Chiens abandonnés à Lost River

Photo de Bénérice Jetté
Par Bénérice Jetté
Chiens abandonnés à Lost River

Sauvés par un bon samaritain

Après avoir trouvé sur sa terre trois chiens abandonnés plutôt mal en point, Michel Fyen Gagnon a entrepris de les sauver, ayant pour seule solution la débrouillardise et ses contacts personnels.  

Dimanche le 15 septembre, de retour du travail, M. Fyen Gagnon, photographe de métier possédant une ferme à Lost River, entre Lachute et Tremblant, voit deux chiens errants sur sa terre. Les croyant sauvages et de passage, ils n’en fait pas de cas. Le lendemain matin, sorti pour nourrir ses chevaux, les chiens sont toujours là et un troisième s’est joint à eux. «Quelque chose ne tournait pas rond. Les animaux sauvages ne restent pas au même endroit bien longtemps», note-t-il. Les trois chiens de races mélangées n’étaient pas en bon état de santé. «La femelle et les deux mâles semblaient très faibles. Ils étaient maigres, surtout le plus petit des mâles, et ne jappaient pas. Les tétines sorties de la femelle indiquaient qu’elle avait accouché peu de temps avant», raconte-t-il.

Sachant les chiens trop faibles pour survivre, Michel Fyen Gagnon décide de les nourrir. «Il était facile de voir qu’il s’agissait de chiens domestiques. Ils avaient des marques de collier au cou et étaient obéissants», précise-t-il. Ayant contacté la SPCA de Sainte-Agathe lundi matin, M. Fyen Gagnon ne reçoit le retour d’appel que vers 15h30, pour se faire dire que ce point de chute de la SPCA ne dessert pas son territoire. «On m’a dit d’appeler à l’Hôtel de Ville de ma municipalité, mais c’était fermé. De toute manière il aurait fallu envoyer les chiens à la fourrière, et ce n’était pas mon intention», déclare-t-il.

 

Le mardi matin, le bienfaiteur décide d’appeler à l’hôpital vétérinaire de Piedmont, mais la vétérinaire est absente ce jour-là. La secrétaire propose de le mettre en contact avec une personne connue pour faire de la rescue canine. Lise Gagnon de Saint-Sauveur le rappelle dans les 15 minutes suivantes, lui conseillant de continuer à nourrir les chiens, pendant qu’elle organise une prise en charge. Ce même soir, Francine Roch, propriétaire de l’auberge canine Chez Alex à Saint-Calixte, contactée par Lise Gagnon, prend le relais. Francine Roch, qui l’an dernier a sauvé 35 chiens et en a sept à elle à la maison, s’est rendue le mercredi à Lost River pour vérifier l’état des chiens, les vermifuger et remettre à M. Fyen Gagnon une nourriture adéquate pour eux.

 

«J’ai appris que les mâles n’étaient pas castrés, que les chiens avaient erré probablement depuis près d’un mois, et que le petit mâle n’aurait pas survécu plus de trois jours encore», raconte Michel Fyen Gagnon. La suite des choses? «Des gens du Mississauga Human Society viendront bientôt les chercher, les mâles seront castrés, et les trois seront pris par des familles d’accueil», précise-t-il.

«Le bienfaiteur s’en est bien occupé. Nous n’avons pu fermer les yeux sur cette situation», déclare Lise Gagnon. «Trois colliers ne se détachent pas en même temps par magie. M. Fyen Gagnon a pris des photos pour les réseaux sociaux et les médias, pour sensibiliser les gens à cette problématique omniprésente dans les Laurentides», conclut-t-elle.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de