Lettre ouverte | Saint-Sauveur crie « Au secours »

Par Pierre Schneider, journaliste indépendant et résident de Saint-Sauveur
Lettre ouverte | Saint-Sauveur crie « Au secours »
(Photo : Nordy)

Lettre ouverte au premier ministre François Legault, aux ministres des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforet, de l’Environnement, Benoit Charrette, des Transports, François Bonnardel, de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, ainsi qu’à la Présidente du Conseil du Trésor, Mme Sonia LeBel.

Comme plusieurs de mes concitoyens, je désire attirer votre attention sur des faits troublants qui se déroulent dans la municipalité de Saint-Sauveur-des-Monts, dans la MRC des Pays-d’en-Haut, circonscription représentée à l’Assemblée nationale par la ministre des aînés, Mme Marguerite Blais.

Depuis que j’ai élu domicile dans le charmant et pittoresque village de Saint-Sauveur, il y a une douzaine d’années, j’assiste avec impuissance à la destruction de notre patrimoine environnemental, à l’éclosion exponentielle de maisons de ville et de condos qui semblent répondre aux politiques de la MRC de densifier la population locale, au détriment de notre environnement.

On ne compte plus les projets immobiliers où des promoteurs mercantiles font fi de toute verdure pour entasser les unes sur les autres des maisons citadines qui détruisent le cachet de notre milieu de vie.

Les infrastructures locales n’ont pas été conçues pour cette expansion démesurée et il devient de plus en plus évident que la circulation en subit des conséquences qui ne cessent d’augmenter.

Les promoteurs et les élus profitent évidemment de la pandémie, qui attire de plus en plus de citadins, pour reproduire dans notre cadre champêtre (il l’est de moins en moins) les horreurs du béton des grandes villes, sales et transversales, comme le chantait le poète…

La Covid a le dos large, voyez-vous. C’est ainsi que des assemblées de consultation citoyenne sont organisées au sujet de ces développements qui poussent comme des champignons aux quatre coins de notre territoire.

Or, on consulte dans un premier temps les promoteurs immobiliers, considérés, semble-t-il, comme les Princes contemporains de la Cité. Puis, dans un effort d’apparence de démocratie et de transparence, se tiennent, via l’application Zoom, des consultations dites publiques…qui n’attirent, bien sûr, que quelques dizaines d’intéressés. Pour y discuter de l’avenir de l’urbanisme de notre ville ! Rien de moins.

Aucun appel général et ciblé à tous les citoyens. Nenni. Seulement ceux qui ont pu s’enregistrer, via des très discrètes annonces sur une page Facebook.

Et, pour les rares intéressés, le lien n’est envoyé par le greffe de la ville que 30 minutes avant le début de la séance, comme ce fut le cas mardi le 13 avril, alors qu’on discutait de construction de maisons et condos près du Mont-Habitant.

Et, croyez-le ou non, les questions du contribuable dont je suis, sont soumises aux urbanistes municipaux par une entreprise privée (Aecom), dont la représentante, Mme Patricial Debel, décide arbitrairement des questions qui seront posées et par qui.

M’étant inscrit, mes questions sur les abattages d’arbres ont été ignorées complètement, alors qu’on s’empressait de répondre à des « anonymes » venus s’ajouter bien après mon inscription, peu après 19h30. Drôle de démocratie, avouez-le, quand une entreprise privée, vient gérer nos assemblées publiques !

Plutôt que de laisser naître et prospérer des horreurs architecturales et hérésies en urbanisme, comme le développement au bout de l’avenue Filion (où sont entassés 15 semi-détachés sans espace vert) sur un terrain qui appartenait autrefois à l’architecte Roger Taillibert et que la ville aurait pu acheter à prix raisonnable pour y perpétuer un espace d’agora citoyenne, on se sert de vos généreuses subventions pour « faire des études » dans le but de changer la vocation d’un joli petit parc du nom de Camille-Michel, déjà fort apprécié des riverains. Faut bien dépenser l’argent des gouvernements.

Décidément, dans cette municipalité où aucune opposition ne siège à l’Hôtel de ville, le chaos est en voie de s’installer en force.

Plusieurs citoyens vous demandent donc d’intervenir. Il y a urgence en la demeure.

 

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
16 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
M-J L
M-J L
3 mois

Merci a vous. Etant native de St-Sauveur, je suis révolter de ce que cela devient…..une ville dans un village….les espaces verts…..il faut construire….si vous voyez cette différence depuis 12 ans, imaginez, ce que les natifs voient…..

Michel G.
Michel G.
3 mois

M. Schneider, ce qui était bon pour vous il y a 12 est bon pour les nouveaux arrivants aujourd’hui. St-Sauveur est tout simplement un quartier riche de Mtl…

Alain Daviault
Alain Daviault
3 mois
Reply to  Michel G.

Oser porter un regard critique sur notre propre avenir comme M.Schneider, permet l’élaboration d’expression et de développer des liens solidaires entre citoyens à la recherche de solutions.

Martin Nadon
Martin Nadon
3 mois

Vous avez raison M. Schneider, la pression immobilière est énorme chez-nous actuellement. La MRC des Pays-d’en-Haut est devenue au cours des derniers mois, parmi les 104 MRC du Québec, celle dont la population s’accroit (et de loin) le plus rapidement. Il s’agit d’une situation exceptionnelle, qu’on n’a jamais connue auparavant! Sans prendre panique ni diaboliser les nouveaux arrivants, il faut tout de même faire en sorte que ce développement, aussi intense que soudain, ne se fasse pas au détriment de la nature et de la qualité de vie des citoyens qui sont déjà là… Si la MRC et les municipalités n’ont pas les pouvoirs suffisants pour contrôler la situation, Québec doit les lui donner! Il faut cependant au préalable une volonté politique des élus locaux…

https://www.facebook.com/Martin-Nadon-356133842098480

Alain Daviault
Alain Daviault
3 mois
Reply to  Martin Nadon

La vision URBAINE du groupe Gariépy permet ainsi aux prometteurs de s’y investir, sans frontière. Les seules résistances offertes proviennent des citoyens qui subissent le contrepoids municipal s’exprimant par l’absence sur le terrain au quotidien des élus et leur silence.

serge paquette
serge paquette
3 mois

c pas long de defaire une villu ou un village et ne pas passer par les citoyens dont au quebec les elites se fou des resident et pourquoi les citoyens votes encore pour les vieux politicien qui ont ete former pour defaire la seul richesse que l on trouve dans le pays d en haut vivre avec la nature fuire les espaces cimentés respirer sans smog liberté nordique

Robert Distaulo
Robert Distaulo
3 mois

Il faut intervenir merci.

Alain Daviault
Alain Daviault
3 mois

Effectivement,c’est l’action qui nourrit l’espoir d’améliorer les situations.

Patrice
Patrice
3 mois

C’est bien beau de faire des « belles améliorations » , des nouvelles constructions toutes plus belles les unes que les autres, augmenter la richesse de la « ville  » par des taxes mais…c’est pas ce qui fait qu’on choisit de vivre ici. C’est la beauté exceptionnelle de la nature qui nous entoure. C’est la qualité de l’air que nous respirons. C’est un silence (ou un bruit) qui est celui que seulement un village comme St-Sauveur nous procure. On veut un village, pas une ville. Cesser de tout vouloir tourner en or et sauvegardez la qualité de vie que procure un… village du Nord !

Monique
Monique
3 mois
Reply to  Patrice

« On veut un « village », pas une « ville» »
C’est tout à fait ça!! Il faut agir!!

Dean
Dean
3 mois

I say continue to build. Expand. Streets will come along with most infrastructure
We require more services and increased home values & growth through development does this

Unfortunately I also do not like to lose green space but I land more on the side of growth through real estate and on

Marie
Marie
3 mois

Nous habitons St-Sauveur depuis plus de 30 ans. Depuis quelques années et particulièrement cette dernière année, nous faisons le deuil de notre village, de sa quiétude, de son air pur, etc.

Marc-André Beauchamp
Marc-André Beauchamp
3 mois

Vous avez raison Monsieur. Faudra s’en souvenir aux élections prochaines. Cette administration, sans opposition, a fait son temps….Malheureusement, des dommages sont faits….Il suffit, entre autres, de voir la série de semi-détachés tous pareils, installés sur le buton et dont on voit les arrières cours sur le chemin du lac Millette entre les rues des Monts et de la Vallée et les bouts de tuyaux qui déversent leurs eaux de drainage sur le chemin. Quel désastre…..

Pascale Trottier
Pascale Trottier
3 mois

Une semaine après la tenue du conseil de ville, toujours aucune réponse aux questions posées au conseil municipal à ce sujet et que nous devions obligatoirement envoyer par écrit. Le conseil n’a pas d’opposition et agit actuellement avec un très grand manque de transparence. C’est inquiétant..

Annie Labrecque
Annie Labrecque
3 mois

Je suis de St-Sauveur aussi. J,ai les meme observations et bien entendu les meme préocupation

Robert Paradis
Robert Paradis
1 mois

Je demeure sur l’avenue Filion, près de l’avenue Desjardins au coeur des travaux de construction des 15 villas (formule condos) mentionnées dans l’article de Pierre S.., Comme dans la série The Twilight zone, dès que je regarde de ma cour arrière cet enclave ou ce ghetto, à cause des modèles de construction non créatifs et non respectueux du bâti environnant, je me sens téléporté à… Ste-Rose/Blainville/Mirabel ! Courage ! L’élection municipale aura lieu le 7 novembre. La présente administration fut élue avec seulement 33 % des suffrages, 36 % de participation au vote, et sans aucune opposition (cette dernière est active sur les réseaux sociaux). Pierre S a 8 000 abonnés à sa page Facebook et 6 000 à son compte Twitter. Je le salue bien bas, quel courage et surtout quelle…patience!