Cégep de Saint-Jérôme : La cohorte des soins infirmiers classée 4e au Québec

Par Production Accès
Cégep de Saint-Jérôme : La cohorte des soins infirmiers classée 4e au Québec
Grâce aux mannequins intelligents, les étudiants pratiquent différents scénarios. (Photo : Courtoisie)

Les finissants en soins infirmiers du Cégep de Saint-Jérôme ont fait bonne figure, lors de l’examen d’admission à la profession de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ).

 

Grâce aux excellentes notes obtenues par les 72 finissantes en Soins infirmiers, le CSTJ s’est classé 4e parmi les 40 établissements (collèges et universités) dont les résultats ont été comptabilisés.

Selon Mirelle Beaudet, enseignante en Soins infirmiers au CSTJ, cette entrée au « top 5 » s’expliquerait par les modifications apportées au programme au cours des dernières années!

« On a fait l’acquisition de simulateurs haute-fidélité, on a réorganisé nos stages – on en a ajouté dès la première session et on a transformé le stage final en un stage d’intégration qui compte plus de journées sur le terrain –, on a revu nos examens pour s’arrimer aux modifications apportées à celui de l’Ordre, on a aussi revu notre modèle conceptuel et, par le fait même, le contenu de nos cours lors de la dernière révision de notre programme. On a travaillé sur tous les fronts en même temps. Bref, ç’a vraiment été un effort collectif de la part de tout le département », fait-elle valoir, visiblement fière de ce tour de force réalisé par son équipe.

Une technologie qui porte ses fruits

Les centres de simulation haute-fidélité des campus de Saint-Jérôme et de Mont-Laurier contribuent à enrichir la formation des étudiants, mais aussi à soutenir le perfectionnement des différents intervenants; les infirmiers, les médecins ainsi que les premiers répondants. Le coût du projet est évalué à 1,6 M$ et est parrainé par La Fondation du Cégep.

Le simulateur haute-fidélité ou mannequin intelligent possède des caractéristiques physiologiques d’un être humain. Il permet aux étudiants de s’exercer dans un environnement sécuritaire et concret qui se compare en milieu hospitalier. « Lorsqu’ils arrivent en stage, ils ont déjà pratiqué les techniques sur les mannequins, ce qui développe une meilleure confiance en eux », expliquaient Annie Denoncourt et Sylvie Marsan, coordonnatrices des Centres de simulation du cégep de Saint-Jérôme et du Centre collégial de Mont-Laurier.

Le département de soins infirmiers du cégep a fait l’acquisition, en 2014, d’un parc d’équipements qui a permis d’amorcer un virage pédagogique et technologique important. Il était toutefois important de faire l’acquisition de nouveaux équipements pour rehausser la formation. On comptait développer 31 scénarios avec les mannequins intelligents. Lors d’un stage, chaque étudiant ne peut pas vivre tous les scénarios, mais avec le centre de simulation, ils les pratiquent tous », ajoutaient les coordonnatrices.

Des efforts payants

Tous ces efforts en auront finalement valu la peine, si on considère que la note moyenne des étudiantes du CSTJ a été de 63, 6 % alors que la note moyenne la plus élevée enregistrée pour un établissement a été de 66 % !

« On a vu nos résultats tant en évaluation et qu’en intervention augmenter de façon phénoménale. Ça corrobore nos hypothèses et nous démontre qu’on avait raison de faire ces changements. Nous sommes vraiment contentes de ce résultat », conclut Mireille Beaudet.

Ce qu’il faut savoir…

Pour que les résultats d’un établissement scolaire soient comptabilisés dans le palmarès, celui-ci doit présenter au moins 20 candidates à l’examen.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de