Les Clubs de l’Âge d’Or : pourquoi et pour qui?

Les Clubs de l’Âge d’Or : pourquoi et pour qui?
Journal Accès
Chronique aînés

Suzanne St-Michel, collaboration spéciale

Suzanne St-Michel est membre de la Table des Aînés et de son comité de communication et membre du C.A. de Prévoyance envers les aînés et présidente du C.A. de la Rencontre de Ste-Marguerite-du-Lac-Masson.

 

Que ce soient Association, comité, Toison d’or, club de l’amitié, club à la détente, Amicale, club Étoile ou Groupe de la Sagesse, toutes les  municipalités de la MRC ont un regroupement de personnes de 55 ans et plus. Est-ce vraiment nécessaire?

Bien souvent, au 50e anniversaire de confrères de travail et d’amis, je leur offre un abonnement à la FADOQ. Je dois vous avouer qu’ils ne la trouvent pas drôle. « Je suis bien trop jeune pour faire partie d’un Club de l’Âge d’Or! », lancent-ils. Je leur réponds qu’il n’est jamais trop tôt pour s’occuper de ses droits et de préparer son futur proche.

Chaque communauté doit favoriser la création et le maintien d’un regroupement pour les gens « d’expérience » comme nous. Par contre, c’est à nous de le bâtir et de le nourrir à notre image. J’oserais dire qu’un club reflète le niveau d’implication des gens d’âge mûr dans la collectivité : plus il est vivant – plusieurs participants et activités – plus il sera respecté et reconnu par la population.

Ce type de regroupement doit bien répondre à un besoin puisque les membres se comptent par centaines. Pour bien des gens, la vie sociale se résumait aux consœurs et aux confrères de travail. Après avoir quitté, le vide se crée et ce grand changement nous oblige à nous réorganiser selon nos goûts et notre état de santé.

J’ai été bien surprise quand je me suis inscrite, car j’ai rencontré des gens « ricaneux » et très moqueurs. Entre nous, le rire est le médicament idéal contre la solitude. J’y ai découvert aussi des gens généreux et un climat d’entraide puisque, peu importe le problème, on a besoin des autres et c’est chacun son tour.

Un des préjugés est que les membres de ces clubs ne jouent qu’aux cartes et à la pétanque. Eh bien, oui, mais il y a tant à faire. Juste pour vous donner une idée, voici la liste des activités offertes par le Club de l’Âge d’Or de Ste-Marguerite-du-Lac-Masson, composé d’environ 315 membres sur 2 500 habitants. Elles ont lieu du lundi au vendredi AM et PM en compagnie d’un professeur ou d’un responsable : yoga, ateliers projet libre, golf femmes et hommes, billard, club de marche, vie active (exercices physiques), peinture à l’huile et danse en ligne, et ces choix évoluent selon les saisons.

À celles-ci s’ajoutent dîner pizza, souper de la St-Valentin, souper méchoui et épluchette de blé d’inde et comme sorties il y a par exemple, visite des vignobles et dégustation de vins, Musée d’Art Contemporain (Leonard Cohen), conférences sur certains pays avec dégustation de mets nationaux. Un club n’est pas seulement pour passer le temps mais bien pour le VIVRE à plein.

Alors, si un club a peu de participants et vous, comme membre, vous vous demandez pourquoi vous n’avez pas beaucoup d’activités et peu de diversité, il est en premier lieu temps de vous questionner et ensuite de suggérer et impliquez-vous en vous portant volontaire – rien n’arrive sans effort!

Il ne faut surtout pas oublier que le conseil d’administration et les responsables des activités sont bénévoles. Ils s’investissent en temps, en énergie et en créativité « pour se garder à la mode », comme dirait mon père. Sans le support financier de la municipalité (local gratuit, graphisme et imprimerie et demande de permis), les clubs n’y arriveraient tout simplement pas. De plus, nous avons des opinions et des besoins et quel organisme est le mieux placé pour nous défendre auprès de la mairie?

On se fait-tu une p’tite partie de cartes?

Référence : Répertoire des ressources pour les 55 + / Liste et numéros de téléphone des clubs de la MRC, page 21.

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chronique aînés

  • Fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Pas tellement!

    Chronique Au coeur du monde par Diane Baignée diane.baignee@gmail.com   « J’ai peur de finir en CHSLD! » s’exclamait...

  • Qu’est-ce qui bloque l’embauche des 55 ans ou plus?

    Suzanne St-Michel, collaboration spéciale Combien d’entre nous seraient restés au travail après 60-65 ans alors que l’employeur...

  • Trouver l’amour à 55 ans ou plus!

    Les publicités sur les sites de rencontre de toutes sortes nous transmettent l’idée que si vous adhérez...

X