(Photo : France Poirier)
Florence Desaulniers, une jeune actrice qui promet.
|

Une jeune actrice qui n’a pas froid aux yeux

Par France Poirier

En compagnie de son agente, Marie-Ève Lafond, du Théâtre Royal de Saint-Jérôme, la jeune Mirabelloise de 12 ans, Florence Desaulniers, nous parle de son rôle d’actrice.

Florence a commencé à suivre des cours au Théâtre Royal alors qu’elle avait 6 ans. Elle était timide, mais aimait jouer des personnages, se souvient Marie-Ève Lafond. « Dès qu’elle embarquait sur scène, sa gène disparaissait », souligne Mme Lafond.

Deux grands rôles dramatiques

Elle a aussi fait de la figuration dans quelques films. Mais les rôles principaux qu’elle a tenus dans les séries Sorcières et À coeur battant sont assez marquants. « Dans la série Sorcières, les cheveux m’en dressaient sur la tête. Nous avons eu une rencontre avec la réalisatrice pour nous rassurer. Elle ne voulait pas nous envoyer les scènes avant de nous expliquer comment ça se passerait », explique Marie-Ève Lafond.

En effet, dans Sorcières, elle joue Beth qui est douce et qui a peur de s’affirmer. Puis, elle subi un viol. « Ça se jouait en plein été et il y avait des scènes où je devais ramper à l’extérieur avec du faux sang sur moi. Il ya avait plein de moustiques attirés par cette substance, c’était difficile », raconte la jeune actrice.

« Pour cette scène, elle était bien entourée. Il n’y avait pas de nudité et tout était suggéré. Dans la scène l’homme passe souvent nu devant elle, mais ils ne se sont jamais croisés pour ces scènes. C’était un montage. Elle devait quand même jouer comme s’il était devant elle, alors qu’il n’y a personne devant elle », explique son agente.

Des scènes difficiles

À coeur battant a été son tout premier rôle. Elle y jouait  le rôle du personnage principale, interprété par Ève Landry, lorsqu’elle était jeune. « C’était des scènes super difficiles alors qu’elle voyait mourir sa mère devant elle. J’ai eu de la misère à la regarder. Dans la scène, sa mère est en sang et elle la prend dans ses bras. C’était très dur. Je connais Florence depuis l’âge de 6 ans, elle était une petite fille très timide et anxieuse. Je ne pensais jamais la voir exceller dans des scènes aussi dramatique », ajoute Marie-Ève Lafond.

« J’aime jouer ces scènes parce que c’est un défi, comme c’est très loin de moi. J’ai toujours aimé entrer dans un personnage et vivre son histoire et c’est facile pour moi de le vivre », ajoute l’adolescente. « Elle a fait une audition dernièrement et on a lui a demandé de pleurer. À sa sortie, sa mère croyait que ça avait mal été. Mais non, elle avait fait ce qu’on lui a demandé : pleurer », raconte son agente.

« Même si je suis timide, quand je suis sur un plateau je m’amuse parce que j’aime jouer. Les auditions c’est plus difficiles parce que je ne sais pas si j’ai le rôle encore. En audition, je fais le rôle comme je le pense et après, c’est sur commande », raconte la jeune fille.

Elle a auditionné pour un film récemment. On lui a dit qu’on penserait à elle pour un autre rôle que le rôle principal. Elle continue de passer des auditions, et selon Marie-Ève Lafond, Florence est un beau talent. Elle est à surveiller dans l’avenir !

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *