Une consultation sous le signe de la collaboration

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
Une consultation sous le signe de la collaboration

Maintien des élèves de 6e année à Val-David

Près d’une centaine de personnes étaient présentes à la consultation publique, le 19 février, à l’école Saint-Jean-Baptiste de Val-David, où une vingtaine de parents ont pris la parole pour poser des questions et argumenter l’importance de maintenir les élèves de 6e année dans le village. Plusieurs mémoires et rapports ont été déposés en ce sens.

« Nous avons senti une belle ouverture, une prise de conscience des commissaires et de la commission scolaire et une volonté réelle de prendre en considération nos scénarios et nos arguments, toujours dans l’intérêt des enfants », explique Isabelle Doyon, vice-présidente du conseil d’établissement.

La Commission scolaire des Laurentides (CSL) a pris le temps de présenter le scénario de transfert des élèves de 6e année à la Polyvalente des Monts. Bien que les parents n’aient pas de doute sur la qualité du programme d’enseignement secondaire, ils ont été déçus de constater que cette solution offrait aux enfants d’âge primaire un cadre d’école secondaire : cohabitation dans les mêmes espaces (autobus, cafétéria, etc.).

« Je trouve rassurant que la plupart des commissaires se soient déplacés, signe qu’ils prennent au sérieux les enjeux et la décision qu’ils ont à prendre dans les prochaines semaines », souligne Martin Bourque, papa impliqué dans le comité de mobilisation.

Plusieurs témoignages ont également permis aux commissaires de bien comprendre la réalité des enfants à besoins particuliers et l’importance de la stabilité et du respect de l’enfant.

À la fin de cette consultation, qui s’est déroulée dans le calme et le respect, la présidente de la CSL, Gisèle Godreau, s’est dite émue de l’engagement des parents dans la réussite scolaire de leurs enfants.

« Nous voulons que l’équipe-école fasse partie de la solution. Nous voulons également faire partie de la solution et nous demeurons disponibles pour collaborer dans les prochaines étapes », conclut Mme Doyon.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de