Aménager un talus

Aménager un talus
Chroniques

À voir!

Voilà certainement une des questions qui revient le plus souvent en aménagement. On a choisi de vivre dans les Laurentides, pour plusieurs raisons. Le paysage montagneux y est exceptionnel, mais nous cause parfois quelques problèmes quand vient le temps d’aménager notre terrain. Un terrain en pente est évidemment plus problématique qu’un terrain plat!

Ce qu’on nous demande souvent c’est quoi faire avec une pente qu’on a à prime abord gazonnée et qui est devenue problématique à tondre. Et très souvent le souhait est d’avoir une plate-bande.

Quand on a affaire à une pente, il faut d’abord en regarder le degré pour voir s’il est possible de la transformer en plate-bande. Il y a certaines plantes qui vivent très bien en terrain pentu, mais leur nombre est limité. Par contre quand la pente est légère, la plupart des plantes s’y plairont bien. Donc, si c’est trop abrupt, peut-être faudrait-il considérer faire des étages, avec des murets, pour ainsi créer des plateaux de plantation.

Si c’est le cas, et que vous optez pour des murets, prenez le temps de bien regarder votre talus, et faites preuve d’imagination quand à l’emplacement desdits murets. La pire erreur est probablement ce que j’appelle «les rangs d’oignons», soit des murets qui se suivent tous parfaitement. Parfois c’est indiqué, et parfois c’est la facilité. La perfection dans la nature, ça n’existe pas. Alors vous pouvez aussi oser dans l’emplacement et la disposition des murets. Dépendamment des matériaux que vous utiliserez, certains vous permettront plus de latitude que d’autres. Il n’est pas non plus interdit d’utiliser plusieurs matériaux. Par exemple, si vous avez choisi de faire des murets en blocs de béton, ou en pierres plates, vous pourriez également intégrer dans les murets des pierres plus grosses, et donc vos sections de murets pourraient aller se buter dessus. C’est très joli et ça brise la ligne, ou la courbe…ça change le rythme. Aussi si vous avez plus d’un muret à faire, il est également très intéressant entre deux murets d’intégrer des pierres de différentes grosseurs, seules ou regroupées, encore une fois pour changer de rythme, pour donner de la structure et pour faire un rappel de ce qu’on retrouve dans la nature. Aussi si la pente n’est pas trop raide et que les murets ne sont pas nécessaires, vous pouvez malgré tout placer quelques pierres, surtout si l’espace à aménager est grand! Ça vous facilitera la vie, vous aurez besoin de moins de végétaux et donc ça allège en quelque sorte l’aménagement.

Pour ce qui est des plantes maintenant. Quand on plante en pente, on pense d’abord à retenir le sol, et donc à des plantes qui ont un bon système racinaire, qui se multiplient bien et qui sont également tolérantes à des conditions difficiles. L’ensoleillement reste un facteur déterminant dans votre choix; ne jamais l’oublier. Mais surtout il faut penser que les plantes ne doivent pas être de celles qui ont de grands besoins en eau; on est en pente, et donc même quand il pleut, l’eau ruisselle à la surface. Pire encore, si la pente se trouve sous des arbres matures, ceux-ci ont des racines qui siphonnent tout ce qu’il y a en eau….alors encore une fois, observez bien l’environnement.

Pour les avoir mises à l’épreuve, en voici quelques-unes que j’utilise fréquemment dans une plate-bande en pente. Le lupin sans doute une des meilleures plantes de talus.

L’Achillea attention ça se multiplie, mais c’est fantastique, ça se répand très bien, ça fleurit longtemps. Les Campanules en général vont bien. L’Echinops plus haute, superbe sphère bleu électrique. L’Hesperis la julienne des jardins, que beaucoup de gens confondent avec un phlox. La Lysimachia cletroides cou d’oie, blanche… superbe, agressive, mi-ombre aussi bien que soleil. La lavande aussi peut aller en pente douce au plein soleil…les géraniums vivaces aussi. Pour ce qui est des couvre-sol: la vinca mi-soleil à ombre totale parce qu’elle aime la fraîcheur. Feuillage persistant, donc intéressant, pente en sous-bois… indiqué!

L’ajuga, la prunella, l’aegopodium (très envahissant), l’alyssum saxatile jaune, la fleur est semblable à celle de l’alyssum annuel. Le cerastium feuillage gris fleur blanche, très délicat, très joli. La vigne vierge pourrait aussi faire l’affaire. Pour un talus humide, la lysimachia nummularia. Pour ce qui est des arbustes: Le sorbaria très envahissant, très efficace pour retenir la pente mais assez haut 1m70, floraison ressemblant au plumeau d’astilbe, crème, soleil à ombre. Les cotoneaster vraiment un arbuste de naturalisation des pentes, très intéressant, beau feuillage vert luisant persistant, demande le plein soleil.

Cognassier du japon (chaenomeles), excellent aussi pour une pente douce, belle fleur orange….par contre, il y a des épines…donc attention aux enfants et aux jardiniers!!!

La potentille aussi c’est excellent pour une pente douce, plusieurs couleurs, la jaune et la blanche étant les plus performantes.

Les rosiers rugosa! Très bon aussi …

Certains genevriers, dont le juniperus horizontalis plumosa et plumosa compacta, les pins mugo aussi. Et évidemment, les vinaigriers sont les arbustes à grand déploiement les plus indiqués. Il y a aussi des graminées qui sont heureuses en talus, on regardera ça la prochaine fois!

Chantal Rochette_Au Coin du Jardin

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • L’Homme s’ennuie

    La chronique à Mimi Des fois, il me faut un GPS pour suivre l’Homo Sapiens modèle 2018....

  • La clé du bonheur

    Chronique :  La deMOIs’aile / / École A.-N.-Morin Océane Théorêt, secondaire 5 « Sois belle, mais pas trop,...

  • Le cancer de la prostate

    Le mois de novembre est depuis 2004 dédié au cancer de la prostate. Levons le voile sur...

  • Épicerie bio-vrac-local : De belles nouveautés dans mon bocal

    Chronique : « Bouffe ta région »   Si vous êtes soucieux de réduire votre empreinte environnementale et que...

X