Conservation de la nature : Encore plus de terres protégées à Morin-Heights

Par Production Accès
Conservation de la nature : Encore plus de terres protégées à Morin-Heights

Véronique Piché – C’est l’histoire d’un promoteur immobilier, d’un homme politique et d’une protectrice de l’environnement. Le résultat de leur improbable rencontre est l’annonce d’un projet majeur de conservation de la nature à Morin-Heights.

 

Au fil des ans, Jane Hope et Mathieu Filion se sont croisés plusieurs fois. Notamment au sein de Ruisseau Jackson aire naturelle protégée (RJANP), un organisme œuvrant à la protection du bassin versant de ce même cours d’eau. Aussi, en 2017, tous deux assistent à une conférence sur la conservation en terre privée. Quelques mois plus tard, ils font chacun une offre pour l’achat de terrains de grande valeur – monétaire et écologique –, alors détenus par Mont-Saint-Sauveur inc. « Jamais nous n’avons été des adversaires », souligne Mme Hope. D’ailleurs, ils avaient besoin l’un de l’autre.

Mathieu Filion n’est pas un promoteur immobilier comme les autres. Le jeune homme d’affaires originaire de Morin-Heights souligne que, pour lui, le développement est inévitable, mais qu’on ne peut pas tout détruire. Cet oiseau rare ne pouvait acheter l’entièreté de ces terrains pour ensuite les mettre sous le couvert de la protection. Question de gros sous. Il n’hésite pas à dire que Jane Hope est la « plaque tournante » de ce grand projet qui mène aujourd’hui à la création d’une nouvelle réserve naturelle.

En gros, Invesco Habitation a mis la main sur les 330 acres mis en vente. Jane Hope, de son côté, a amassé auprès de généreux donateurs privés les fonds nécessaires au rachat d’une partie importante de ce domaine. En y rattachant d’autres terrains qui appartenaient déjà au promoteur, il y a aujourd’hui 215 acres protégées par des servitudes de conservation, lequel espace sera bientôt enregistré au statut de réserve naturelle. Sur le reste de la terre, Invesco Habitation développera un lotissement appelé « à faible densité ».

  • 14 % du territoire de Morin-Heights est « protégé ».
  • 17 % d’ « aires protégées » en 2020, voilà l’objectif du Québec (10 % actuellement).
Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Daniel DowningGuy SimardChristian Verronneau Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Christian Verronneau
Invité
Christian Verronneau

Voilà un excellent accomplissement de grands visionnaires! Les Laurentides ont besoin de gens dévolus à sa cause afin d’assurer son développement durable ainsi que sa pérennité en tant que réserve de plaisirs où il fait bon vivre…Félicitations!!!

Daniel Downing
Invité

C’est plutôt un manque de vision au départ de l’attribution des terres publiques. Les terres publiques ont été vendues collées une sur l’autre sans espaces pour circuler. Maintenant ça prend des tours de magie semblables, avec des promoteurs immobiliers (et les déductions fiscales associées) pour avoir des semblant d’accès. Voyez ce vidéo pour voir comment c’est hors Québec.. https://youtu.be/YB5QpjRRq-8

Guy Simard
Invité
Guy Simard

Bravo et merci a lequipe et jespere que le gouvernement et/ou les elus(es), ne pourront plus jamais expropries qui que se soit de cooperation pour la sauvegarde de notre patrimoine sans en etudie sous toute les coutures les impactes quas creer depuis bien des decenies letalement sauvage de l`urbanisation . Encore une fois bravo .