De la jungle népalaise au camp de base de l’Everest

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
De la jungle népalaise au camp de base de l’Everest

Bernard Franke réalise un grand rêve

L’homme d’affaires agathois Bernard Franke revient d’une aventure plus grande que nature qui lui a permis de biffer un souhait important sur sa bucket list : se rendre au camp de base de l’Everest et photographier cette montagne mythique!

Le propriétaire de Franke Mercedes-Benz à Sainte-Agathe a jeté son dévolu sur le camp de base comme première expérience en haute montagne pour deux raisons : un trek au Népal était un rêve qu’il caressait depuis fort longtemps. Il y voyait également la possibilité de capter d’incroyables images, la photographie étant une passion qu’il chérit depuis plus de 20 ans.
« Il y a 15 mois, j’ai pris la décision de me lancer et de vivre cette expérience totalement hors de ma zone de confort, confie l’athlète qui a célébré ses 60 ans lors de l’expédition. Je n’avais aucune expérience de la haute montagne et pas d’équipement, mais je savais que j’y investirais toute mon énergie et mes aptitudes développées dans le domaine du sport. » M. Franke a effectivement à son actif plusieurs courses automobiles, des marathons, des triathlons, des duathlons, des courses de vélo de montagne et presqu’autant de podiums.
Il choisit l’agence Les Karavaniers pour l’accompagner dans son rêve. Il se munit de l’équipement nécessaire et se met sérieusement à l’entraînement. En plus de la musculation et de l’aérobie, il a grimpé plusieurs fois le Mont-Tremblant et a fait l’ascension du Mont Lafayette au New Hampshire.
« Je me suis aussi gavé d’information sur le sujet et j’ai lu le plus possible. J’ai aussi visionné des films et des documentaires afin d’apprendre tout ce que je devais savoir pour être prêt », précise-t-il.

Sous le charme du Népal

Au fil de ce voyage de 25 jours, dont 18 en trek, M. Franke a été charmé par la générosité et la gentillesse du peuple népalais dont l’agriculture et le tourisme sont les moteurs importants de l’économie. « J’ai été aussi attristé de voir les ravages du tremblement de terre du 25 avril 2015, dont les dommages sont encore présents trois ans plus tard. »
Grâce à une longue approche pour permettre l’acclimatation à l’altitude, le petit groupe de voyageurs a été en mesure de compléter le défi sans problème grave. « Je suis heureux d’avoir choisi une agence qui mettait toutes les chances de notre côté. Quand je voyais certains voyageurs redescendre à dos de cheval ou se faire secourir par hélicoptère, j’ai réellement compris l’importance de bien choisir son séjour et son guide. »
L’expédition n’a pas été de tout repos. La marche soutenue, parfois de nuit, le combat intérieur constant pour continuer malgré la peur des hauteurs, les petits désagréments intestinaux accompagnés à un certain moment d’une infection pulmonaire ont forcé Bernard Franke à puiser « dans tous ses tiroirs de souffrance vécue dans les sports pratiqués dans sa vie pour réussir à toujours aller de l’avant, un pas à la fois ».
M. Franke a vécu plusieurs moments forts, très émotifs et presqu’irréels: « En plus des trois points de vue de l’Everest et de l’arrivée au camp de base, je n’oublierai jamais la visite du Memorial de Scott Fischer*, la traversée du pont suspendu Edmund Hillary* et la cérémonie bouddhiste en notre honneur. »
Le photographe est encore indécis quant à la façon dont il présentera ses clichés, mais une chose est certaine, ils ne traduiront jamais à 100 % ce qu’il a vécu sur place!
De retour depuis la semaine dernière, il se dit transformé par l’expérience. « J’ai ralenti le rythme et j’essaie de prendre le temps d’apprécier les petites choses du quotidien. Je me suis beaucoup ennuyé de ma fille et je profite de passer des moments de qualité avec elle. »
M. Franke ne s’arrêtera pas là, il rêve déjà de son prochain grand projet : gravir le Kilimandjaro d’ici 2021!
*Scott Fischer est un grimpeur, alpiniste et guide de haute montagne américain décédé le 11 mai 1996 sur le mont Everest. Il est le premier Américain à avoir gravi le Lhotse culminant à 8 516 mètres d’altitude.
* Edmund Percival Hillary est un alpiniste et explorateur néo-zélandais. Avec le sherpa Tensing Norgay, il est le premier homme à avoir gravi l’Everest, le 29 mai 1953.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de