histoire

C’est en participant au Iron Man du Mont-Tremblant en tant que bénévole qu’elle a découvert une passion pour le triathlon qu’elle pratique depuis 2012. Après 8 mois d’entrainement et de discipline, elle s’est qualifiée en 2013 pour les championnats mondiaux qui avaient lieu à Las Vegas. Selon elle, la première année d’entraînement est la plus difficile et celle qui comporte le plus de défis, mais elle s’est tout de même retrouvée 8 semaines plus tard, aux côtés des meilleurs athlètes du monde en triathlon. Depuis ce temps, Myrianne a complété 6 championnats du monde, parcourant des trajets allant de l’Australie à l’Afrique du Sud. Elle trouve un équilibre en se concentrant sur seulement une ou deux compétitions par année, mais en y donnant tout dans le but de se qualifier aux championnats du monde. C’est pourquoi l’annonce de l’annulation de l’épreuve qui avait lieu en Nouvelle-Zélande cet automne l’a grandement déçue, mais elle reste optimiste et continue d’entraîner ses athlètes.

 

Maintenir la motivation

Avec Tri Connexion et son équipe, elle entraîne en triathlon plus de 70 personnes, certaines en sont à leurs premiers entraînements alors que d’autres ont quelques années d’expérience. Selon elle, un athlète qui est plus mûre ou mature, par le fait qu’il a déjà vécu des expériences de compétition, sera en mesure de mieux gérer la situation, car il sait qu’il y aura d’autres évènements. « C’est un peu moins motivant de s’entraîner avec la même ardeur, car on a toujours un objectif derrière la tête. Dans mon cas, j’ai confiance que je vais en vivre d’autres et c’est ce rêve qui me permet de pouvoir continuer à maintenir ces habitudes », explique-t-elle.

Renouer avec les bases

Certains de ses athlètes ont besoin d’une date, d’un objectif et c’est ce qui les aide dans leur motivation : « Ne pas avoir de date précise, c’est quelque chose qui les déséquilibre, ils n’ont plus de points de repère et c’est plus difficile pour eux de maintenir une motivation élevée. » Pour les aider à affronter cette situation, Myrianne les guide à renouer avec les bases du sport, avec le plaisir qui vient avec l’entraînement, et pas seulement avec l’évènement. Pour elle, le processus pour s’y rendre est l’étape la plus gratifiante et c’est ce qu’elle souhaite faire réaliser à ses triathlètes. Par exemple, elle les invite à se concentrer sur un objectif spécifique, comme établir un record en âge, améliorer une des trois disciplines ou guérir une blessure.

Enfin, sur la page Facebook de Tri Connexion, on peut y retrouver des entraînements et des entrevues avec des spécialistes, nutritionnistes et athlètes. Depuis le début de la pandémie, ils sont restés présents sur les réseaux sociaux et ont organisé plusieurs évènements à distance pour continuer à encourager les triathlètes.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments