Cellulaire au volant: attention danger!

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Cellulaire au volant: attention danger!
L'usage du cellulaire au volant sera encore plus contrôlé et plus sévèrement puni à compter du 30 juin au Québec.

Nouvelles règles sur le cellulaire au volant: permis ou interdit?

En résumé, à partir du 30 juin 2018 (demain!), pour se servir d’un cellulaire au volant, c’est : avec l’option mains libres, à l’aide des commandes vocales ou grâce à un appareil fixé à l’auto et à condition que cela concerne la conduite. Autrement, les amendes seront salées, y compris pour les cyclistes! Sachez-le donc pour éviter les contraventions liées au cellulaire au volant et SURTOUT, éviter le pire!

Les nouvelles règles sont plus simples, mais plus restrictives. Fini la confusion avec les iPod, la « fonction téléphonique » et autres.
Des règles qui s’appliquent à tous les appareils
Maintenant, que votre «gugusse» portative serve à jouer, à faire des calculs, à écrire des messages ou à aller sur Internet, peu importe… S’il y a un écran, c’est non! Votre machin sert à transmettre des informations, ou à des fins de divertissement? C’est non au volant… et ça vaut aussi lorsque la voiture est immobilisée au feu rouge ou dans la congestion.
Des exceptions
Il existe toutefois des exceptions. Il est toujours permis d’utiliser un cellulaire avec un dispositif mains libres. L’autre exception: il est possible de se servir d’un cellulaire, ou autre gadget à écran, si toutes ces conditions sont respectées:

  • il est intégré au véhicule ou fixé à l’aide d’un support;
  • il affiche seulement des informations pertinentes à la conduite (carte routière, itinéraire, etc.) ou liées au fonctionnement des équipements normaux du véhicule comme l’air conditionné;
  • il ne nuit pas à la vue ni aux manœuvres.

Attention! « Permis » n’est pas synonyme de « bonne idée »
«Zigonner» sur un cellulaire, l’ordinateur de bord de la voiture ou sur un écran quelconque représente toujours une distraction, et toute distraction accroit le risque d’accident. Quitter la route des yeux seulement deux secondes double le risque d’accident (selon l’American Automobile Association). Quand on sait que la programmation du GPS peut prendre jusqu’à 40 secondes (même source), on comprend que, bien que cela soit permis, ce n’est certainement pas une bonne idée. Il faut donc réduire les distractions au minimum.
Permis ou pas?
Pour se démêler, voici quelques exemples concrets en commençant par ce qui est interdit:

  • iPod, console de jeu, calculatrice, lecteur MP3 : Interdit, sauf pour des informations pertinentes à la conduite et s’il est fixé au tableau de bord. Mêmes règles que le cellulaire.
  • Trouver une chanson sur son téléphone déposé sur le siège passager : Interdit. Pour être utilisé au volant, le cellulaire doit être fixé à un support prévu à cette fin et être pertinent à la conduite du véhicule.
  • Écrire un texto sur un téléphone : Interdit, que l’écran ou le téléphone soit fixé ou non, puisque les textos ne servent pas à la conduite.
  • Afficher une info d’actualité, sportive ou autre, sur l’écran d’un téléphone fixé au tableau de bord : Interdit, car l’information n’a aucun rapport avec la conduite automobile.
  • Lire un message texte sur l’écran de l’ordinateur de bord ou naviguer sur Internet : Interdit, il ne s’agit pas d’informations liées à la conduite.
  • Envoyer un texto même bref au feu rouge : Interdit! Au feu rouge, on conduit quand même.

Voici des situations pour lesquelles il est permis d’utiliser un cellulaire en conduisant:

  • Suivre un itinéraire sur l’écran d’un téléphone : Permis, si le téléphone est fixé à l’auto à l’aide d’un support ou en utilisant les commandes vocales.
  • Trouver une chanson sur son téléphone fixé au tableau de bord : Permis, uniquement avec les commandes vocales.
  • Consulter un GPS amovible : Permis, s’il est fixé au véhicule grâce à un support prévu à cet effet.
  • Pitonner sur son téléphone : Permis seulement si la tâche est liée à la conduite et si le téléphone est fixé.
  • Programmer un itinéraire (GPS) sur un téléphone pendant qu’on conduit : Permis (bien qu’il s’agisse d’une distraction) seulement si le téléphone est fixé.
  • Faire un appel avec les commandes vocales d’un téléphone ou un dispositif mains libres : Permis.

La distraction au volant, un problème de plus en plus grave
Québec a remis au goût du jour le Code de la sécurité routière (CSR) et les changements entrent en vigueur graduellement. Pourquoi changer ces règles? Parce que la distraction au volant est un problème de plus en plus grave, qui tue de plus en plus de gens sur les routes. C’est même devenu la principale cause de collisions mortelles au Québec.
Amendes, points d’inaptitude, suspension du permis de conduire
Les nouvelles règles sur l’utilisation d’un appareil électronique portatif au volant sont assorties de sanctions plus sévères qui – Québec l’espère – devraient dissuader les usagers de la route qui n’ont pas compris le message.
Ça peut impliquer :

  • Des amendes variant entre 300 et 600 $
  • 5 points d’inaptitude (c’est-à-dire perdre son permis probatoire)
  • La suspension du permis de conduire allant de 3 à 30 jours en cas de récidives
  • … et des amendes s’appliquent aussi pour les cyclistes

 
Bonne route et bon été!
 
(Sources : SAAQ et CAA Québec)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de