Bistro urbain O’Fine

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval
foodies
Louis Desjardins et Pascal Le Monnier, « O’Fins » complices! Photo : Martine Laval

Fine cuisine pour palais gourmands

Situé au centre-ville de Saint-Jérôme, au cœur de l’action, collé sur le Quartier des Arts et du Savoir, entre université et cégep, le Bistro urbain O’Fine offre cette diversité qui plaît aussi bien à la clientèle d’affaires qu’aux étudiants et aux fines bouches à la recherche d’une cuisine traditionnelle française réconfortante.

Ambiance sympathique, sans prétention et chaleureuse, on s’y concentre sur le bon goût et la diversité des saveurs.

Heureuse association

O’Fine, c’est l’heureuse association de Louis Desjardins du Spago de Sainte-Adèle et de Pascal Le Monnier, chef pendant 16 ans de La Bohême de Saint-Sauveur, une institution en restauration avec presque 40 ans d’existence. Le résultat : une combinaison de fine cuisine française traditionnelle et de recettes créatives tendance, expérience savoureuse pour les fines bouches, les bonnes fourchettes, les palais gourmands.

Mets savoureux, portefeuille heureux

Pour Pascal, chef saucier, les mets traditionnels et réconfortants de la cuisine française sont incontournables sur son menu : boudin noir grillé, foie de veau au vinaigre de framboises, rognons dijonnaise, cervelle de veau à la grenobloise, bœuf bourguignon, blanquette de veau, qu’il apprête de façon divine pour avoir personnellement goûté les trois derniers.
D’un autre côté, on ne peut passer à côté de ce qui fait que la restauration d’aujourd’hui est alléchante pour tous les palais, sans faire sauter le portefeuille : tapas le midi ou en 5 à 7 permettant dégustations et partages; midi-express varié pour gens d’affaires pressés ou pas (de 14 $ à 18 $ environ); menu À la carte pour jeunes et étudiants, abordable, mais non moins raffiné avec sa série de poutines, sauce au Porto, inusitées et multiculturelles du style Newton, portugaises, maghrébines, Buffalo Bill ou du Frère Toc entre autres; ses hot-dogs-choucroutes à la merguez, à la saucisse de gibier ou au chorizo; son club sandwich au foie gras sur pain de noix, par exemple; et sa table d’hôte du soir (entre 21 $ et 29 $), le tout arrosé de vins de la SAQ + 10 $ et de bières en fût. Et je ne vous dis pas les desserts! Fins et faits maison, je peux toutefois témoigner que la tartelette alsacienne et la tarte caramel et noix o’fleur de sel étaient renversantes.

Et en plus…

Pour attirer sa clientèle étudiante, d’affaires ou de passage, O’Fine offre un escompte sur présentation de la carte étudiante, tout comme on offrira une réduction sur le repas pris juste avant d’assister à un spectacle à l’affiche du théâtre Gilles Vigneault présentement en construction, avec preuve du billet en main. Pour le temps des Fêtes, O’Fine offre la possibilité de festoyer entre collègues, entre amis ou en famille, autour d’un menu festif pour les papilles.
Bistro O’Fine
279, rue Saint-Georges
Saint-Jérôme.
450 504-5678

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de