(Photo : Simon Cordeau)
Annie Cantin, artiste de verre de Saint-Adolphed’Howard, a réalisé La Volute, sa plus grande oeuvre jusqu’à maintenant.
|

La Volute dévoilée

Par Simon Cordeau

La Volute d’Annie Cantin, sculpture de verre multicolore installée sur le mur central du Centre sportif Pays-d’en- Haut, a été dévoilée vendredi, 10 juin.

« Les éléments se mettent en place », s’est réjoui André Genest, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, lors de son allocution. Il a remercié tous ceux impliqués dans la réalisation du bâtiment, dont le travail essentiel des employés de la MRC. « Je n’aurais jamais cru que le Centre sportif serait aussi compliqué dans tous ses éléments », a confié le préfet. Le Centre sportif devrait ouvrir officiellement à la mi-août.

Le préfet a rappelé que 300 artistes du Québec s’étaient portés candidats pour réaliser l’oeuvre d’art publique. « C’est mon plus grand plaisir que ce soit quelqu’un de la MRC, Mme Annie Cantin, qui ait été choisi », a déclaré M. Genest. Mme Cantin réside à Saint-Adolphe-d’Howard.

M. Genest croit aussi que La Volute plaira aux visiteurs de tout âge. « C’est la culture qui se marie avec les sports. C’est un lieu propice aux rencontres. Je pense qu’on a une infrastructure qui va durer plusieurs années. Elle sera un espace d’épanouissement pour nos jeunes, et un moteur économique pour notre région. »

M. Genest a terminé son discours en félicitant Mme Cantin pour son oeuvre. « C’est un plaisir pour les yeux. »

Le nombre d’or

Annie Cantin était visiblement émue de dévoiler son oeuvre au public. « Je suis soulagée. Je suis fière. C’est un beau moment heureux. C’est vraiment un accomplissement », a-t-elle confié en entrevue. Il s’agit de la plus grande oeuvre qu’elle a réalisée jusqu’à maintenant.

Volute P3Dans ses oeuvres, Annie Cantin s’inspire des cinq façons dont la nature s’organise : l’arborescence, les ondes, les hélices, les fractales et la spirale. C’est cette dernière qui a été l’inspiration initiale de La Volute. « Dans la spirale, il y a le nombre d’or. C’est une proportion qui se retrouve dans la nature et dans le corps humain », a expliqué l’artiste.

Les tubes rouges, orange, jaunes et mauves évoquent l’effort physique suivi du repos. « Les tubes créent une spirale, un engrenage, qui représente la puissance », a expliqué Mme Cantin. Selon l’heure et la météo, de petits miroirs au bout des tubes reflètent aussi la lumière du soleil. L’oeuvre change donc au fil du jour et même des saisons. « Elle fait le lien entre le sport, la culture et l’environnement, dans un même lieu. »

L’installation de l’oeuvre a pris huit jours, raconte l’artiste. « On veut que chaque tube soit à la bonne place, qu’il soit bien vissé. On est allé chercher des collaborateurs. Ç’a pris plus de temps, mais on ne le sait jamais d’avance. Et on ne veut pas brusquer les choses. » Les pièces de verre sont fragiles et peuvent peser une dizaine de livres chacune. Elles doivent être hissées délicatement en haut des échafauds avant d’être fixées au mur. Aucune pièce n’a été brisée durant l’installation. « Vraiment, tout a bien été », s’est réjoui Mme Cantin en riant.

Art public

La Volute a été réalisée en vertu de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics. Celle-ci réserve environ 1 % du budget de construction d’organismes publics pour réaliser des oeuvres d’art publiques qui seront intégrées au bâtiment. Depuis sa création en 1961, cette politique a permis de réaliser plus de 4 000 oeuvres, a indiqué Philippe Laplante, agent de développement culturel et touristique à la MRC.

Dans le cas de La Volute, un peu moins de 200 000 $ ont été accordés à sa réalisation.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.