Défendre le bien-être des animaux de la région

par Françoise Le Guen
Défendre le bien-être des animaux de la région
Le 19 décembre dernier, vers 15 h 45, Linda Orefice a été témoin d’un geste de cruauté animale d’un des cols bleus de la ville de Ste-Adèle. (Photo : Linda Orefice)

Sainte-Adèle

Le 19 décembre dernier Linda Orefice revenait du  centre du village de Sainte-Adèle lorsqu’elle voit sur la rue Morin un employé municipal asséner des coups de pelle  à un cerf de Virginie pour mettre fin à ses souffrances. Outrée, cette dernière a porté plainte à la direction des travaux publics de la Ville et lancé une pétition en ligne pour forcer l’adminis-tration municipale à revoir ses façons de faire.

 

Depuis, la Ville de Sainte-Adèle a fait l’objet de critiques sur les réseaux sociaux dénonçant la façon dont le col bleu est intervenu sur les lieux de l’accident.

La pétition

La pétition vise à satisfaire à trois requêtes, afin de défendre le bien-être des animaux de la région. La première serait que la Municipalité de Sainte-Adèle impose une sanction à l’employé ayant causé la mort de l’animal, «et ce, de façon brutale et inacceptable, dépassant le cadre de ses fonctions et sans avoir fait appel à la police ou à un agent de la faune. La procédure officielle de signalement du cerf de Virginie blessé à SOS Braconnage n’a pas été appliquée par l’employé qui a tué l’animal ni par les deux autres employés de la Ville de Sainte-Adèle. Ce qui est obligatoire lorsqu’un cerf de Virginie est retrouvé mort ou blessé, conformément aux lois du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec», est-il mentionné dans le texte de la pétition.

Ensuite il est réclamé que Sainte-Adèle se dote d’un code d’éthique animale et de politiques afin de protéger la biodiversité sur son territoire. «Nous l’appelons à agir adéquatement lors d’incidents reliés aux animaux sauvages. Nous la prions d’atténuer la dégradation de leur condi-tion de vie causée par la présence humaine et la fragmentation de leur territoire naturel, et ce, en mettant sur pied des mesures pour assurer leur protection et leur liberté de mouvement, comme la création d’écocorridors pour le déplacement des animaux sauvages en quête de nourriture». Enfin, étant donné l’augmentation du nombre de collisions avec des animaux sauvages sur le territoire de la MRC des Pays-d’en-Haut, et des MRC à proximité, la Ville de Sainte-Adèle est invitée à se responsabiliser et être un précurseur en instaurant un projet de Centre de réhabilitation et d’éducation, pour accueil-lir et soigner les animaux victimes de la fragmentation du territoire due aux infrastructures et aux routes, et ce, en collaboration avec les municipalités des MRC avoisinantes, et le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Au moment d’aller sous presse, 4 439 personnes avaient signé la pétition.  Madame Orefice souligne que «Protéger la nature, la faune et ses habitants est le premier objectif de la diffusion de cet incident. Nous n’avons plus le choix dans l’état actuel de la dégradation de l’environnement de passer à l’action localement lorsque l’occasion se présente dans notre vie».

https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/nadine_briere_mairesse_ville_de_sainteadele__denonciation_de_la_mort_dun_cerf_de_virginie_tue_violemment_a_sainteadele

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de