Dans l’univers de Bobby Bazini

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
Dans l’univers de Bobby Bazini
Le nouvel adélois Bobby Bazini sortira au début 2019 son nouvel opus (Photo : Pierre Manning)

Le soul dans l’âme

L’auteur-compositeur-interprète chouchou du Québec Bobby Bazini affiche déjà complet pour son passage au Théâtre du Marais, le 19 avril prochain. Il roulera sa bosse dans tout le Québec ce printemps pour faire découvrir ses nouvelles pièces.

 

À la veille de la sortie de son 4e opus très attendu de ses fans, le nouvel Adélois se confie sur sa démarche artistique et sur son amour pour sa ville d’adoption!

Que réserves-tu à tes fans avec ce nouvel album ?

J’aime penser que cet opus est en continuité avec ce que j’ai fait avant. Cette fois, je m’intéresse plus particulièrement au monde dans lequel on vit. Avec la maturité, ma vision du monde change. J’étais très inspiré et j’ai composé 60 chansons avant de sélectionner les meilleures. J’ai voulu aller plus loin dans mes réflexions et amener les gens ailleurs, les toucher à ma façon.

Où puises-tu ton inspiration ?

J’adore marcher dans la forêt près de chez moi (Mont Sauvage) pour m’inspirer. J’ai besoin d’être tranquille pour créer, c’est pourquoi j’ai un studio à la maison. J’aime aussi écrire à l’étranger. Je reviens d’ailleurs d’un séjour à Londres, ville que j’affectionne particulièrement.

Qu’est-ce qui t’a amené à Sainte-Adèle ?

Je voyage beaucoup pour l’écriture, la promo et les tournées et, même si j’aime les grandes villes, étant natif de Mont-Laurier, je m’ennuyais de l’air pur! Ma copine et moi avons eu un coup de foudre pour la ville de Sainte-Adèle et le développement en pleine nature.

Quels sont tes coups de cœur dans ta région d’adoption ?

J’aime prendre le temps de découvrir les commerces locaux. J’achète mon pain au Breadshop et j’essaie de temps en temps de nouveaux restos. Je n’ai jamais skié, mais j’aimerais m’y mettre. Je ne peux pas vraiment passer à côté de cette activité maintenant que j’habite dans les Laurentides.

Qu’est-ce que tu apprécies le plus de ton métier ?

J’adore la scène! C’est enfin le moment de voir les réactions du public en temps réel. Ma première passion, c’est le voyage et c’est génial que mon métier me permettre d’explorer le monde. J’essaie de prendre le temps de m’imprégner de chaque destination, découvrir la ville, dénicher des petits endroits sympas.

Quel genre de salle affectionnes-tu particulièrement ?

J’ai joué dans un petit café à Canmore qui m’a marqué. Tout y était parfait : l’intimité de la salle et la vue impressionnante sur les montagnes. J’apprécie de plus en plus cette proximité et cette connexion avec le public. Peut-être que j’organiserai un jour une tournée dans des salles plus intimes.

On sait que ta famille, et plus particulièrement ta grand-mère, t’a toujours soutenu. Est-ce que ça a influencé ta carrière ?

En effet, j’ai vécu avec ma grand-mère durant une bonne partie de mon adolescence et c’est elle qui m’a fait découvrir Johnny Cash que j’essayais d’imiter à la guitare. J’ai découvert le soul et j’ai façonné mon style. Ma grand-mère m’a toujours encouragé à foncer malgré ma gêne. Et du moment où j’ai tenté ma chance lors de mon premier festival en 2007, tout a déboulé très vite. Je ne crois pas que je serais rendu ici dans ma carrière sans le soutien de ma famille.

Bobby Bazini en rafale!

Quelle pièce de ton répertoire préfères-tu ?

C’est sans aucun doute « Wish you were here » sur mon 2e album. Lorsqu’on l’a enregistrée, on s’est mis à jammer à la fin et on a tellement aimé le résultat qu’on l’a gardé! En concert, la toune dure huit minutes, c’est un méchant trip et on crée une ambiance spéciale à la Radiohead ou Pink Floyd.

Quel est ton péché mignon en tournée ?

J’aime quand les diffuseurs nous offrent un petit buffet international. Avec les voyages, j’apprécie de plus en plus les goûts différents de tous les pays. Je ne peux être plus heureux que lorsqu’on me sert de l’hummus et des falafels avant de monter sur scène! (Rires)

Si tu pouvais te réincarner, ce serait en… ?

Mon chien! Sa vie a l’air le fun, il ne stresse pas et il vit le moment présent!

Qu’est-ce qu’on serait surpris d’apprendre de toi ?

Je suis un fan de jeux vidéo, Play Station 4 en particulier. Ça me permet de décrocher!

Si tu pouvais rencontrer un artiste (mort ou vivant), ce serait lequel?

Stevie Wonder. C’est un de mes artistes de soul préféré.

Info : www.bobbybazini.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de