(Photo : Marie-Claude Durivage)
Jean et Marie-Claude ont installé eux-mêmes les chalumeaux et les chaudières sur dix érables.
|

Faire du sirop d’érable à la maison

Par Marie-Catherine Goudreau

On peut penser que faire son propre sirop d’érable nécessite beaucoup d’équipements, de temps et d’expérience. Pourtant, c’est très simple et accessible. On en parle avec deux résidents de Saint-Sauveur qui ont fait leur propre sirop d’érable l’année dernière.

Jean et Marie-Claude ont fait leur première expérience de sirop d’érable maison au printemps dernier. Ils ont entaillé dix arbres sur leur terrain pour leur première saison. Au fil des essais, ils ont réussi à produire quelques bons pots de sirop qu’ils ont pu distribuer à leurs proches.

Récolter l’eau d’érable

Pour récolter l’eau d’érable, il faut d’abord entailler les érables, poser des chalumeaux et accrocher une chaudière sur chacun d’eux. Presque tous les jours, ils récoltaient l’eau d’érable lorsque la chaudière était remplie ou presque. Le week-end, lorsqu’il y en avait assez, ils la faisaient bouillir dans un gros chaudron pendant plusieurs heures – parfois toute la journée – jusqu’à ce que l’eau soit réduite.

Jean explique qu’il est mieux de faire bouillir l’eau d’érable à l’extérieur, car il y a trop de vapeur qui s’échappe dans la maison. Il finissait cependant la cuisson à l’intérieur, pour atteindre la bonne température. Lorsque celle-ci était atteinte, il passait le sirop dans un filtre conçu pour le sirop d’érable. À noter que pour produire un litre de sirop, il faut 35 à 40 litres d’eau d’érable.

Processus

Seuls les érables à sucre ou les érables rouges offrent la sève d’érable ou l’eau d’érable, qui sont nécessaires pour produire son sirop. Il faut donc vérifier si votre terrain contient cette sorte d’arbre. C’est grâce aux températures glaciales de l’hiver qui sont suivies par les températures douces du printemps que cette sève peut couler, selon le site web d’Érable du Québec.

Durant l’été, l’érable crée son sucre avec la photosynthèse. Le sucre « permet la respiration cellulaire de l’arbre, favorise sa croissance et s’accumule dans ses racines sous forme de réserves d’amidon », peut-on lire sur le site web.

Ce qui provoque la coulée de l’eau d’érable au printemps, c’est l’alternance du gel et du dégel entre la nuit et le jour. Durant la nuit, l’eau absorbée par les racines monte dans l’arbre en se gorgeant des réserves de sucre. Avec la chaleur du jour, la sève devient liquide et l’érable se retrouve sous pression en raison du gaz contenu dans les fibres de l’arbre. La sève sucrée sera repoussée vers le tronc d’arbre et elle pourra couler.

Source : www.erableduquebec.ca

La saison

Chaque année selon la température, la saison des sucres commence généralement à la fin février ou en début mars et se poursuit jusqu’à la fin avril ou en début mai, selon le site web des Producteurs et productrices acéricoles du Québec.

Matériel

  • Chalumeaux
  • Chaudières avec couvercles
  • Contenant pour mettre l’eau récoltée
  • Gros chaudron pour faire bouillir l’eau

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.