(Photo : Intégration-Travail Laurentides)
|

Mieux intégrer les personnes autistes au travail

Par Marie-Catherine Goudreau

Dans la série balado T’engages-tu ?, animée par Guylaine Guay et produite par Intégration-Travail Laurentides, on souhaite « mettre en lumière la beauté, la diversité et l’apport des personnes autistes à la société par le monde du travail ».

Saviez-vous que 85 % des personnes autistes n’ont pas d’emploi ? C’est pourtant un bassin de main-d’oeuvre qui a beaucoup de force et qui pourrait répondre à la demande au Québec, selon Nadya Joly, conseillère en emploi à Intégration-Travail Laurentides. « On se prive de ce bassin de personnes pour peu de choses. Les employeurs pensent qu’ils doivent mettre en place plein de choses pour engager une personne autiste, mais parfois, ce ne sont que de petits accommodements à faire pour lui permettre d’être en emploi », souligne la conseillère.

Le balado touche à une variété de sujets en lien avec les personnes autistes : la définition de l’autisme, les contacts sociaux, l’autonomie professionnelle, les ressources, l’emploi et bien d’autres. Dans tous les épisodes, l’animatrice Guylaine Guay reçoit une personne autiste et une personne alliste (non-autiste) avec lesquelles elle démystifie les mythes et les réalités et reçoit des témoignages touchants.

« Étant mère de deux jeunes adultes autistes, il est primordial pour moi de les aider à trouver leur place dans la société. C’est un honneur et un privilège pour moi d’animer ce balado humain et inclusif », mentionne l’animatrice, autrice et conférencière dans un communiqué.

Les forces et les faiblesses de chacun

L’objectif principal de cette initiative est de sensibiliser les employeurs – et la société – aux forces et aux défis des personnes autistes. D’autre part, on souhaite aussi donner une voix aux personnes autistes alors qu’elles viennent raconter leur cheminement professionnel. Elles parlent « de leurs succès et des obstacles rencontrés, afin qu’elles deviennent une inspiration pour d’autres travailleurs », explique l’organisme.

« Les personnes autistes, ou en situation de handicap, ont beaucoup à offrir. Elles pensent en dehors de la boîte, elles sont loyales et centrées sur la tâche. Mais ces personnes ne sont pas mises à contribution, car on pense que ça prend une grande adaptation », explique Mme Joly. Par exemple, une personne pourrait avoir de la difficulté à travailler avec beaucoup de gens autour d’elle. Dans ce cas, le télé-travail peut être une belle option à offrir et le rendement sera tout de même « exceptionnel », soutient la conseillère.

« Des équipes de travail ou des employeurs pourraient penser que certaines demandes des personnes autistes sont des caprices. Mais en fait, ce sont des besoins. Et c’est parfois seulement de petits éléments à mettre en place pour maintenir une personne autiste à l’emploi », indique Mme Joly.

« Chaque personne est différente. C’est pour cette raison qu’on parle d’un spectre. Chaque personne a ses défis et ses forces et il faut être à l’écoute », rapporte Mme Joly.

Selon les commentaires reçus, le balado permet de mieux comprendre l’autisme et de démystifier certains stéréotypes construits par la société. « Par exemple, les personnes autistes sont tannées de se faire dire : «Ça ne parait pas que tu es autiste» », indique la conseillère.

« Plus on en parle et plus on démocratise l’autisme », croit Mme Joly.


Rendez-vous sur le site web d’Intégration-Travail Laurentides pour écouter le balado T’engages-tu ?

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *