Comme la neige a neigé

Comme la neige a neigé
Mimi Legault
Chroniques

La chronique à Mimi

par Mimi legault

Janvier 2018. Ce matin-là, j’ai su en me levant que ce serait une journée céréale, que ça ferait cric crac croc à chacun de mes pas. Une journée crispée. Tout crissait, les pneus, les gens. Surtout les gens. Mais dites-moi, de quoi parleriez-vous avec votre voisin si la météo n’était pas si changeante au Québec? Je me sentais d’excellente humeur. Rien pour déranger mes habitudes, surtout pas les moins 23 degrés Celsius qui, avec le facteur vent, frisaient les moins 35. Mais le paysage était magnifique. Tellement qu’en déjeunant, j’ai écrit un poème.

En sortant de la maison, je suis rentrée aussitôt. J’ai ajouté alors une doublure à mon manteau, mis ma tuque, mes mitaines, des bas plus chauds, alouette.

En réalité, il m’aurait fallu porter une combinaison avec dompteuse. Je l’admets froidement, Dame Nature n’était pas de mon bord. Brrrrr furent les seuls mots qui ont osé sortir de ma bouche. Pas grave, comme disait l’un de mes oncles : pour ne pas croire en la magie de l’hiver, il faut avoir la tête et le cœur bourrés de sciure de bois! Tentative vaine de démarrer l’auto. Au bout de quelques essais, j’ai téléphoné à une amie qui est venue me dépanner avec son vieux tacot, vive le progrès. Le ciel avait bien craché un bon dix centimètres. J’ai donc senti l’appel de ma pelle et le devoir de voir à mes affaires.

Pour pelleter, j’ai pelleté. Et la charrue de la ville est passée me laissant un généreux sillon. En voulant en faire plus, (j’ai pourtant un déneigeur hors pair, merci Jean), je me suis fait mal au dos.

Là, ma bonne humeur a suivi la courbe de mon thermomètre. Suis partie faire ma marche quotidienne, le temps de replacer ma colonne verte et drabe, comme disaient mes petits.

Et là, mes amis, j’ai entendu les mots que personne ne veut entendre : une jeune femme tenait contre elle son garçon qui venait de se coller la langue contre un poteau de fer. Elle criait, paniquait, hurlait. J’ai pris sa place en lui demandant d’aller chercher de l’eau froide. Viiiiite madame!

Une éternité s’est écoulée. Dans les faits, deux minutes et quart. Délivrance de l’enfant.

J’ai eu chaud, façon de parler…Même mon chat a refusé de sortir ce matin, il m’a regardé en ayant l’air de dire pourquoi ne suis-je pas né en Floride? Ta gueule minou. C’est à cause de Jacques Cartier tout ça, il aurait pu descendre plus bas avec son bateau. Il a attrapé le scorbut aussi…

Il ne faisait pas froid, y faisait frett en titi. Quand ton nez coule comme dix érables, quand la marmotte n’est plus l’ombre d’elle-même, quand l’ours dans sa tanière fait des cauchemars, ça polaire que le printemps est proche. Quand tu craches et que c’est un petit cube de glace qui atterrit. Quand t’es gelé comme Éric Lapointe et que tu finis par ressembler à l’abominable homme des neiges. Quand tu ouvres la porte patio et qu’une vapeur envahit la cuisine, que tu veux sortir pitou et qu’il fait semblant de ne pas t’entendre. Quand le mercure se cache en bas du thermomètre, ça va pas ben…

Une visite chez le dentiste était prévue. Un peu de plomb dans la dent un peu moins dans ma tête. Et pendant ce temps, la neige s’est mise à neiger, le vent à venter, la tempête à tempêter, la secrétaire à sécréter. Oups! Pardon, il m’arrive parfois de m’égarer dans mes mots. Ah! Ce janvier qui attaque maintenant mes neurones. L’hiver n’est pas une saison, c’est une occupation à plein temps!

En revenant à pied, j’avais un exemplaire de l’Accès sous mon bras. Pas une bonne idée. Parce qu’elle était là qui m’attendait. La rafale. Elle m’a pris mon journal : ça court vite des nouvelles! Le mot de Thomas d’un bord, les articles d’Isabelle de l’autre. L’enfer!

Alors, je suis rentrée directement à la maison, un peu moins gaie.

Je me suis fait un chocolat chaud, j’ai allumé le foyer. J’ai fermé mes rideaux, déchiré mon poème et me suis emmitouflée dans ma doudou sous l’œil moqueur de minou et me suis finalement endormie en rêvant à l’été!

mimilego@cgocable.ca

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • L’Homme s’ennuie

    La chronique à Mimi Des fois, il me faut un GPS pour suivre l’Homo Sapiens modèle 2018....

  • La clé du bonheur

    Chronique :  La deMOIs’aile / / École A.-N.-Morin Océane Théorêt, secondaire 5 « Sois belle, mais pas trop,...

  • Le cancer de la prostate

    Le mois de novembre est depuis 2004 dédié au cancer de la prostate. Levons le voile sur...

  • Épicerie bio-vrac-local : De belles nouveautés dans mon bocal

    Chronique : « Bouffe ta région »   Si vous êtes soucieux de réduire votre empreinte environnementale et que...

X