Contrat d’un an pour Gabriel Gagné

par Luc Robert
Contrat d’un an pour Gabriel Gagné
L’Adélois Gabriel Gagné (Photo : courtoisie)

Filiale des Blackhawks de Chicago

Le hockeyeur adélois Gabriel Gagné a impressionné la direction des Blackhawks de Chicago, au point elle lui a consenti un contrat garanti d’une saison avec leur principal club-école, les IceHogs de Rockford, en Illinois.

 

L’attaquant droitier a mis sa griffe au bas de l’entente, tout juste avant la suspension des activités dans la Ligue américaine de hockey (LAH), le 12 mars dernier. « J’ai l’esprit en paix. Après avoir évolué avec trois équipes différentes, au cours de la saison 2020-2021, cette nouvelle est arrivée au bon moment. Je pourrai m’entraîner sans soucis cet été », a-t-il confié.

Gagné a partagé la saison en cours entre le Reign d’Ontario et les IceHogs dans la LAH, ainsi qu’avec les Americans d’Allen (24 b, 14a, soit 38 pts en 36 pj), dans la Ligue de la Côte Est. « Au début de mars, il y a eu plusieurs blessés avec les IceHogs. J’en ai profité pour faire ma place. Au retour au jeu de ceux sous contrat avec LNH, j’ai continué à être employé régulièrement par l’entraîneur Derek King. Le directeur-gérant Marc Bernard m’a ensuite présenté le contrat ».

Ancien choix de 2e ronde des Sénateurs d’Ottawa en 2015 (36e au total), le colosse terminait cette année un contrat de trois saisons, signé avec le club ontarien, le 23 septembre 2016. « Ça va tellement vite, pour les postes disponibles, dans la LAH. Tu joues au match des étoiles en 2018, puis tu te promènes entre Toronto, Belleville et Saint-Jean de Terre-Neuve. Là, j’ai profité de l’ouverture. J’ai hâte à l’entraînement estival, au Centre Rousseau Sport de Boisbriand ».

Physique de l’emploi

À 6’05’’ et 220 livres, Gagné n’est pourtant pas robuste dans les coins de patinoires. Au contraire, ses mains lui ont valu les compliments des dépisteurs. « Je ne suis pas le genre à brasser. Mais si un défenseur me présente son épaule, je foncerai. J’ai ajouté du muscle à ma charpente, qui était à 190 lbs. Je dois aussi améliorer ma vitesse, car en prenant du coffre, mes foulées ne sont plus à mon goût ».

« Il n’y a pas grand-chose pour te préparer au niveau pro mineur de la LAH. C’est difficile d’accumuler des points à 5 contre 5 : tu apprends sur le tas. Je n’ai pas les habilités de Patrick Kane, des Hawks, mais mes mains m’ont permis de tenir mon bout ».

Retour en mai ?

Dans un nouveau message publié par la LAH le 16 mars, la direction du circuit a permis aux joueurs de retourner dans leur ville de résidence. Un possible complément de saison existe, en mai, si le coronavirus s’estompe. « J’ai été cloisonné à l’hôtel de Rockford pendant six jours, en attendant la décision de suspendre les activités. Je tournais en rond. Dès l’annonce, j’ai pris un vol de Chicago à Montréal-Trudeau. Je suis depuis en quarantaine chez mes parents, à
Sainte-Adèle. On pourrait disputer des éliminatoires en mai ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de