Charmants commerçants

Par Jean-Claude Tremblay
Charmants commerçants

Chronique d’un X

jctremblayinc@gmail.com

On aura beau dire, critiquer les commerçants locaux c’est un peu comme essayé de discuter objectivement de laïcité avec Jagmeet Singh du NPD, c’est un terrain miné ! Cela dit, nos « locaux », je fais tout pour les valoriser, mais là, je suis à bout et je dois ventiler. Je le sais, toucher aux commerçants « d’ici » est un sacrilège passible de multiples châtiments, mais honnêtement, je n’en peux plus de la mauvaise qualité et du mauvais service, alors ce plaidoyer, c’est pour cette grandissante minorité que j’ai peine à aimer – pour les autres, vous avez toute mon admiration, alors bravo et continuez !

Vignettes d’horreurs locales

Voici quelques histoires récentes qui ont mené au débordement du vaste vase de ma patience. « Madame, je sens une forte odeur chimique dans les vêtements que vous venez de nettoyer, vous pouvez svp vérifier ? », a osé demander votre chroniqueur, intrigué. « C’est quoi le problème, moi je ne sens rien, ils ont été nettoyés, je ne peux rien faire d’autre, ça va faire 22,50 $ », de me répondre, très irritée, la commerçante qui tient le nettoyeur de quartier. Ciao bye.

« J’aimerais une soumission pour la réparation de ma porte svp », demandais-je poliment. « Écoutez monsieur, je n’ai pas le temps, envoyez-moi un message avec vos explications et on verra ! », de répondre impatient un commerçant de portes de garage de la capitale laurentienne. J’ai écrit, et rappelé, j’attends toujours, ça fait 3 semaines. Ciao bye.

Moi, trois collègues affamés, à peine 21 h, attablés dans un pub-brasserie artisanal de notre belle contrée. La serveuse nous annonce que la cuisine vient juste de fermer… il y a deux minutes passées, paf !, rien à manger. Pas de « je suis désolé », ni d’arachides de consolation à partager – ouste, sortez ! disait son langage corporel exaspéré, pendant que son collègue mettait pratiquement les chaises sur les tables d’à côté. Ciao bye.

« Je peux-tu vous aider ? », demande fermement la dame, visiblement fâchée de notre arrivée dans son magasin, 10 minutes avant que ne sonne le glas dont sa vie semble être ponctuée. Nous de répondre : « Oui, on voudrait voir vos verres à vin SVP ». « Là-bas à côté des carafes, mais dépêchez-vous je vais fermer », ajouta, tout aussi bête, la commerçante laurentienne, celle qui au passage, nous a dévisagés. Ciao bye. Ça, c’est seulement depuis les trois dernières semaines, et croyez-moi, je suis poli et j’en passe… beaucoup. Je ne vous parle pas de la piètre qualité de nourriture ou d’absence d’empathie, ni d’entrepreneurs véreux qui prennent les clients pour des incontinents.

Je suis persuadé que des histoires comme celles-là, vous pourriez m’en raconter 1000 autres… dans un rayon de seulement 25 kilomètres. Des clients qui disent « Ciao bye », ça tue l’économie locale et pousse la clientèle, tant locale que touristique, dans les bras des grandes corporations et ça, c’est dramatique.

Causes multiples et responsabilité partagée

Pénurie, manque de formation et tutti quanti, le problème est multifactoriel, mais une chose me frappe : vous savez cette chanson des colocs qui parle d’une bombe sur la rue principale ? C’est tristement encore d’actualité, et j’ai plus que jamais mal à ma région, où les mégaprojets sans âmes côtoient tristement les « Ti-mottons ». Je trouve qu’il manque profondément de vision chez nous au Québec, et ça inclut nos Laurentides, où le carrefour giratoire « urbanistiquo-commercial » est une anomalie, pour ne pas dire une tragédie.

Les élus et administrateurs municipaux sont certes redevables, mais les commerçants locaux sont ultimement responsables du service et de la qualité de l’offre qu’ils présentent.

À mes locaux adorés, une simple pensée : prenez la place qui vous revient, tombez en amour avec vos clients et votre métier, plus une seule bannière ne pourra vous sortir du marché.

Usez d’empathie et relevez votre service d’un cran : vous n’aurez plus jamais à craindre le rouleau compresseur des géants.   

Partager cet article

9
Laisser un commentaire

avatar
9 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
JocelyneGenevièveJean-François BienvenueNadine BeauséjourRaymond Le Saux Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jane Doe
Invité
Jane Doe

Croyant que ma vie montréalaise manquait de ce petit supplément d’âme (je suis originaire de l’Abitibi), j’ai emménagé dans les Laurentides il y a un an. Constat: pas beaucoup de services, pas de chaleur, ni de vie de village ni d’âme. Le moins bon des deux mondes en somme. On ne se sent pas bienvenu si on n’est pas ou natif d’ici ou très riche. Merci pour ce papier, je me sens moins seule.

Richard Allard
Invité
Richard Allard

Les coûts liés à la gestion d’un commerce en région doivent être amortis sur un volume de vente moindre. Normal alors de payer un peu plus que le prix d’un même article dans les grands centres. Nos commerçants doivent donc se démarquer par un service à la clientèle qui fera une différence. Certain n’ont malheureusement pas compris. Leur clientèle se tourne vers la vente en ligne: impersonnelle mais 24/7, souvent moins cher… Vous avez raison à 100%. Les gens d’affaire devront reconnaitre les avantages du service personnalisé comme un élément vital à leur entreprise. Je vais voir Stéphane au garage,… Lire plus »

Annie Duranceau
Invité
Annie Duranceau

Superbe réflexion que je partage entièrement!

Dominique Cloutier
Invité
Dominique Cloutier

Bravo, il était grand temps que quelqu’un en parle, merci Jean-Claude 🙂 A St Sauveur depuis 1973, et dans le commerce, je partage complètement ta réflexion !

Raymond Le Saux
Invité
Raymond Le Saux

C’est malheureusement la triste réalité mon cher Jean-Claude dans beaucoup de nos villages. Il y a bien sûr des exceptions. Exemple; Ce garagiste où je vais pour une réparation que je lui demande d’effectuer et qui devrait me coûter environ 500.$ et qui vérifie mon odomètre et téléphone chez le concessionnaire pour me dire que cette réparation est encore sous garantie…

Nadine Beauséjour
Invité
Nadine Beauséjour

Effectivement ! Et en tant que cliente, je n’oublie jamais d’être polie et de faire des compliments ou de montrer ma fidélité lorsque le service est humain et de qualité.

Jean-François Bienvenue
Invité
Jean-François Bienvenue

Oui mais bon, on a tous nos mauvaises journées et nos mauvais clients aussi. Je pourrais en raconter autant à l’inverse. Le seul temps où je peux devenir désagréable c’est quand on essaie trop de marchander mon travail, celui de mon équipe et mes produits. Ce n’est pas rose tous les jours de tenir un commerce, je le sais, je le fais depuis 25 ans. Mais malgré tout, j’aime encore ce que je fais et j’aime bien être mon propre patron. J’aurais aimé avoir l’assurance d’aujourd’hui quand j’ai commencé, il y en a beaucoup moins qui auraient profité de ma… Lire plus »

Geneviève
Invité
Geneviève

C’est désolant que vous ayez vécu des expériences pareilles, mais en Montréalaise qui se rend chaque été à Saint-Sauveur, je suis impressionnée par la gentillesse des commerçants dont je fréquente les restos et boutiques. C’est un des incitatifs à revenir.

Jocelyne
Invité
Jocelyne

Mon Dieu que vous tomber pile! C’est incroyable!!! J’essaie d’encourager nos commerçants locaux, mais des fois ils ne rendent pas cette tache facile par leur manque de service client. Et lorsque je vais à un endroit où le service est bon, je fais du renforcement positif, car je veux qu’ils sachent à quel point c’est apprécié (par peur que les autres les contaminent… Lol…) Merci pour cette belle chronique 🙂