La genèse des soirées Hors-pistes ou l’histoire d’une forêt en art!

La genèse des soirées Hors-pistes ou l’histoire d’une forêt en art!
Culture

Un vieux rêve, un ouragan et deux fous solidaires. Voilà les ingrédients qui ont fait des soirées hors-pistes le succès qu’on leur connaît. Loin d’être éculé, ce concept inédit élargit ses sentiers à travers la communauté villageoise de Val-Morin. Pour Hélène et Dominique Tremblay, l’art se doit de voyager de chez eux à chez nous…
«La montagne nous a donné un espace», confie tout de go Hélène Tremblay. Intarissable, cette amoureuse des mots n’a pas de mal à les multiplier quand il s’agit de raconter l’épopée des soirées Hors-piste, un concept qu’elle et son conjoint, le violoniste et compositeur Dominique Tremblay ont mis sur pied il y a sept ans.
«Au tournant des années 2000, un ouragan estival a arraché une trentaine d’arbres sur le terrain, créant un véritable corridor dans la montagne. On n’aurait jamais osé les couper, mais quand on a regardé les dégâts, on a tout de suite réalisé l’opportunité qui nous était offerte», poursuit la poétesse, dont la voix puissante rappelle celle de Monique Leyrac et de Diane Dufresne. «J’y rêvais depuis toujours», renchérit son conjoint des vingt dernières années.

Après d’innombrables coups de pelle mécanique, un méchoui-concert livré devant une centaine d’invités et d’amis, pour la plupart collègues de travail de Dominique Tremblay, les Jean-Claude Labrecque, Gaston Miron, Janou Saint-Denis et compagnie, avaient fait l’éloge de cette soirée artistique organisée en pleine nature.

Pour avoir travaillé ardemment sur l’œuvre de Gilbert Langevin, à qui ils consacraient une semaine complète de spectacle au Jésus, le couple sentait le besoin de renouer avec leur environnement. «Cette expérience avait été éprouvante, se souvient Hélène Tremblay, d’autant plus que le poète est décédé durant la période de concerts. On voulait dorénavant amener Montréal dans les Laurentides.»

Les soirées en un clin d’œil

Les soirées hors-pistes ont lieu dans un amphithéâtre naturel à même la cour arrière d’Hélène et de Dominique Tremblay, à Val-Morin, et se déroule durant la première semaine du mois d’août. Tout au long du spectacle, les artistes évoluent dans des sentiers aménagés dans la montagne. Intimiste, l’événement accueille de 75 à 80 personnes par soir. Une série d’activités parallèles, (conférences, ateliers, tables rondes, etc) ont lieu sur le site et dans des jardins avoisinants.

L’événement jouit désormais d’une telle popularité qu’il faut réserver longtemps d’avance pour s’assurer de pouvoir assister à l’une ou l’autre de ces soirées sous les étoiles. Pour informations, visitez le www.ruedesmusiciens.com.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X