Championnats nationaux de snowboard

Photo de Jean-Patrice Desjardins
Par Jean-Patrice Desjardins
Championnats nationaux de snowboard

Jasey Jay Anderson vise une sixième présence aux Jeux d’hiver

Présent à Sainte-Adèle pour les Championnats nationaux de snowboard en début de semaine, le planchiste de Mont-Tremblant Jasey Jay Anderson confirme qu’il vise une présence aux Jeux olympiques d’hiver de la Corée en 2018. Depuis son retour à la compétition en 2014, il a deux choses en tête : continuer à performer et, surtout, faire progresser sa discipline en développant la planche la plus rapide.

Après sa médaille d’or remportée aux Jeux de Vancouver en 2010, J.J. Anderson avait pris temporairement sa retraite. Il venait de remporter une médaille d’or époustouflante, rattrapant les trois quarts de seconde qui le distançaient de son adversaire à l’ouverture des portes lors de la finale.
L’athlète disait vouloir se consacrer au développement de son entreprise, Jasey-Jay Snowboards, qui fait dans la production de produits de haut niveau en planche à neige. Mais quelques mois plus tard, c’était le retour à la compétition.
D’abord parce que la course, il a ça dans le sang, mais également pour tester les planches qu’il fabrique lui-même, avec son entreprise. « J’ai eu le goût de repartir, de développer la meilleure planche, et la meilleure façon de le faire, c’est en compétition! », explique-t-il.

Déjà cinq Jeux à son palmarès

Depuis près de 20 ans, les hivers de J.J. sont occupés à rivaliser sur le circuit de la Coupe du monde (il en sort vainqueur au général en 2001, 2002, 2003 et 2004), en tant que membre de l’équipe canadienne et aux Jeux olympiques.
Après une 16e place en 1998 aux Jeux de Nagano dans le slalom géant, une 29e place à Salt Lake City en 2002 dans le slalom géant en parallèle, il prend le contrôle de la Coupe du monde. En 2006 à Turin, il arrive 5e au snowboard cross et 20e au slalom géant en parallèle, alors que la discipline du snowboard alpin a gagné sa place parmi les sports officiels.
En 2010, c’est la consécration à Vancouver et, en 2014, il se présente à Sotchi pour les cinquièmes Jeux olympiques d’hiver de sa carrière où il obtiendra une 14e et 15e place.
Aujourd’hui, il aborde la compétition avec une philosophie différente qu’en début de carrière. « Je ne participe plus à toutes les courses. C’est selon les voyages à faire et certains parcours sont trop courts pour vraiment me permettre de me démarquer », explique-t-il.
En Championnat du monde, la saison est terminée et l’athlète en sort satisfait. « J’ai eu une bonne saison, bien que la saison passée fut meilleure. »
Ce qui compte pour Jasey Jay, c’est la progression. Une progression qui le mènerait vers une sixième participation aux Jeux d’hiver en snowboard alpin, des Jeux olympiques prévus pour février 2018 à Pyeongchang en Corée du Sud.

Et le but ultime?

Il aimerait bien aller aux prochains Jeux d’hiver, mais l’accomplissement ultime pour Jasey Jay Anderson serait de léguer ses connaissances aux futures athlètes. « Ce que j’aimerais, c’est léguer les planches les plus rapides aux autres planchistes. Je ne souhaite pas juste partager ma technique, mais tout le savoir qui fait qu’une planche est plus rapide qu’une autre. Et je pense avoir atteint mon but, cette année », confie-t-il sans jamais dévoiler le secret de sa planche.
À 40 ans, bientôt 41 ans en avril, Jasey Jay Anderson est confiant de voir sa discipline progresser. « Je trouve très bien de voir que beaucoup de jeunes commencent à pratiquer la planche et à faire des compétitions », affirme l’athlète qui sait très bien ce que la compétition demande au plan monétaire. « Avec le dollar canadien qui est en baisse, il est difficile d’embarquer dans ce sport », constate-t-il cependant.
Il se consacrera à la formation des jeunes planchistes (12-16 ans), dirigeant un camp dans l’Ouest canadien en avril. Il cite le cas du Sherbrookois Sébastien Beaulieu qui fait présentement sa place au sein de l’équipe canadienne. Équipe où on appelle Jasey Jay « le vieux », un surnom qui ne l’agace pas, au contraire… « C’est simplement que je suis l’aîné sur le circuit de la Coupe du monde. Pour moi, je vois cela comme une chance! »

Sa région, ses bleuets

Natif de Val-Morin, Jasey Jay Anderson n’oublie pas ses premières années de ski à Vallée-Bleue et la découverte de la planche à neige à l’âge de 13 ans à Belle-Neige.
On sent qu’il aime vraiment sa région. De sa résidence de Mont-Tremblant, Jasey Jay appréhende déjà une belle saison dans une autre de ses entreprises qu’il tient avec sa conjointe : une bleuetière!
Un athlète qu’il faudra surveiller dans les prochains mois et les prochaines années, pour ses chances de médaille en 2018, mais aussi parce qu’il est un ambassadeur formidable pour le Québec et les Laurentides.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de