Baumier : Un nouveau bar à vin s’installe à Piedmont

Par Marie-Catherine Goudreau (initiative de journalisme local)
Baumier : Un nouveau bar à vin s’installe à Piedmont
Nicolas Quinto et Arianne Faucher sont les propriétaires du bar à vin Baumier. (Photo : Sara Farquharson)

Malgré la pandémie, le secteur de la restauration bouge dans les Pays-d’en-Haut. Alors que certains restaurants sont contraints à fermer leurs portes, d’autres ont plutôt choisi de les ouvrir. C’est le cas de Baumier, un nouveau bar à vin qui ouvre le 9 décembre à Piedmont.

Nicolas Quinto est sommelier et Arianne Faucher est cheffe. Ils ont joint leurs talents respectifs pour offrir à la région une expérience qu’on ne trouve peu ou pas dans les Laurentides.

Situé sur le chemin Avila, aux limites de Saint-Sauveur et Piedmont, Baumier est un projet en développement depuis un an par les deux jeunes entrepreneurs. « Baumier (comme le sapin), c’est pour mettre notre région de l’avant. C’est pour faire ressortir l’aspect boréal des Laurentides », explique Nicolas Quinto, qui était auparavant sommelier au restaurant La Belle Histoire à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

À leur façon

Du haut de ses 26 ans, Arianne Faucher a concocté le menu de A à Z, avec l’aide de son acolyte Roxanne. La cheffe travaillait au restaurant l’Épicurieux à Val-David. C’est d’ailleurs à cet endroit qu’elle a rencontré Nicolas, il y a quatre ans. « Je suis arrivée à l’Épicurieux au jour 2, comme j’aime le dire. Au départ, j’étais censée être serveuse et je me cherchais un travail pour payer mes études en gestion de la restauration. Mais les choses ont fait en sorte que j’ai été un peu obligée d’aller en cuisine parce que j’avais un bon CV dans le domaine. Finalement, je suis tombée en amour avec la cuisine », raconte-t-elle.

Baumier vous propose aussi un menu fait à partir de produits locaux.

Le fameux local

Pour sa part, Nicolas avait toujours rêvé d’avoir son bar à vin dans les Laurentides, plus précisément dans ce local qui appartenait auparavant au café bistro Le Gusto. Ce dernier déménagera prochainement à Saint-Adolphe-d’Howard. « Je me suis toujours projeté dans ce local. Je me disais que je verrais bien un bar à vin là. Je crois aussi que Saint-Sauveur a besoin de modernité et d’espaces comme nous », souligne-t-il.

« La plus belle histoire dans tout ça, c’est que quand Nicolas et moi nous sommes rencontrés pour la première fois pour parler du projet, c’était dans le local du Gusto. Nico m’a dit : « Arianne, j’ai besoin de te parler de quelque chose ». Il m’a donné rendez-vous là, sans savoir que ce serait notre futur local », se souvient-elle avec joie.

Courage

Mais ouvrir en temps de pandémie, il faut être courageux, non ? « C’est le mot qui revient tout le temps ! s’exclame Nicolas. Oui, en effet, on l’est. Mais on le fait en sachant les risques. Je crois que la demande sera là, malgré tout. Déjà, on voit qu’il y a un engouement pour ce type d’endroit pour les jeunes de notre génération. »

Tous les deux ne se disent pas particulièrement stressés par l’ouverture imminente. Ils sont plutôt soulagés qu’enfin, leur projet prend vie. « Maintenant, on embarque dans la partie que l’on connaît plus et avec laquelle on est familiers. Les rénovations, c’était autre chose ! », explique Arianne.

Bien des choses ont bouleversé leur plan cette année : un changement de local, le désistement de deux de leurs associés, le report de l’ouverture au mois de décembre, des rénovations plus intenses que prévues. Malgré tout, Nicolas et Arianne ont très hâte de faire découvrir leurs vins et leurs plats cuisinés avec des aliments locaux et de la saison.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Foucreau Francoise
Foucreau Francoise
3 mois

J’ai hâte de vous découvrir envoyé moi le mot d’ouverture pour que l’on vou encourage