Chalets hôteliers La Metsä : Entre inquiétude et curiosité des citoyens

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
Chalets hôteliers La Metsä : Entre inquiétude et curiosité des citoyens
(Photo : Nordy)

Le premier coup de pelle n’est pas encore donné que le projet La Metsä est déjà annoncé à coups de publicités nationales. Et la construction de chalets locatifs hôteliers, au cœur d’une forêt limitrophe entre Piedmont et Sainte-Adèle, suscite tant l’inquiétude que la curiosité des citoyens.

Un citoyen du coin, randonneur depuis des années, craint le déboisement prévu.

« Une publicité-télé qui a piqué ma curiosité : des chalets locatifs, près de la Vallée de Saint-Sauveur… Je me suis demandé où peut-on faire un projet d’une telle envergure? Quoiqu’il n’y ait pas de carte le situant, j’ai rapidement compris qu’il se situera dans une des rares forêts accessibles dans la région : l’ancien domaine de la famille Terzi. Ce territoire de Sainte-Adèle, limitrophe au chemin de la Montagne, s’étend jusqu’au golf de Piedmont et au parc linéaire du P’tit Train du Nord », a-t-il souligné.

« Plusieurs sentiers de raquette et de ski de fond le traversent, dont une section du célèbre sentier patrimonial Whizzard. Je peine à imaginer l’impact qu’aura ce développement, tant sur le plan environnemental que social », a-t-il soulevé.

Projet d’envergure

Le concept s’inspire d’un village de Copenhague, au Danemark. Le site internet lametsa.ca invite les éventuels intéressés « à imaginer le concept (dès) maintenant, en pleine forêt, avec des chalets de 2022! » Le développement serait situé entre le Sommet Olympia (chemin de la Montagne) et le parc linéaire du P’tit Train du Nord, situé du côté de Sainte-Adèle.

« Il s’agirait, dans une première phase, de 48 à 64 unités. Pour diverses raisons, dont le dénivelé des premiers terrains à être déboisés, il se pourrait que certains ronds-points soient constitués de moins de 16 propriétés au départ », est-il spécifié sur le site internet.

Le promoteur de Québec Louis Massicotte envisage la construction de chalets forestiers de type scandinave. Le projet La Metsä propose de réserver l’achat éventuel d’habitations à deux adresses, localisées dans la nature. Les établissements viendraient avec un droit de location à court terme.

Empreinte au sol

Selon leur publicité en ligne, La Maetsä entend tenir compte de la nature locale.

« Nous ferons un lieu de villégiature responsable et prévoyons construire une empreinte au sol d’un maximum de 15 % sur ce territoire, qui inclut même des sentiers et une magnifique petite rivière. Golf, ski, vélo, spa, shopping et restos : tout est à proximité de La Metsä! » Le terme signifie « forestier » en finlandais.

Cependant, des résidents craignent les impacts de ce projet sur les espèces animales.

« Cet endroit abrite plusieurs espèces d’oiseaux, entre autres des amphibiens et des animaux tels que des cerfs de Virginie, des renards et des porcs-épics. Et ce, sans compter la flore et de nombreuses espèces de champignons. Il est très triste de voir de plus en plus de notre forêt locale disparaitre, au profit de développeurs millionnaires, et ce sans débat ou consultations publiques. Cette situation affecte de plus en plus notre région », ont-ils ébauché.

Pas de surenchères

Selon les prévisions, les chalets viendraient en groupes de deux.

« (L’éventuel chalet) a une dimension de près de 800 pieds carrés, incluant deux chambres à coucher et un salon, pouvant accueillir deux lits escamotables (jusqu’à huit personnes). Chaque acquéreur de La Metsä achèterait – pour un prix prévisionnel de 659 000 $ – deux chalets de ce genre, adossés l’un à l’autre et insonorisés, en plus d’être liés par une porte communicante. Pour les acheteurs de la phase 1, il s’agirait d’un prix moyen de 329 500 $ par chalet (préfabriqué) neuf, ce qui correspond souvent au prix des chalets de « seconde main », dans le secteur. Aucune surenchère n’est toutefois permise. Avec un droit de location à court terme, les chalets hôteliers de La Metsä vont vite trouver preneurs », peut-on lire en ligne.

Le possible village hôtelier bénéficierait d’un zonage spécifiquement prévu pour de l’hébergement touristique.

« Le modèle envisagé (…) par La Metsä intègre des maisons construites en usine par Maisons Laprise, à l’abri des intempéries, dans un délai prévu de 12 semaines. (…) Un acquéreur qui opère son chalet pourrait le louer à deux groupes de 6 à 8, ou à un plus grand groupe de 12 à 16 personnes. Généralement, il est prévu que les chalets hôteliers La Metsä soient implantés sur pieux, dans des ronds-points de 16 propriétés. »

Il n’y aura toutefois pas de service de location inclus.

« Nous n’offrirons aucun service de location. Les chalets pourront être rendus disponibles sur des plateformes en lignes, telles qu’Airbnb, VRBO, WeChalet, hotels.com ou d’autres. Les acheteurs devront toutefois suivre nos règles et tarifs. »

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Katherine O'Donnell
Katherine O'Donnell
1 mois

À partir du 25 mars 2023, les Québécois pourront faire la location de leur résidence principale sur l’ensemble du territoire, et ce, sans qu’un règlement municipal puisse en interdire l’exploitation. La SQ n’a pas fini d’intervenir!

Louis Massicotte
Louis Massicotte
1 mois

Amis des Laurentides…

Message de:

Louis Massicotte président et chef de la création
MultiParcs Attraction
LaMetsa.ca

Notre projet de chalets hôteliers LaMetsa.ca fait la première page de l’excellent Journal Accès.

Merci à tous pour tous les bons commentaires reçus!

Je veux dire à tous les citoyens de Sainte-Adèle, de Piedmont et de la vallée de Saint-Sauveur qu’ils n’ont pas à s’inquiéter.

Ce magnifique projet de chalets hôteliers vise à protéger notre forêt de 6M de pieds carrés, située entre le Sommet Olympia et Le Ptit Train du Nord, et à tout faire pour préserver les pistes qui la traversent.

En termes clairs : nous ne voulons pas y construire des routes de béton et des infrastructures qui ne respecteraient pas la nature.
D’ailleurs, en Finlande, le mot metsä signifie forestier.

Nous souhaitons investir dans un projet de villégiature de calibre international qui mettra en lumière l’ADN éco responsable de Sainte-Adèle.
Cette immense forêt est spécifiquement zonée pour l’hébergement touristique et les attractions touristiques et nous souhaitons y créer un modèle hôtelier du futur qui intègre les plateformes d’économie de partage.

Suite à notre campagne publicitaire audacieuse, je suis heureux de confirmer que notre phase 1 de 64 unités a déjà été pré réservée à 100% et que nous ouvrons sous peu les pré réservations de la phase 2.

Si vous rêvez d’acquérir un chalet hôtel double au prix de 699 000$ (pour les deux), en le gérant vous-mêmes sur les plateformes telles que Expedia, VRBO, Airbnb ou hoteltonight, visitez LaMetsa.ca

Vous devrez suivre les règles et consignes de notre groupe hôtelier mais vous serez maîtres à bord dans la gestion.

Salutations à tous les gens de Sainte-Adèle qui ont à cœur la relance post-Covid de l’industrie touristique. J’interviens dans l’industrie touristique depuis 30 ans et croyez-moi, La Metsä fait partie d’un projet structurant et respectueux des valeurs éco responsables.

Nous ferons une annonce prochainement.
Et la région en bénéficiera grandement.

À suivre …

Louis Massicotte, président et chef de la création
MultiParcs Attraction
LaMetsa.ca

Christine Chabot
Christine Chabot
1 mois

Que se passe-t-il avec notre environnement? Je tombe des nues!
Il y a un autre projet de chalets dans le boisé du Chantecler, à Ste-Adèle…. Personne n’arrête cette destruction de nos forêts des Laurentides? Qui s’en préoccupe?? Nos routes ne sont pas faites pour autant de circulation… Nos villages vont souffrir et perdre tout leur calme, tout leur cachet!

Luc Gagne
Luc Gagne
1 mois

La regions des Cantons de L’Est ont bien compris que le développement urbain doit avoir ses limites.

Lise
Lise
1 mois
Reply to  Luc Gagne

Élevez-vous, n’ayez pas peur de faire part de vos craintes. Si ce complexe de chalets locatifs voit le jour , vous n’aurez plus votre propre village.

Jonathan Leclerc
Jonathan Leclerc
1 mois

De plus , il est interdit la location à court terme dans le secteur visé. C est super tranquille. Je n ose même pas imaginer le bruit en louent des chalets jusqu’à 12 personnes.

C. Langlais
C. Langlais
1 mois

Le capitalisme et l’appât du gain sont en train de détruire notre environnement…, La densification de nos campagnes aura des effets dévastateurs sur l’environnement, nos forêts, notre faune et notre flore… C’est d’une tristesse…