La CAQ promet 20 M$ supplémentaires pour la recherche sur la maladie d’alzheimer

Par Jean-Claude Tremblay
La CAQ promet 20 M$ supplémentaires pour la recherche sur la maladie d’alzheimer

Marguerite Blais, candidate de la CAQ dans Prévost, appuyée de son collègue François Bonnardel, député sortant de Granby, a promis d’investir 5 M$ supplémentaires par année pour soutenir les efforts de recherche sur la maladie d’Alzheimer, pour un total de 20 M$ – une enveloppe qui serait gérée par le Fonds de recherche du Québec – Santé.

Les candidats avaient convié les journalistes lundi matin dans un endroit de prédilection, le majestueux Jardin de François, à Saint-Sauveur, propriété de l’homme d’affaires François Marcil. Avec sa conjointe, Suzanne Cloutier, il verse 100% des dons issus des visites du jardin à la Société d’Alzheimer des Laurentides.

Élargir l’aide médicale à mourir

La loi qui traite des soins de fin de vie concerne les personnes atteintes d’une maladie grave et incurable, mais ne s’applique pas aux personnes atteintes de démence. Ils ont donc annoncé l’engagement de tenir une consultation publique non partisane visant l’élargissement possible de l’aide médicale à mourir pour les personnes majeures qui voudraient faire une demande anticipée. C’est avec beaucoup d’émotion que M.Bonnardel en a fait l’annonce, lui qui a ouvertement avoué vivre cette réalité avec sa mère, qui ne le reconnaît vraisemblablement plus. Ce moment haut en émotion n’a pas empêché certains journalistes de faire fi assez brutalement de ses états d’âme, en le questionnant froidement sur le sujet de l’immigration et des récentes déclarations de son chef. À vrai dire, certains bouts relevaient plus d’une chasse aux sorcières que d’une période de questions empreinte de respect.

Marguerite Blais a rappelé que la maladie d’Alzheimer était un véritable « tsunami » qui, avec les autres maladies apparentées, affectait plus de 125 000 personnes. Ce faisant, et peu importe le parti, rappelons-nous que d’ici dix ans, il y aura plus de cas de maladies neurodégénératives que de maladies cardiovasculaires et de cancers. Cette réalité, chers lecteurs, elle rattrapera tout le monde, nonobstant la couleur – on a donc objectivement intérêt à s’y attarder, sans partisanerie.    

François Bonnardel et Marguerite Blais. PHOTO: Jean-Claude Tremblay
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de