Basket-ball scolaire : Changement de cap pour le géant Hugo Laprise-Lemay

par Luc Robert
Basket-ball scolaire : Changement de cap pour le géant Hugo Laprise-Lemay
Hugo Laprise-Lemay attire les recruteurs collégiaux de basket-ball. (Photo : Yannick Lemay)

L’attaquant de puissance Hugo Laprise-Lemay, de Sainte-Adèle, a brulé une nouvelle étape de sa jeune carrière de basketteur, en enfilant dorénavant le dossard des Élites de Brookhood, à Pierrefonds.

Cette formation juvénile AAA permet au colosse de mieux se préparer au basket collégial, qu’il joindra en septembre 2020.

« Plus d’une cinquantaine de joueurs se sont rapportés au camp d’entraînement, en septembre dernier. J’ai réussi à éviter les coupures et à me tailler une place parmi les quatorze basketteurs sélectionnés. Ça m’a vraiment fait une fleur de me joindre à ces joueurs d’élite, où est passé Chris Boucher, plus tard recruté par les Raptors de Toronto », a souligné avec fierté le joueur de 6’03’’ et de 175 livres.

L’athlète des Laurentides avoue qu’une adaptation a été nécessaire avec les Élites.

« J’ai dû faire ma place. Ça se bouscule rondement près de la clé. Je me frotte ici à des joueurs aussi corpulents que moi, presque des hommes. Plusieurs me connaissaient pour m’avoir affronté, mais disons qu’au début, ça faisait bizarre d’être un des deux seuls blancs dans la formation. J’ai vite franchi cette étape mentale et tous les gars sont devenus des bons copains ».

Vive l’autoroute

Au début de la saison 2019-2020, Laprise-Lemay se sentait nostalgique de quitter les Carcajous de l’École secondaire A. N. Morin.

« Je m’ennuyais des copains de jeu, mais j’étudie encore à A. N. Morin le jour. Le plus difficile, c’est le transport vers l’ouest de Montréal, à raison de 3 à 4 fois par semaine. Au moins, en me frottant à des gaillards plus forts que moi, j’ai rapidement pu améliorer ma mobilité et mon jeu défensif ».

En se déplaçant vers le grand Montréal, il bénéficie aussi d’une plus grande visibilité auprès des cégeps.

« Trois formations collégiales de division 2 se sont informées de mes intentions pour la prochaine saison : soit les Cégeps de Brébeuf, Ahuntsic et Lionel-Groulx. C’est certain que Sainte-Thérèse est plus proche que les deux autres (il a été invité à un de leurs entrainements), mais c’est le jumelage sport-études qui va m’attirer. J’aimerais étudier en éducation spécialisée. Mais à Ahuntsic, si je pro-gresse dans la division 2, je pourrais ensuite être surclassé dans la division 1, un autre aspect qui m’intéresse. Il y a aussi un recruteur de Brébeuf qui me texte régulièrement. On verra bien ».

« Je n’ai rien contre le calibre scolaire des Carcajoux, ou celui du Révolution des Laurentides, mais j’ai eu la chance de développer mes outils dans un calibre plus élevé et j’ai favorisé cette avenue cet hiver, même si j’ai quitté à contrecœur de bons amis ».

Le géant ne rate pas une compétition où il pourra encore ajouter de l’expérience à son bagage.

« Je veux retourner au tournoi de Boston, tout comme les tournois élites dont nous disposons ici. Il m’arrive les fins de semaine de participer à des tournois hors-concours contre des éléments collégiaux. De cette façon, je sais à l’avance à quoi ça ressemblera, en 2020-2021, contre les meilleurs joueurs des cégeps».

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Julie tremblay Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Julie tremblay
Invité
Julie tremblay

Bravo Hugo, tu es le meilleur, tu vas aller loin…