Le comité aviseur à Saint-Adolphe réagit au rapport du ministère de l'Environnement

Par Journal Accès
Le comité aviseur à Saint-Adolphe réagit au rapport du ministère de l'Environnement

 

Accès – On pouvait lire dans Le Journal de Montréal du 8 octobre que le ministère de l’Environnement, dans un rapport d’inspection produit en septembre dernier, concluait qu’Hydro-Québec avait fait du dynamitage illégal sur la rive du ruisseau Baguette, ce qui a pollué ce cours d’eau ainsi que les lacs Massie et des Trois-Frères.

« De la part d’une société d’État, c’est totalement révoltant et inacceptable, affirme Sarah Perreault du comité aviseur. Ce sont des dommages considerable, mais l’amende n’est que de 5 000 $. C’est de la petite monnaie pour Hydro, presque une incitation à continuer de polluer nos cours d’eau. Le gouvernement sortant a décidé de laisser Hydro détruire nos paysages. A-t-il aussi décidé de sacrifier nos lacs? La ministre Melançon est toujours en poste, elle doit intervenir d’urgence dans ce dossier, avant même la passation des pouvoirs ».
L’article du Journal de Montréal fait mention de six déversements de sédiments lors de la rédaction du rapport du MDDELCC. Or, nous en sommes maintenant à 12.
« Cette semaine, les pluies ont encore fait céder des barrières à sédiments dans le secteur des lacs Massie et des Trois-Frères, déplore Denise Payette. Au printemps, ce sera une catastrophe ! Même les travailleurs d’Hydro semblent inquiets de la suite des choses. Après trois mois, ils n’ont toujours pas le contrôle de la situation et nos lacs continuent de subir un tort qui est irréparable ».
Mentionnons que des membres du comité aviseur, aidés de citoyens, ont relevé des problèmes de sédimentation et de pollution des cours d’eau ailleurs sur le tracé, notamment au chantier du pylône 57.
« Le chef de projet, Nicolas Tremblay, avait affirmé à TVA qu’il y avait des problèmes sur seulement un kilomètre. C’est beaucoup plus ! Et le ministère de l’Environnement n’a pas pu encore inspecter tout le tracé. Il faut stopper les travaux, faire cette inspection le plus vite possible pour bien analyser la situation et mettre en place des mesures qui seront adéquates à long terme », poursuit Denise Payette.
En terminant, rappelons que, pendant la campagne électorale, le parti de François Legault s’est engagé à suspendre les travaux et réévaluer les scénarios mis sur la table, dont l’enfouissement.
Hydro, de son côté, semble avoir accéléré les travaux et l’assemblage des pylônes.
« Les Québécois veulent voir Hydro réaliser des projets dont ils seront fiers. Il ne sera jamais trop tard pour mettre fin à ce gâchis environnemental et paysager, et faire de la ligne du Grand-Brûlé un projet qui fera la fierté de tous, y compris d’Hydro-Québec », conclut Sarah Perreault.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de