Bilan de santé des endroits touristiques de la région

Par Journal Accès
Bilan de santé des endroits touristiques de la région

La saison de ski à l’eau?

Avec un début d’hiver, disons-le, plutôt catastrophique, on pourrait s’attendre à ce qu’un bon nombre de stations ou de villes touristiques laurentiennes affiche un désespoir des plus marqués… Qu’en est-il réellement? Investigation.

Sainte-Adèle

Bien que Sainte-Adèle peut s’enorgueillir d’avoir un peu plus de neige qu’à Saint-Jérôme, il ne reste pas moins que les sentiers de ski de fonds étaient impraticables le mercredi 10 janvier dernier et les patinoires désespérément vides. Les gamins que l’on est habitué à voir s’épancher dans la neige ont plutôt opté pour le ballon en ce début d’année.

Pour le directeur général de la Ville de Sainte-Adèle, Alain Mongeau, l’organisation municipale est en train d’évaluer toutes les options sur la table, dont celle de la neige artificielle, pour offrir à ses skieurs mineurs la possibilité de dévaler la pente 40/80. Et cette dernière pourrait même ouvrir ses portes si la ville parvenait à mettre la main sur la machinerie susceptible de concevoir ces cristaux blancs que Dame nature a préféré conserver pour elle.

En recherche active depuis les Fêtes, le directeur général ne cache pas sa difficulté à en dénîcher une: «Je n’avais encore jamais vu un hiver sans neige, confie-t-il. Nous n’avons besoin que d’une vingtaine de centimètres pour que la pente devienne fonctionnelle. S’il ne neige pas ou si nous n’arrivons pas à trouver la machinerie adéquate, nous devrons rembourser les 250 élèves de l’école de ski.»

Actuellement, tout est sujet à annulation à Sainte-Adèle, tels que le Festival d’hiver, la course de chevaux et l’accès au lac.

Station Mont-Tremblant

L’optimiste règne à station Mont-Tremblant puisque la neige artificielle parvient à remplir le manque à gagner. Le taux d’occupation, selon le directeur des communications, Benoît Deshaies, est même supérieur qu’à la normale. De plus, le 1er janvier 2007 s’est même inscrit sous le signe du record d’influence depuis les 10 dernières années.
«La situation dans les Cantons de l’Est est catastrophique, explique M. Deshaies. «Voilà pourquoi, Mont-Tremblant bénéficie d’un tel achalandage. Nous enregistrons les ventes que nous avions prévues.»

Malgré les chiffres confidentiels, il a été possible de savoir qu’un tiers des skieurs de Mont-Tremblant était de passage pour au moins une nuit, un autre tiers pour la journée tandis que le dernier tiers bénéficient de passes de saison.

Au moment de l’entrevue téléphonique avec M. Deshaies, nous apprenions que 51 pistes étaient ouvertes. Ce chiffre devrait augmenter à 64 d’ici cette fin de semaine. Pour ce qui est de la totalité des pistes ouvertes, Station Mont-Tremblant prévoit être pleinement fonctionnel dans sept, voire 15 jours.

Ville de Saint-Sauveur

Le peu de neige a eu des impacts positifs pour la Ville de Saint-Sauveur qui a vu ses sentiers en forêt pris d’assaut durant la période des fêtes. Bien qu’il fut impossible de se promener en raquettes, les gens se sont tournés vers les randonnées pédestres: «Durant le temps des fêtes, je me suis beaucoup promené au centre du village de Saint-Sauveur. Les rues étaient achalandées et les sentiers fréquentés par des centaines de marcheurs», souligne pour sa part, le directeur général de la Ville de Saint-Sauveur, Jean Beaulieu.

Station Mont Saint-Sauveur
À station Mont Saint-Sauveur, on ne nie pas l’impact de la douceur de l’hiver, mais on garde un optimisme à toute épreuve. La saison n’étant pas close, l’hiver peut toujours revenir en force, tel semble être l’apanage de Station Mont Saint-Sauveur. Après avoir vécu des moments difficiles avant Noël, le temps des fêtes s’est rapidement déroulé sous le sigle du grand V: «Nous avons eu une merveilleuse période durant le congé de Noël, relate le directeur des communications de Station Mont Saint-Sauveur, Frédéric Belval. Cependant, il m’est impossible de me prononcer à l’heure actuelle sur les finalités de la saison de ski. N’oublions pas que nous fermons seulement à la mi-mai et que d’ici là, tout peut changer.»

Bien qu’il fut impossible de ne pas s’interroger sur la fermeture annoncée dernièrement des monts Gabriel, Morin Heights et Olympia les lundis et mardis, les causes évoquées par Mont Saint-Sauveur semblent a priori compréhensibles: «Nous avons décidé de fermer ces trois stations afin de rassembler notre clientèle. Les gens ne skient pas les lundis et mardis. Ils travaillent ou leurs enfants vont à l’école», explique M. Belval.

S’agit-il d’une fermeture temporaire?

Probablement puisque si la neige refait surface, on nous affirme que ces stations pourraient rouvrir leurs pistes.

Qu’on se le tienne pour dit! Telle la météo, les raisons sont parfois multifactorielles pour expliquer les revirements de situation.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de