Crêperie À la gourmandise bretonne : Une institution à revisiter sans modération

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
Crêperie À la gourmandise bretonne : Une institution à revisiter sans modération
La crêperie À la gourmandise bretonne à Saint-Sauveur.

Puisque je raconte à tout vent que j’ai adoré mon séjour en Bretagne, entre autres pour la découverte de leurs fameuses crêpes minces traditionnelles, on me parlait de la crêperie À la gourmandise bretonne à Saint-Sauveur. À l’approche de leur 40e année d’existence, j’ai décidé de tester leurs créations!

 

Je payerais cher pour revoir nos visages quand les chefs-d’œuvre géants ont été déposés sur la table.

Nous nous sommes empressés de déguster nos plats respectifs en échangeant bien sûr quelques bouchées et en sirotant chacun du cidre St-Hil dans une ambiance sympathique et sans prétention.

Cette jolie maison familiale convertie en restaurant est le fruit d’une belle histoire d’amour qu’on peut d’ailleurs découvrir à l’arrière du menu ou encore sur le site Web du restaurant.

En bref, Carole, copropriétaire et crêpière en chef et son conjoint Jacques, homme aux multiples talents dont celui de décorateur, sont des passionnés qui, par leur souci de la qualité et de la constance et leur créativité, offrent année après année un lieu où il fait bon partager un repas copieux en famille, entre amis, ou encore en amoureux!

Alors, ne tardez plus et à vos fourchettes!

Pour info : www.creperiesaintsauveur.com

 

La Vieille chipie

Attirée par le nom rigolo et l’histoire entourant cette crêpe dessert décadente, mon choix s’est arrêté sur la Vieille Chipie : framboises, fraises, bananes, pommes et crème glacée!

Je vous laisse le soin de découvrir l’anecdote qui a permis de rebaptiser ce pur délice… à partager absolument!

Demandez à votre serveuse de vous la raconter!

 

Spécialités à partager

Pour celles et ceux qui aimeraient goûter d’autres spécialités de la maison, vous avez l’embarras du choix : entrées, soupes, fondues, raclettes et salades.

Pour arroser le tout, consultez la liste de vins d’importation privée.

 

Une technique bretonne

On dit que la crêpière Véronique crée une crêpe toutes les 40 secondes avec une dextérité hors du commun. On peut la voir à l’œuvre en plein centre du restaurant qui offre maintenant plus de 160 places assises. Traditionnellement, la pâte est cuite sur un appareil spécifique appelé bilig en breton, galetière en Haute-Bretagne, galettoire ou encore tuile. La pâte y est étalée en disque à l’aide d’un petit râteau nommé rozell, rouable ou raclette.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de