Avenue Aubry : Une construction imminente inquiète et frustre

Par Ève Ménard (journaliste de l'initiative locale)
Avenue Aubry : Une construction imminente inquiète et frustre

Véronique Boissonneault habite sur l’avenue Aubry à Saint-Sauveur depuis 2 ans. Avant d’emménager en 2018, elle avait entrepris des démarches à savoir s’il y avait des chances qu’éventuellement, quelque chose se construise sur le terrain laissé vacant devant sa demeure, des démarches qu’avait aussi entreprises sa voisine en 2015. « La Ville nous avait toutes les deux assurées que sur ce terrain-là, on ne pouvait simplement pas construire », spécifie-t-elle.

 

Or, le 4 juin dernier, Véronique souligne qu’une pancarte a été installée sur le terrain; une maison de type duplex y serait construite bientôt. Depuis, elle communique régulièrement avec la Ville afin d’avoir des détails. Le 11 juin dernier, elle a envoyé une demande officielle d’accès à l’information en plus de publier une pétition en ligne contre le projet de construction. Puis, le 15 juin, elle envoyait une mise en demeure demandant 30 jours avant d’entreprendre d’autres démarches.

Des attraits bouleversés

« Ce qui me frustre beaucoup beaucoup, c’est le mensonge municipal », déplore la citoyenne de Saint-Sauveur qui soutient que le service d’urbanisme, la courtière et le vendeur lui avaient assuré que « la topographie du terrain ne permettait pas la construction d’aucun bâtiment » et que donc, elle n’avait pas à s’inquiéter. « Et maintenant, deux ans plus tard, après avoir dépensé plusieurs milliers de dollars et beaucoup d’énergie sur ma maison, il y a cette pancarte qui apparaît. » Véronique Boissonneault soutient qu’elle possède des « preuves irréfutables » que la Ville a menti au sujet du terrain.

Elle indique avoir surtout choisi d’emménager sur l’avenue Aubry en raison du paysage et de la tranquillité. Or, ce projet vient bouleverser grandement les raisons qui l’ont attirée ici. « On choisit nos milieux de vie et on nous les transforme. Il y a beaucoup de signataires qui soulignent le fait que Saint-Sauveur est en train de perdre son cachet. On construit de grosses propriétés et ça ressemble de plus en plus à une banlieue. » La citoyenne partage ce même point de vue, elle qui mentionne que la Ville est en train de perdre de sa valeur. « Ils font de l’argent présentement parce que ça leur fait plus de citoyens qui payent leurs taxes. Mais au final, il n’y a plus personne qui voudra venir ici parce que ça n’aura plus le cachet et l’accès à la nature qui étaient initialement les raisons pour lesquelles les gens choisissaient de venir ici. »

Plusieurs personnes se joignent à sa cause alors que la pétition en ligne avait 351 signataires en date du 6 juillet. De plus, une autre pétition papier circule aussi portant le grand total à environ 400 signatures.

Une collaboration difficile

Depuis plusieurs jours, Véronique Boissonneault raconte aussi essayer d’entrer directement en contact avec le maire de Saint-Sauveur afin de le rencontrer. « On refuse de me donner un rendez-vous avec le maire afin que je lui dépose la pétition en mains propres. Ils m’ont répondu qu’ils traitaient les dossiers prioritaires d’abord », explique-t-elle. « Et moi, je trouve qu’il est prioritaire parce que la construction est imminente. Ils collaborent zéro », ajoute-t-elle.

En date du 6 juillet, la seule nouvelle que Véronique avait reçue par rapport à ses démarches est qu’une experte en sinistre de la Ville est entrée en contact avec elle le 2 juillet dernier pour recueillir sa version des faits. Ce retour lui laisse présager que la Ville souhaite peut-être négocier un dédommagement, ce qui n’est pas l’issue qu’elle souhaite. « Je ne veux pas de l’argent », affirme-t-elle. « Présentement, ils veulent développer Saint-Sauveur et c’est correcte, mais est-ce qu’on peut le faire dans le respect et dans l’esprit du patrimoine de la ville? », se questionne la citoyenne.

« Tout semble conforme »

« C’est un projet d’une bâtisse semi-détachée qui est conforme au règlement du zonage », a pour sa part affirmé le directeur général de la Ville, Jean Beaulieu, sur le sujet. « C’est certain que je ne peux pas aller trop loin parce qu’il y a des citoyens qui nous ont déposé une mise en demeure par rapport au projet, donc ce dossier-là est directement transféré à nos assurances », a-t-il spécifié. Monsieur Jacques Gariépy, maire de Saint-Sauveur, souligne de son côté qu’il y a « un projet qui a été déposé et jusqu’à présent, il suit son cours. »

« Le permis n’est pas encore émis, mais il est en voie de l’être parce que tout semble conforme à la réglementation municipale », soulignait Jean Beaulieu en date du 6 juillet, information qu’a confirmé Jonathan Chevrier, directeur adjoint au service d’urbanisme de la Ville de Saint-Sauveur. « La technicienne en est encore à l’évaluation de la conformité. […] Il y a toujours une deuxième vague de questions qui vient après la première évaluation du technicien. Donc elle est un peu là-dedans, à demander sa deuxième vague de questions », explique-t-il.

Le directeur adjoint spécifie qu’une fois le permis délivré, les travaux peuvent débuter à n’importe quel moment. « C’est vraiment le dernier élément qui autorise la construction ».

Des projets qui évoluent

Questionné à savoir pourquoi certains résidents se sont fait assurer dans le passé que rien ne serait construit sur le terrain, Jean Beaulieu indique qu’un règlement de zonage est évolutif et non statique. « Une ville évolue. Il y a souvent des modifications au zonage. Vous pourriez vous acheter un terrain aujourd’hui et me demander si vous pouvez construire dessus et dans deux ans, quand vous arriverez pour construire, ce que vous pensiez faire, vous n’aurez plus le droit de le faire », ajoute-t-il.

En ce qui à trait à la collaboration difficile que déplore Véronique et sa volonté de rencontrer le maire, Monsieur Beaulieu disait en entrevue vendredi dernier : « Habituellement, le maire répond à tous les téléphones, questions ou courriels qui lui sont envoyés. Il avait quelques jours de vacances cette semaine, donc en début de semaine prochaine, d’après-moi, il sera capable de répondre à toutes ces demandes-là. » De retour de vacances lundi le 6 juillet, le maire nous a affirmé qu’il souhaitait définitivement prendre contact avec la citoyenne. « Je vais communiquer avec Mme Boissonneault aujourd’hui. Nous devrions nous parler aujourd’hui. »

Partager cet article

6
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
J PainchaudALAIN DAVIAULTVéronique BoissonneaultMichel GagnonJean Marc Léonard Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jean Marc Léonard
Invité
Jean Marc Léonard

Chère madame Véronique, je suis natif de Saint-Sauveur, voir, au 20 rue St-Denis, fasse au clos de bois de Dagenais (ex Rona) et madame je peu vous dire que le dernier maire qui aimait réellement Saint-Sauveur, et respectait les résidents fut Georges Filion. Depuis madame, les maires qui ont suivie sont tous les mêmes,$$$. Mon nom: Jean Marc Léonard; maintenant à Québec, pogner avec un maire$$$. Il va falloir vous y faire madame, c’est partout pareil. Tu t’installe pour la belle vue, et puis, voilà qu’un investisseur qui n’a rien à voir avec l’environnement visuel, te bâtis un duplex en… Lire plus »

Michel Gagnon
Invité
Michel Gagnon

Derrière les condos du Clos du Faucon, la ville a permis la construction d’un bâtiment de 3 étages en ajout au Manoir de la Falaise, et ça n’a aucun sens tellement il est proche. Des personnes âgées qui ont loué à gros prix vont avoir une vue sur un mur de pierre ou bien directement dans les condos qui eux viennent de voir la valeur de leur investissement fondre ( mais pas leur évaluation municipale) A St-Sauveur , on apprend l’existence de projets….Quand tout est déjà bâclé. Comme l’achat du terrain pour une future école, où autour il ni a… Lire plus »

Véronique Boissonneault
Invité
Véronique Boissonneault

Ce n’est effectivement malheureusement qu’un cas parmi tant d’autres. On prend le temps de recueillir des informations à la source. Et la source modifie les informations par la suite! exprimez-vous à la ville. Je vous y encourage. Au plaisir

Véronique Boissonneault
Invité
Véronique Boissonneault

Merci Monsieur Léonard. Je suis surprise à quel point je recois de commentaires négatifs sur l’ administration municipale. Ca va bien au-dela du simple citoyen qui se réjouit de se plaindre à la moindre occasion. C’est inquiétant. je me permets de déposer la pétition en question, Au plaisirhttps://www.change.org/p/h%C3%B4tel-de-ville-de-saint-sauveur-p%C3%A9tition-pour-s-opposer-%C3%A0-la-construction-d-un-immeuble-dans-les-laurentides?recruiter=61833221&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_petition&utm_term=share_petition&recruited_by_id=d185f77a-5da5-4267-b82d-c11faa10087a&fbclid=IwAR1ECmYqa3Ikikuj_-S1l3ipFAn0nd1mvo9SyUdbadmcKycjoJp0RTK0eZk

ALAIN DAVIAULT
Invité
ALAIN DAVIAULT

En fait, nous assistons à ce que nous appelons la: Transparence. Tout ce passe à huit clos avec promesse. Le Maire présent n’aspire qu’à une chose, celle de voir son futur politique à nos frais. Un Maire que j’ai nommé depuis six ans le <>. Il est le meilleure Maire à l’allure sympathique qui en effet priorise ses dossiers. La population n’aime pas les gens d’opinions et elle se fait bercer par ce type de politicien qui ne cherche que les avantages pour lui.

J Painchaud
Invité
J Painchaud

La ville a fait la même chose sur l’avenue Filion avec la construction de près de 15 unités de condos sur un tout petit terrain dans une zone historique. Aucune collaboration du maire avec les citoyens mécontents! Le prochaine élection, les gens vont s’en souvenir.