(Photo : Luc Pouliot)
C'est en observant la photo à l'ordinateur que Luc Pouliot a remarqué cette bulle que fait la mouche pour respirer.
|

Exposition : Le monde fascinant des mouches

Par Marie-Catherine Goudreau

Les insectes sont fascinants et uniques. Seulement dans votre cour, il y a des centaines d’espèces différentes qui ont chacune leur caractéristique. À travers son exposition Quelle mouche t’a piqué ? à la bibliothèque de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, le photographe Luc Pouliot nous amène dans un univers de miniatures peu connu. Entrevue.

Pour l’exposition qui durera du 20 avril au 25 mai, le photographe présentera 12 images de mouches en format 20 par 30 pouces et 24 par 36 pouces. « C’est toujours impressionnant de voir de si petits insectes en grand format », soutient Luc. « Je présente donc 12 espèces de mouches, toutes photographiées dans mon jardin. Pas besoin d’aller bien loin pour faire des photos d’insectes. C’était aussi un petit défi pour moi de rester chez moi. »

Pour lui, cette exposition est une façon de montrer aux gens toute la diversité d’insectes que l’on retrouve dans sa cour arrière. « Plusieurs personnes me disent : On dirait que tu nous fait aimer les insectes, que tu leur donnes une personnalité ! Ça vaut la peine d’être observé, ces petites créatures. »

Photo : Luc Pouliot

La macrophotographie par « accident » 

Luc Pouliot a commencé la photographie argentique au cégep, ce qu’il a poursuivi par la suite, principalement en voyage. Habitant à Montréal, il se sentait moins inspiré. « Quand je suis arrivé en banlieue à Sainte-Thérèse, il y avait plus d’arbres, des oiseaux, plus d’espaces verts. Je me suis donc remis à faire de la photo », raconte-t-il. Au départ, il s’intéressait davantage à la photo d’oiseaux. « Je n’avais pas un bon équipement, je ne connaissais pas assez ça. J’avais une lentille macro, alors c’est un peu par accident que j’ai commencé à faire de la macrophotographie. J’ai eu la piqûre ! »

« Quand j’ai commencé en 2017, je n’aurais pas pensé que j’aurais fait des expositions aujourd’hui ! », souligne Luc.

Le photographe Luc Pouliot.

« Une fois que les photos sont prises, je les choisis sur l’ordinateur et apporte des retouches », explique-t-il. C’est à ce moment où tous les détails se révèlent : les couleurs, les poils, les yeux, les pattes. Dans l’une des photographies de l’exposition, on voit une mouche avec une bulle qui sort de sa bouche. Après quelques recherches, il a compris pourquoi la mouche faisait cela. « C’est en fait sa façon de transpirer. Elles régurgitent des sucres gastriques, ce qui fait une bulle. Avec l’évaporation, la bulle diminue et la température aussi. Puis, elle la ravale. C’est une façon de modifier la température de son corps. »

Pour l’identification des mouches, le photographe utilise souvent une page Facebook, où il demande l’aide des gens. Ou bien, il demande à une entomologiste de l’aider à identifier les espèces. « Je suis pas mal plus un photographe qu’un entomologiste ! Parfois, il faut les disséquer pour vraiment les identifier. »

Des techniques précises

« Parfois, je peux être assis pendant une heure devant des fleurs et rien ne passe. Ce ne sont pas des modèles très coopératifs disons ! », dit-il en riant. « La prise de vue et l’angle sont importants pour avoir une bonne photo. Il faut se descendre au niveau de l’insecte pour les voir de manière latérale : c’est là que ça devient intéressant. » Comme la profondeur de champ est très faible, il faut être très précis pour réussir sa photo.

Luc Pouliot utilise un flash et un diffuseur pour adoucir la lumière du flash. « C’est un ajout plutôt important pour ce type de photographie. Les sujets sont tellement petits que la lumière naturelle qui est réfléchie sur eux et redirigée vers l’appareil photo est minime. L’utilisation d’un flash permet de pallier à ce manque de lumière. De plus, l’éclair du flash étant très court, ça permet également de bien figer le mouvement pour obtenir des images nettes », explique le photographe.

En parallèle à ses expositions, Luc Pouliot donne aussi des conférences et des ateliers sur la macrophotographie. À Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, il donnera un atelier le 25 mai où il partagera quelques trucs et astuces pour photographier ces « créatures captivantes ». Si la température le permet, il y aura une démonstration dans le parc Édouard-Masson.


En bref 

Quelle mouche t’a piqué ? est une exposition du photographe Luc Pouliot où il présentera des images de mouches qu’il a photographiées dans son jardin.

  • Exposition du 20 avril au 25 mai
  • Vernissage le 20 avril de 10 h à 13 h
  • Atelier donné par le photographe le 25 mai
  • Lieu : Bibliothèque de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Pour plus d’informations sur le photographe, visitez son site web. 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *