Le cancer de la prostate

Par Journal Accès
Le cancer de la prostate

Le mois de novembre est depuis 2004 dédié au cancer de la prostate. Levons le voile sur ce sujet encore tabou. Pourtant, des solutions naturelles existent pour prévenir ce cancer ou en atténuer les conséquences.

 

Le cancer de la prostate en quelques chiffres

On estime qu’environ 1 canadien sur 7 va recevoir un diagnostic de cancer de la prostate au cours de sa vie. Au Canada, en 2017, 21 000 hommes ont reçu ce diagnostic. Le taux de survie après 5 ans est élevé (95%).

Le zinc et la vitamine E à l’honneur!

Ces éléments contribuent fortement à une bonne santé de la prostate. On peut les prendre en supplément mais on les trouve aussi dans certains aliments.
Pour le zinc, il y en a dans les huîtres et, dans une moindre mesure, dans les lentilles, la dinde, les épinards, les céréales complètes, les noix et les noisettes. La vitamine E est reconnue pour ses propriétés antioxydantes. Elle est surtout présente dans l’huile de germe de blé, les poissons gras et les légumes verts.

Une alimentation équilibrée

Il est établi que les risques d’avoir le cancer de la prostate sont réduits grâce à une alimentation adéquate.
Il est important de consommer régulièrement des baies rouges, des tomates (principalement cuites dans l’huile d’olive), des pépins et de l’huile de courge, des fruits et des légumes.

Moins de gras!

Les hommes qui consomment plus de 35 grammes de gras saturés par jour (présents dans la viande rouge, la charcuterie, le fromage et le beurre) ont 60% plus de risques d’être atteint de ce cancer.

L’hypertrophie bénigne de la prostate.

Plus l’homme vieillit, plus le volume de sa prostate augmente et l’urètre va se comprimer, ce qui peut entraîner divers problèmes, comme une miction difficile ou un besoin d’uriner très fréquent.
Les symptômes peuvent s’apparenter au cancer de la prostate mais il convient de ne pas s’alarmer inutilement.
Il peut souvent s’agir simplement d’une hypertrophie bénigne de la prostate.
Cette affection, très fréquente chez les hommes plus âgés, ne devrait pas avoir d’impact sur leur vie sexuelle. Des solutions naturelles existent, notamment au niveau des compléments alimentaires : palmier nain, prunier d’Afri-que, huile de graine de courge, canneberge.
Aussi, le pollen de seigle est recommandé car il permet de diminuer la fréquence du besoin d’uriner, particulièrement la nuit.
Il est important également de boire beaucoup d’eau et d’éviter café et alcool.

Un moyen agréable de prévenir le cancer de la prostate!

Faire l’amour plus souvent est bon pour la prostate!
Ainsi, l’éjaculation permet de diminuer le risque de cancer de la prostate de 22% si elle est pratiquée régulièrement, soit, selon certains chercheurs, 21 fois par mois.

Les exercices de Kegel

Ils permettent de renforcer le sphincter et ils peuvent aider, tant pour des problèmes d’incontinence que d’impuissance.
Ils vont permettre de renforcer les muscles des voies urinaires. Globalement, il s’agit d’arrêter ou de ralentir le jet urinaire volontairement, en utilisant les muscles pelviens.
Pour plus de détails, nous vous conseillons l’excellent livre de Pierre Laroche : Problèmes de prostate. Nouvelles solutions naturelles.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de