(Photo : Andréanne Meilleur)
Une cohorte d'étudiants en charpenterie-menuiserie.
|

Construction : Un espace créé pour donner des formations au CEP Saint-Jérôme

Par France Poirier

Annoncé par le premier ministre l’automne dernier, le Centre d’études professionnelles (CEP) Saint-Jérôme était sélectionné pour offrir de nouvelles formations dans le domaine de la construction.

Ces formations sont rémunérées. Ainsi, les élèves reçoivent 750 $ par semaine en bourses pour obtenir une AEP (Attestation d’études professionnelles). En novembre dernier, on lançait une offensive pour les inscriptions.

Quatre programmes différents sont disponibles : AEP en charpenterie–menuiserie, en réfrigération, en ferblanterie, et en conduite d’engins de chantier.

« Pour offrir la formation, on loue une annexe sur la rue de l’Industrie depuis février. On habite les lieux depuis le 1er mars. C’est un espace de 29 000 pieds carrés. Ç’a été un tour de force alors que le Ministère avait annoncé le démarrage de ces cohortes en novembre dernier. En quelques mois, nous avons dû installer, rénover et trouver des enseignants. »

À compter du 1er avril, une formation en électricité sera offerte.

« Pour ce qui est du CEP, nous offrons les trois premières formations. La conduite d’engins de chantier est plutôt offerte au CFTR (Centre de formation en transport routier) », nous explique le directeur du CEP Saint-Jérôme, Faby Brière.

Il ajoute que la stratégie des AEP est d’offrir des formations de courte durée pour accéder au marché du travail le plus rapidement possible. « On l’a vu pendant la pandémie avec les préposés aux bénéficiaires. C’est un peu la stratégie du gouvernement quand il y a des pénuries majeures de main-d’oeuvre. Ça permet de régler en partie le problème », explique-t-il.

Chantier de construction

Du côté de la construction, si on tient compte des chantiers majeurs qui s’en viennent, la crainte de ne pas avoir assez de main-d’oeuvre qualifiée. En offrant des formations courtes dans quatre métiers qui sont jugés prioritaires, on pourra combler des besoins.

« Ce sont trois formations qui n’étaient pas offertes en DEP. On n’avait donc pas d’enseignants dans ces domaines, ni d’équipements ou d’infrastructures. En ferblanterie, ç’a été beaucoup plus simple parce qu’on avait déjà deux cohortes à former et on a déjà le DEP dans ce secteur. On a pu créer de l’espace dans nos installations pour offrir l’AEP en ferblanterie. 44 élèves ont commencé en janvier à même nos infrastructures et ils seront 43 à terminer en juin. Un seul a décidé de quitter », ajoute M. Brière.

On a débuté l’AEP en charpenterie-menuiserie le 19 février. Le 21 février, c’est l’AEP en réfrigération qui a commencé. Dans les trois programmes offerts au CEP Saint-Jérôme, on retrouve 132 élèves.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *