(Photo : Depositphotos)
|

« Les jeunes ont besoin de se retrouver entre eux »

Par France Poirier

Paule Blain Clotteau, directrice de La Maison des parents du Québec à Saint-Jérôme et du Centre de pédiatrie sociale, estime que cette période d’isolement est difficile pour les jeunes qui sont en pleine transition.

 

« À l’adolescence, les jeunes quittent l’enfance pour devenir adultes et c’est déjà une période anxiogène. Alors quand, les rites ne se font pas, c’est très difficile », explique madame Clotteau.

Les rites comme la fin du secondaire, le bal, l’entrée au Cégep permettent de boucler la boucle pour entamer une autre période. « De plus, ce sont des moments délicats avec la transformation corporelle et affective que vivent les jeunes. Ils doivent tout gérer ça pendant cette crise, ce qui crée parfois de l’insécurité », ajoute la directrice.

À titre de thérapeute, elle doit rencontrer les familles et pendant cette période de confinement, elle se rendait chez les familles à l’extérieur à deux mètres pour qu’ils puissent exprimer ce qu’ils vivaient, tant les parents que les enfants, grâce à un questionnaire.

« Pour les ados, c’est important de se retrouver entre jeunes, ils redéfinissent le monde. Quand on quitte le secondaire habituellement l’espoir est devant nous, mais actuellement il y a une forme d’anxiété, d’impuissance, de dévalorisation et de dépression pour certains jeunes. Il faut trouver une façon de gérer la situation et certains parents se sentent désemparés. Certains d’entre eux vivent aussi leurs inquiétudes, ce qui crée parfois des conflits ados-parents », ajoute Paule Blain Clotteau.

Plus de liberté

Selon la thérapeute, il est important de les laisser sortir dans de bonnes conditions, mais il faut laisser aller les jeunes. Actuellement, l’internet, les jeux vidéo offrent des moments bénéfiques, parce que ça permet de garder le contact et c’est très important.

Il faut communiquer, parler, respecter l’intimité de chacun, parler du futur, que ce n’est pas la fin du monde et qu’il y aura un avenir.

 

La Maison des parents s’est donné comme mission d’accompagner et de préparer les parents à leur métier. Elle propose d’outiller ces derniers afin de faire face à diverses situations de la vie quotidienne en passant en revue les grandes étapes de l’enfance, de l’adolescence et de la vie de couple. L’organisme propose aux parents des rencontres de groupe, des conférences ainsi que du support individuel. De plus, la Maison des parents a mis sur pied une clinique de pédiatrie sociale et communautaire offrant des services médicaux, psychosociaux, juridiques et éducatifs.

Pour les rejoindre : 450 438-7708 ou www.maisondesparents.com

Paule Blain Clotteau directrice de La Maison des parents du Québec et du Centre de pédiatrie sociale à Saint-Jérôme.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.