pub de recyclage
|

Situation alarmante à la Maison Wilfrid-Grignon

Par Production Accès

Le syndicat des professionnelles en soins des Laurentides (FIQ-SPSL) s’est montré préoccupé par la situation vécue par ses membres à la Maison Wilfrid-Grignon de Sainte-Adèle, qu’il juge « alarmante ».

 

Des professionnelles en soins du CISSS des Laurentides sont allés prêter mains fortes au personnel de la résidence privée dès la semaine du 27 avril. « Elles y ont trouvé une résidence qui est totalement à la dérive : absence de direction et de gestionnaires, manque de personnel stable, manque d’informations sur les patients, manque flagrant d’entretien ménager et déficience d’équipement de protection individuel, alors qu’il y a des cas de COVID confirmés! », mentionne le syndicat dans un communiqué de presse.

Un décès lié à la COVID-19 a été confirmé le 27 avril dernier et, au moment d’écrire ces lignes, il était impossible d’obtenir le nombre exacte de cas confirmés dans l’établissement puisque le CISSS procédait à une mise à jour de son site. Par ailleurs, la direction de la résidence privée n’a pas retourné nos appels.

Une préposée infectée témoigne

Une préposée aux bénéficiaires de la Maison Wilfrid-Grignon a voulu témoigner des problèmes de gestion qui perdurent, tout en souhaitant garder l’anonymat. « Cela ne date pas d’hier, dit-elle. Nous travaillons toujours en sous-effectifs avec un manque de matériel. Il n’y a pas assez de débarbouillettes pour laver les patients. Il faut faire des brassées de lavage souvent. »

En attente des résultats du test de la COVID-19, la préposée aux bénéficiaires présentait tous les symptômes lors de l’entrevue. « Quand je suis partie, il y avait plusieurs cas dans le bâtiment, croit la préposée. Le problème, c’est qu’on ne peut pas se protéger en conséquence si on ne le sait pas. Beaucoup de membres du personnel se retirent, car ils ont peur. »

La FIQ-SPSL dénonce «un manque flagrant de consignes entourant la sécurité des résidents et du personnel» et un manque d’équipement. «Les consignes entourant le port des équipements et de l’instauration des zones rouges pour patients atteints de la COVID semblent manquantes, déplore Denis Provencher, le président par intérim du syndicat. Un thermomètre et un stéthoscope pour l’ensemble des résidents d’une zone chaude, ça n’a pas d’allure. »

« Je suis immensément préoccupé par ce que j’entends, a indiqué Denis Provencher. Je m’inquiète pour les patients et pour tout le personnel qui doit y aller! C’est hyper dangereux. On a des membres en pleurs, laissées à elles-mêmes…»

 

Un problème qui persiste

Ève Ménard (journaliste de l’initiative locale) – Un membre du personnel aussi impliqué à la ressource intermédiaire témoigne du fait qu’il s’agit d’un problème qui persiste depuis longtemps. « Cette résidence est juste un bon exemple et le virus un catalyseur de tous les problèmes que l’on accumule et que l’on cache sous le tapis depuis des années. »

Sous le couvert de l’anonymat, il déplore aussi la venue de personnel en provenance de Montréal, alors que pendant les dernières semaines, des policiers arrêtaient les gens du sud des Laurentides qui voulaient magasiner dans la région ou venir en villégiature. « Pendant ce temps-là, du personnel « essentiel » venu de Montréal passait sans encombre les barrages de police, non pour magasiner ou s’enfermer dans des résidences secondaires, mais pour aller justement là où le confinement le plus strict devait être pratiqué, là où justement les gens les plus vulnérables sont concentrés. »

« On se croirait dans un film américain avec le FBI qui arrive pour régler tous les problèmes de la police locale. Mais quand ils partiront, que restera-t-il? », se questionne-t-il.

Un bilan en hausse

En date du 30 avril dernier, Nadine Brière, mairesse de Sainte-Adèle, affirmait que 23 résidents avaient été testés positifs à la COVID-19, plus 6 personnes qui étaient alors en attente d’un test. « À ce nombre, on ajoute également d’une unité fermée 12 à 16 cas positifs. Quand on fait le calcul, rapidement on se rend compte que plus de 50% des résidents de Wilfrid-Grignon sont infectés par la COVID. » La mairesse déplorait par la même occasion, le manque de communication auprès de la population. « La résidence contient des gens, des humains, des parents dont les enfants habitent ici, dans la MRC des Pays-d’en-Haut, et ne sont pas au courant de la situation. »

Le CISSS des Laurentides nous confirme qu’en date du 5 mai dernier, il y avait :

  • 27 usagers ont été confirmés positifs à la COVID-19 
  • 14 employés ont été confirmés positifs à la COVID-19 
  • 4 décès 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

3 Comments

  1. Michelle Legault

    Jetais depuis l’ouverture de la maidon wilfrid grignion moi meme partie unité protétique de cette résidence pendant 5ans j’y est travailler comme pab. Je suis partie car déjà bien avant le covid cette résidence fonctionnais toit croche au détriment de c’est pauvre résidents!bien des choses c’est produits et quand je vois que le groupe arbec ce mes à l’égard de tout sa!je n’en reviens pas!bien des choses son caché et mal administré. .j’ai m eme des familles qui peuvent en confirmer!je suis désolé pour mes residents..mes heureuse de ne plus être au sein de cette residence..

    Reply
    • Daniel lefrancois

      Merci a vous de partagé, j’ai perdus ma mere même après plusieurs crient d’alarme, depuis le 7 février 2020 ma mere étais avec eux et j’ai du intervenir sans arrêté, imaginer les gens sans famille , Arbec j’aimerais bien lui demander en face si il laisserais sa propre mere dans son centre ??? Moi aussitôt cette crise fini j’avais promis a ma mère, je te ramène a la maison , c’est un juste un lit qui lui ont fournis ,avec aucune empathie , un lit pour ma maman j’en avais un chez moi , c’était de l’aide et des soins et de la chaleur humaine qu’on demandais!!!

      Reply
  2. Cindy

    Ancienne PAB de cette résidence j’ai quitté car c’était déjà L’ENFER j’étais la depuis l’ouverture apres 2 ans1/2 pue capable de voire comment fonctionnais cette résidence

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Événements à venir

Aucun événement restant pour Août