pub de recyclage
Élise Lamarche, directrice du Carrefour jeunesse-emploi.
|

Carrefour jeunesse-emploi des Pays-d’en-Haut poursuit sa mission de manière différente

Par Production Accès

Depuis le 13 mars dernier, le Carrefour jeunesse-emploi des Pays-d’en-Haut est demeuré ouvert de manière virtuelle. À partir du 15 juin prochain, il permettra certaines rencontres en personne, notamment pour les jeunes qui n’ont pas accès à l’informatique ou au téléphone, et ce, tout en respectant les consignes de distanciation sociale. Élise Lamarche, directrice générale de l’organisme, nous explique comment  leur travail et les priorités se sont transformés, les poussant à réinventer leur approche.

 

Mission

Le Carrefour jeunesse-emploi des Pays-d’en-Haut est un organisme sans but lucratif qui aide les jeunes de 16 à 35 ans dans leur insertion sociale et professionnelle, que ce soit pour trouver un emploi, retourner aux études ou réaliser un projet.

 

D’entrée de jeu, la directrice souligne qu’il y a eu une baisse de l’achalandage étant donné que la situation est passée d’une pénurie de main-d’oeuvre à un taux de chômage élevé. En effet, pour le mois d’avril dans les Laurentides, le taux de chômage s’élevait à 11,2% et en mai 2020 au Québec, il s’élevait à 17%. « Nous n’avons pas beaucoup d’achalandage parce que beaucoup de personnes sont en attente d’être réembauchées. Ainsi, même si le taux de chômage est élevé, ça ne veut pas nécessairement dire que les gens demandent de l’aide pour trouver un emploi et il y en a beaucoup qui sont aussi en attente pour retourner aux études », spécifie Élise Lamarche.

Des besoins différents et une nouvelle clientèle

Par ailleurs, pour ceux qui font toujours appel aux services, les priorités changent. La directrice générale indique qu’un grand besoin de soutient se manifeste au niveau des demandes de services gouvernementaux, comme notamment la Prestation canadienne d’urgence. « Nous nous retrouvons donc à donner davantage d’informations générales, référer aux bonnes ressources, aux banques alimentaires. Il y a aussi plusieurs clients que nous aidons au niveau de leur anxiété ».

Élise Lamarche remarque aussi l’arrivée d’une nouvelle clientèle au Carrefour jeunesse-emploi; il s’agit de professionnels ou de personnes qui avaient de bon emplois et se retrouvent à présent en situation de vulnérabilité. « Ils se cherchent autre chose ou ils en profitent pour se réorienter », ajoute la directrice.

La persévérance scolaire à risque

L’autre enjeu qui préoccupe présentement l’organisme est davantage au niveau de la persévérance scolaire. « Pour les jeunes qui étaient en difficulté, leur motivation pour retourner à l’école n’est pas très grande. Nous sommes en train de regarder avec les directions d’école et tous les partenaires jeunesse pour trouver les moyens d’être en contact avec ces jeunes-là malgré la situation. »

Pour la suite, Élise Lamarche s’attend à une hausse d’achalandage au fur et à mesure que le déconfinement se poursuivra ainsi qu’à une clientèle très variée. Elle anticipe aussi que plusieurs personnes en profiteront pour se réorienter dans leur parcours professionnel, nécessitant ainsi leurs services.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Événements à venir

Aucun événement restant pour Août