(Photo : Paul Mackay )

Morin-Heights mise sur le plein air

Par Ève Ménard - Initiative de journalisme local

De nouveaux sentiers de vélo de montagne seront bientôt accessibles au Sommet Morin Heights. Ce projet s’inscrit dans l’identité même de la Municipalité, qui planifie et favorise une pratique harmonieuse du plein air sur son territoire.

Du vélo de montagne pour tous les gouts

Des sentiers de vélo de montagne sont actuellement situés au parc Basler. Mais grâce à une collaboration entre la Municipalité, le Sommet Morin Heights et le club Vélo Pays-d’en-Haut, une nouvelle offre verra le jour cet été. Celle-ci permettra de répartir l’achalandage. « On avait fait des partenariats avec le club Vélo Pays-d’en-Haut pour que les jeunes puissent s’entrainer dans nos sentiers [au parc Basler]. C’était super, mais à un moment donné, l’achalandage est devenu trop important. Les locaux qui voulaient faire du vélo se trouvaient un peu envahis », explique le maire, Tim Watchorn.

Les 13 km de sentiers situés au Sommet Morin Heights élargissent et diversifient l’offre sur le territoire. Ces nouvelles pistes seront d’ailleurs d’un niveau de difficulté plus élevé et rejoindront celles du parc Basler.  

Un pas d’avance

Ce n’est un secret pour personne : le plein air est une priorité à Morin-Heights. C’est ce qui fait rayonner la municipalité et qui attire de nouveaux résidents. « Ça et le bilinguisme », souligne Tim Watchorn.

Ça fait d’ailleurs plusieurs années que Morin-Heights priorise et planifie le développement et la pérennisation de ses sentiers. Avant l’arrivée de Tim Watchorn au conseil municipal, en 2001, la Municipalité comptait déjà sur des employés dédiés au plein air. « Nous sommes la seule municipalité dans le coin avec des employés permanents qui se consacrent au plein air », affirme le maire. Une grande partie du travail consiste à faire des ententes avec les propriétaires privés. Cette collaboration est primordiale. « L’hiver, à 80 %, on est sur des terrains privés. Il faut entretenir ces relations », précise Tim Watchorn.

Tous les sentiers sont géolocalisés. « Chaque fois qu’un développeur immobilier veut travailler ici, on sait que sur son terrain, il y a tel ou tel sentier », indique le maire. Deux choix s’offrent alors au promoteur : soit il paye pour que le sentier soit déplacé, soit le sentier reste au même endroit et la Municipalité le conserve en servitude pour assurer son non-déplacement. Tout est planifié à l’avance pour favoriser la conservation et la connexion des réseaux.

Les retombées multiples du plein air

Morin-Heights croit aux bienfaits du plein air, autant au niveau de la qualité de vie que du développement économique. « Le plein air, on y croyait et on y croit encore que c’est positif. Les gens viennent s’installer à Morin-Heights et construisent des maisons parce qu’ils veulent être près de ça », explique Tim Watchorn.

Un des objectifs est que le plein air devienne une activité rentable à Morin-Heights. Cette rentabilité se comprend de différentes manières, souligne le coordonnateur du réseau plein air, Daniel Charbonneau. D’un côté, il y a bien sûr la vente de billets, pour couvrir les frais d’entretien. Mais il existe également des retombées indirectes. « Les gens qui utilisent nos réseaux vont au dépanneur, à une station-service ou au IGA. C’est une valeur ajoutée. C’est la même chose quand on tient des évènements spéciaux », détaille le responsable du plein air.

Morin-Heights mise également sur l’activité physique et sur le bien-être de ses citoyens. « Il y a plusieurs stratégies pour faire du développement. Il y en a qui font du multi-logements. Nous, c’est : sentiers, plein air, santé », affirme Tim Watchorn. « Si mes gens ici sont en santé parce qu’ils font de l’activité à l’extérieur, alors ils n’utilisent pas les services hospitaliers. Ça, c’est avantageux pour toute la population du Québec. Il faut que les gens bougent », complète le maire.


Le plein air à Morin-Heights, en bref

  • Vélo de montagne : 14 km au parc Basler et environ 13 nouveaux km au Sommet Morin Heights;
  • Randonnée pédestre : Une vingtaine de km répartis au parc Basler et au parc des Bouleaux. Les nouvelles pistes de vélo de montagne au Sommet Morin Heights seront également accessibles aux randonneurs;
  • Ski de fond : 71,6 km avec entretien mécanique et 60,37 km de ski nordique;
  • Raquette : 18 km de pistes entretenus par Morin-Heights et 12 km de pistes à Sommet Morin Heights.

1 commentaire

  1. Très bon papier. Merci!

    Mise en exergue:

    «Nous, c’est : sentiers, plein air, santé », affirme Tim Watchorn. « Si mes gens ici sont en santé parce qu’ils font de l’activité à l’extérieur, alors ils n’utilisent pas les services hospitaliers.»

    C’est la même chose pour nous à Val David.

    On tient les sentiers propres aussi.

    Bonne Saint-Jean à tous!

    Et vive les Laurentides, un des plus beaux jardins de la Terre.

    @Guy J.J.P. Lafond
    Bénévole pour l’ONU avec une très faible empreinte carbone
    https://mobile.twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

    P.S.: J’ai aussi un frère à Morin-Heights. La grande famille Lafond au Québec et en Ontario.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *