Belles perspectives d’avenir pour les Pays-d’en-Haut

Par Eric-Olivier Dallard

Un simple coup d’œil sur les statistiques régionales nous permet de réinventer les «belles histoires des Pays-d’en-Haut» de Claude-Henri Grignon. Emploi, démographie, développement: c’est la région coup de cœur des Laurentides.

Selon les plus récentes données statistiques, la MRC des Pays-d’en-Haut présente en effet des disparités importantes en sa faveur, que ce soit en matière d’emploi ou de démographie. Même si la MRC Thérèse-de-Blainville, qui connaît un essor fulgurant depuis les cinq dernières années, la suit de près, globalement, c’est dans les Pays-d’en-Haut qu’on vit le mieux. En 2006, seulement 5,2% des résidents des Pays-d’en-Haut se prévalait de l’assurance-emploi, comparativement à 11,5% dans les MRC d’Antoine-Labelle et d’Ar­genteuil, cette dernière région étant représentée par le ministre du Travail, David Whissel. À Thérèse-de-Blainville, les chiffres sont éloquents. L’assurance-emploi est une mesure à peine utilisée (3%). Les deux MRC se font aussi la concurrence quand on compare la valeur foncière moyenne des résidences unifamiliales de l’une et l’autre (plus de 220 000$ dans les Pays-d’en-Haut contre 218 73$ à Thérèse-de-Blainville). Plus au nord, cette valeur chute à 97 986$ (MRC des Laurentides). On aura compris que les luxueux condos de Tremblant sont exclus de ces données. En matière de revenus d’emploi, là encore, les deux MRC se font la lutte, avec des revenus moyens de plus de 40 000$ pour les Pays-d’en-Haut, soit 7 000$ de moins que sa concurrente immédiate. Là encore, on constate que la région plus au nord est nettement désavantagée. Les revenus moyens de la population de la MRC d’Antoine-Labelle ne font pas même 30 000$ (29,000$ pour être plus exact). À noter que ces données d’emploi datent de 2004. Même si des fluctuations ont pu modifier quelque peu ces chiffres, la courbe entre les régions est sans doute demeurée la même qu’il y a trois ans, compte tenu de la crise forestière qui prévaut, une problématique qui dégrade considérablement les perspectives d’emplois des résidents nordiques. En matière de démographie, c’est la MRC de Mirabel qui obtient la palme, avec 43,3% d’augmentation de population entre 2001 et 2026. Les Pays-d’en-Haut suivent de près avec trois dixième de point de moins. Les régions d’Argenteuil et d’Antoine-Labelle se classent bonnes dernières, avec respectivement 11 et 11,9% de croissance démographique sur 25 ans.

Un bémol

En matière de développement, la MRC Thérèse-de-Blainville surpasse toutes les régions. En 2006, la valeur totale de permis de bâtir y était de 374 524 M$, devançant la MRC Rivière-du-Nord de plus de 125 millions de dollars (243 369 M$). Les Pays-d’en-Haut se situent à mi-chemin, avec 167 755 M$, suivi de la MRC des Lau­ren­tides (143 M$). Antoine-Labelle et Argenteuil arrivent une fois de plus en queue de peloton, avec moins de 75 M$ d’investissements en ce sens (72 898 M$ et 60 290 M$).

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de