(Photo : Courtoisie)
Jardissimo Pépinière Lorrain à Prévost a rouvert ces portes mercredi dernier.
|

Réouverture de Jardissimo Pépinière Lorrain

Par francoiseleguen

Une excellente nouvelle pour Jean Denis

Le gouvernement a inclus dans sa liste des services essentiels les centres de jardinage et les pépinières et leur permet de reprendre leurs activités à compter du 15 avril. Une nouvelle qui a été accueillie avec un soupir de soulagement par Jean Denis, propriétaire de Jardissimo Pépinière Lorrain à Prévost.

 

« On avait anticipé la possibilité d’ouvrir, mais on ne savait pas que ça serait si tôt ! C’est une bonne nouvelle, on est très heureux ! Ça commençait à être très stressant. Pour nous, mais aussi pour nos producteurs qui travaillent très fort. Ils avaient eu le OK dès le mois de mars pour continuer leur production, mais ils commençaient à se demander s’ils allaient vendre leurs plantes cette année ou les jeter », souligne M. Denis. Ce dernier pense que ça rassure aussi la population, « car on voit que les gens sont friands de se faire un potager et ainsi pouvoir s’assurer qu’ils vont avoir des légumes pour la saison estivale. On a tous cette inquiétude-là, on se demande ce qui va arriver avec les denrées cet été ».

Chose certaine, dès le mois de mars les gens achetaient beaucoup de semences de jardins. « Ils partaient leurs semences dans la maison. La demande est devenue très forte. »

Ce dernier mentionne au passage que les producteurs au niveau des légumes, des annuels, sont tous des producteurs locaux, de proximité. « La majorité des semences et des plants de légumes qu’on vend vient de petites entreprises québécoises, des semences bio entre autres ».

Tout est en place

Jean Denis précise qu’ils avaient déjà préparé toutes les mesures pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs et celle des clients. « Que ça soit pour la distanciation et au niveau de l’hygiène, on était prêt à ouvrir. On va contrôler aussi la quantité de clients dans le magasin pour s’assurer qu’il n’y ait pas trop de monde ».

Pour le moment, il y a moins d’employés que d’habitude sur le plancher. « On essaie de recruter. Pour nous la saison la plus forte c’est au mois de mai et de juin. Je ne sais pas si on va avoir suffisamment de monde pour accueillir tous les clients et les servir. On a des employés qui travaillaient chez nous en retrait préventif pour différentes raisons, ce qui fait que des gens qui étaient chez nous habituellement ne seront pas là cette année. On essaie de les remplacer. Je mets des annonces constamment pour recruter et je n’ai pas beaucoup de gens qui se présentent ».

La main-d’œuvre

Quatre travailleurs mexicains vont venir pour prêter main-forte. « Toutes les mesures sanitaires ont été prises. Ils vont séjourner à l’hôtel en arrivant pendant 14 jours. Ils sont évalués avant de partir du Mexique, ils font un test. Au débarquement, à l’aéroport, on vérifie s’ils ont des symptômes. Ici, ils vont uniquement travailler ensemble. On va s’assurer que tout soit sécuritaire pour tout le monde, de la même façon qu’on met en place toutes les mesures qu’il faut en magasin pour protéger nos employés et les clients. Ils viennent nous aider et on les apprécie beaucoup. On a besoin d’eux. Ils travaillent fort. Certains viennent ici depuis 25 ans »

Selon Jean Denis, si on veut continuer à manger des légumes demain matin au Québec, cette main-d’œuvre est très précieuse. « Des maraichers vont réduire leur production de légumes, ce n’est pas pour rien. Sans cette main-d’œuvre, ils se sentent incapables de produire comme ils produisaient habituellement, c’est la réalité ».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.