Michel Bélisle, bénévole chez Soupe et compagnie des Pays-d'en-Haut
|

Michel Bélisle : Des desserts, des marches et du bénévolat!

Par Production Accès

Le 16 avril dernier en avant-midi, Michel Bélisle, bénévole chez Soupe et compagnie des Pays-d’en-Haut, avait déjà bien entamé sa journée. Il a quitté quelques instants son comptoir, ses carottes et ses oignons pour m’expliquer le travail essentiel qu’il réalise chaque semaine.

 

Un spécialiste des desserts

Depuis deux ans, ce bénévole dévoué s’implique chez l’organisme de Saint-Sauveur et y travaillait normalement une journée par semaine, le mercredi. À présent, étant donné le nombre réduit de bénévoles en raison des consignes de distanciation sociale et la demande en hausse, il travaille trois jours par semaine, le lundi, mardi et jeudi. « On commence à 8h et parfois on finit vers 17h15, 17h30. Mais c’est tellement plaisant, on a tellement une belle équipe que je ne m’en passerais pas », affirme-t-il.

Selon la demande, Michel Bélisle cuisine ce qui est ensuite redistribué. « Ça peut être de couper des légumes, faire de la soupe ou encore des desserts. Je fais beaucoup de desserts, c’est ma spécialité! », lance-t-il. En effet, en une seule journée, il me raconte avoir déjà fait 192 portions d’un dessert et 96 portions d’un autre dessert, sans compter tout le reste. La cuisine est pour le bénévole une grande passion, lui qui n’y a pas fait carrière alors qu’il travaillait plutôt en électronique à Montréal.

Une retraite active

« J’ai pris ma retraite à 55 ans; je suis vraiment privilégié. Je voulais passer une retraite qui était plaisante. J’ai été faire cinq voyages humanitaires pour le plaisir, pour voir autre chose et surtout pour travailler en équipe. Parce que quand on tombe à la retraite, oui on voit des gens, on peut faire pleins d’activités, mais ce n’est pas comme le travail. Quand on fait de l’humanitaire, on travaille ensemble, c’est vraiment plaisant. M’occuper et travailler avec du monde, ça me manquait. » C’est pourquoi il a choisi de s’impliquer dans divers groupes et activités variées.

« Je me cherchais une place pour faire du bénévolat. J’en avait fait ailleurs, mais à présent, je voulais en faire en lien avec la cuisine. Il y a quelqu’un du club de marche de Saint-Sauveur qui m’a présenté et j’ai commencé à travailler chez Soupe et compagnie. Ça fait deux ans de ça et je suis resté. L’ambiance est super bonne, c’est un bel organisme », souligne-t-il.

Les jours qu’il ne travaille pas, l’homme âgé d’aujourd’hui 63 ans marche 10 à 14 kilomètres par jour. « J’ai fait trois chemins de Compostelle; marcher pour moi, c’est normal! » Il fait partie de deux clubs de marche et d’un club de vélo en plus de faire du bénévolat pour Soupe et compagnie. Michel continue de se garder occuper et de faire le bien autour de lui.

 

Soupe et compagnie en campagne de financement

Soupe et compagnie des Pays-d’en-Haut lance une importante campagne de financement afin de nourrir les gens dans le besoin en cette période difficile.

La façon la plus simple de soutenir Soupe et compagnie est de se rendre sur son site Internet au soupeetcompagnie.com et de faire un don en ligne par le biais du service sécurisé Paypal ou par virement bancaire à direction@soupeetcompagnie.com. Tous les dons de 25$ sont éligibles à un reçu officiel aux fins d’impôt. Pour information : 450 744-0207.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.