Caroline Drolet au Championnat du monde des courses Spartan

Photo de Mathieu Laberge
Par Mathieu Laberge
Caroline Drolet au Championnat du monde des courses Spartan

Caroline Drolet, de Saint-Faustin-Lac-Carré, sera du peloton qui participera à l’épreuve The Beast, de Killington, comptant pour le Championnat du monde des courses par obstacles Spartan, samedi prochain au Vermont. L’épreuve de course à obstacles longue de 21 kilomètres sera présentée sur les pentes d’une station de ski alpin et sera ponctuée de nombreux obstacles, que ce soit de ramper sous des fils barbelés, grimper dans des échelles en corde ou bien transporter de lourdes charges.

Exténuant tout ça, non? Sûrement, sauf que Caroline Drolet est habituée aux épreuves d’endurance, elle qui participe à ces épreuves comme entraînement complémentaire pour sa prochaine saison de ski de fond.

«Ces épreuves sont faites pour que nous dépassions nos limites. Ce sont souvent les mêmes obstacles qui sont présents dans les différents parcours, sauf que leur ordre est changé», soutient celle qui porte les couleurs du club de ski de fond du Rouge et Or de l’Université Laval et qui est étudiante en physiothérapie.

Comme elle l’indique, l’entraînement fait en préparation de ces compétition brise la monotonie des longues séances de ski à roulettes et de musculation. «Et en plus, mon entraîneur sait que lorsque j’obtiens de bons résultats aux courses par obstacles, c’est bon pour ma confiance.»

 

Courses plus difficiles

Caroline Drolet a obtenu son invitation pour The Beast à la suite de trois victoires signées aux épreuves de Morin-Heights, Mont-Tremblant et Ottawa plus tôt cette saison. Elle avoue qu’elle s’attend à ce que la course américaine soit beaucoup plus difficile, non seulement à cause du parcours, mais aussi parce que le calibre des autres compétitrices sera plus relevé.

«On indique que l’épreuve fait 21 kilomètres, sauf qu’il n’est pas rare que cette distance soit approximative. J’ai déjà participé à une course et lorsque j’ai regardé ma montre GPS, il devait me rester environ un kilomètre à faire. Finalement, il fallait en faire trois de plus! C’est donc important de se garder de l’énergie jusqu’à la toute fin et il faut s’attendre à tout, en plus d’être responsable de mon propre ravitaillement.»

Et comme elle s’empresse d’ajouter, le slogan de la série des courses Spartan est «vous saurez ce que c’est à la ligne d’arrivée». C’est donc un peu dans l’inconnu que Caroline Drolet s’élancera samedi matin, mais elle vise tout de même une place dans les dix premières.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de