Championnats canadiens de cyclisme sur route 2011

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Championnats canadiens de cyclisme sur route 2011

Un Morinheighter doublement médaillé !

François Doyon, de l‘équipe cycliste Quilicot-Rackultra basée sur la rive-nord de Montréal a remporté les 1er et 3 juillet derniers, le Championnat canadien de cyclisme sur route, dans les épreuves de critérium et de course sur route. Un doublé digne de mention.

Les épreuves se déroulaient durant la fin de semaine de la fête du Canada, en Ontario. Inscrit dans la catégorie «Maître, 30-39 ans», François Doyon était le seul représentant de son équipe à prendre part au critérium, lequel se déroulait au centre-ville de Toronto ainsi qu’à l’épreuve de course sur route dans la région de Burlinton, deux jours plus tard.

 

Des courses âprement disputées

Au retour de sa compétition, le cycliste amateur de 38 ans s’est dit comblé: «ces deux victoires vont au-delà de mes espérances. Après tant d’années d’entraînement et de compétitions, je convoitais beaucoup le maillot canadien.» Le cycliste, se définissant lui même plus comme un sprinter, souligne au passage que les deux catégories – le critérium et la course sur route sont complètement différentes. La première se dispute sur une courte boucle de 1,4 km que les cyclistes enchaînent durant 50 minutes plus 2 tours. «C’est très technique car il y a de nombreux virages serrés et ça relance tout le temps, explique l’athlète. C’est le genre d’épreuve qui favorise beaucoup les sprinters.»  En revanche, la course sur route s’avèrera beaucoup plus exigeante le dimanche. L’épreuve constituée d’une boucle de 11,3 km que les cyclistes devaient compléter dix fois, comprenait une montée de 4 km et s’est déroulée sous une chaleur accablante. «Il faisait 45 degrés avec facteur humidex, et 16 cyclistes seulement ont terminé la course!», de dire fièrement celui qui a remporté l’épreuve reine. Un de ses secrets: s’être beaucoup hydraté avant la course.

 

Installé dans la région des Pays-d’en-Haut depuis 2000, François Doyon s’est mis au vélo vers la fin des années 1990. «Quand j’étais jeune, je ne faisais pas beaucoup de sport, dû à mon asthme chronique, raconte ce pompier de métier. C’est vers la fin de mon adolescence que j’ai commencé à pratiquer des sports aérobiques.» Suivi de près par son entraineuse Laura Warf – qu’il remercie au passage, Doyon dit tenir un entraînement et un régime alimentaire rigoureux. «Ma saison morte dure un mois durant l’automne, puis je reprends l’entraînement en roulant l’hiver sur la route avec mon vélo de montagne, en faisant du ski de fond (pas classique et skating), sans oublier les séances de spinning et de musculation à l’Interclub.» Au total, cet athlète complet dit cumuler environ 14 000 km durant sa saison de vélo. «La région est fantastique pour rouler et s’entraîner, confesse François Doyon. Une de mes boucles préférées? Depuis Morin-Heights, prendre la route 364 vers Lac-des-Seize-Îles, puis virer sur la Montée Sainte-Marie pour aller rechercher la route 327 à Lost River, remonter jusqu’à Weir, puis revenir sur Morin-Heights par la 364.»

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de