Bouteille à la mer!

Par Josée Pilotte

Êtes-vous comme moi? Êtes-vous comme nous?

Ce n’est pas faute d’avoir essayé… La seule idée d’avoir à prendre une résolution cette année encore me rend complètement malade. D’ailleurs, je ne connais personne qui ne les tienne, ces foutues résolutions! À quoi bon donc en prendre?

Non, ce n’est pas faute d’avoir essayé: vous devriez nous voir, ma bande de joyeux lurons et moi… une vraie farce (et pas celle de la dinde)! On a développé toutes sortes de tactiques au fil des ans pour s’assurer d’avoir la meilleure liste de résolutions de la confrérie, et s’assurer aussi d’être le seul à l’avoir respectée, l’année suivante…

Mouais… La fameuse «liste de résolutions»…
… écrite en cachette pour ensuite être glissée au fond d’une bouteille vide qu’on oubliera pour la prochaine année sur la tablette du foyer…
… appliquée au conjoint plutôt qu’à soi-même… (ç’aurait pu être tellement cool si ç’avait fonctionné…)
… criée fièrement et bravement sur tous les toits dès que l’on est certain d’avoir trouvé l’ultime résolution de l’ultime liste…

Mouais… Hypocrites foutaises! Le constat reste le même: on triche, ou bien l’on s’incline devant son manque de volonté.

On s’en est-tu fait assez «accroire», au fil des ans (et des «Nouvel An»)… Mais maudit qu’on a du fun!

Cette année j’ai pensé hausser le niveau et proposer à mes amis de réveillon, mes comparses de résolutions, ces gentils troubadours, de remplacer le mot «résolution» par les mots «je m’assume»; il me semble que c’est plus difficile et surtout plus compromettant. Je suis certaine qu’ainsi nous pourrions faire avancer quelques causes qui nous tiennnent à cœur. Non mais pensez-y… La vraie question à se poser, elle est là au fond: jusqu’où sommes-nous prêts à nous assumer dans notre liberté d’être et jusqu’où sommes-nous prêts à assumer celle des autres? Peut-être me trouvez-vous trop «songée» pour un souper du jour de l’An… C’est vrai que c’est pas tellement le bon moment pour «se prendre la tête»…

Ah pis d’la marde!!! J’commence à m’assumer tu-suite.

Philosophons donc gaiement….

Ne trouvez-vous pas qu’avant de chialer sur les accommodements raisonnables, on devrait se demander jusqu’où les applique-t-on à soi-même? On est don’ pour encourager le café équitable, les fromages d’ici, l’agriculture locale, la musique et le cinéma québécois…

Mais on les trouve vite, les raisons d’acheter la dernière compil’ d’Aerosmith au «bas prix de tous les jours» chez Walmart, et la caisse d’oranges de la Floride chez Loblaws.

On se les applique bien vite, trouvez pas?, les accommodements… On s’accommode… C’est plus facile que raisonnable, d’ailleurs. Comme moi, qui notais tout-à-l’heure deux-trois idées de chroniques, derrière mon volant, en passant sur deux lumières jaunes, à l’endos, justement, d’une facture de Loblaws. Paradoxale, la grande!

Dites-moi, alors, comment peut-on regarder droit dans les yeux les accommodements raisonnables sociaux, ceux dont on parle actuellement à pleins téléjournaux, et leur lancer avec aplomb: «Allez vous faire foutre!»? Quand défendra-t-on avec nos tripes nos valeurs communes? Quand criera-t-on, quand aura-t-on le droit de crier: «Ça suffit!»?

Jouer à la bouteille

Ah pis d’la marde!!!

Retournons aux lurons…

Toi, J-F, t’en penses quoi? Vas-tu encore nous saouler avec ta résolution d’arrêter de fumer (ça fait quoi?… au moins 10 ans?), ou bien seras-tu encore moins original et tu nous diras, encore cette année, que tu vas consacrer plus de temps à ta blonde, «travailler sur ton couple»; Stéphanie, toi, c’est ton humeur que tu vas travailler? (c’est juste une suggestion, là; tout le monde me remerciera à notre prochaine sortie de voile); et toi, Natacha, vas-tu pédaler en double cette année, question de tenir à la fois ta résolution de 2006 et celle de 2007?

C’est bien compliqué tout ça, de toujours être en accord avec sa conscience, 365 jours par année… On s’dit-tu qu’on s’permet un tit «air-lousse» avec nos consciences? On s’dit-tu 364 jours, okay, mes amis, mes super-héros?… J’y pense: la prochaine année bissextile, elle est encore loin?!

Toi, Chéri, ne prends surtout pas de résolution… j’aurais bien trop peur que tu changes. T’es parfait comme ça.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de