«Déplorable!»

Par Eric-Olivier Dallard

Dans la foulée des réactions entraînées par le boycott d’Accès par certains commerçants adélois (voir à ce sujet la chronique de Josée Pilotte de la semaine dernière, toujours disponible sur www. journalacces.ca; voir aussi la page 4 de cette édition-ci), le Directeur général de la Chambre de commerce de Saint-Sauveur a tenu a lancé un message clair à la communauté adéloise.

Dans la foulée des réactions entraînées par le boycott d’Accès par certains commerçants adélois (voir à ce sujet la chronique de Josée Pilotte de la semaine dernière, toujours disponible sur www. journalacces.ca; voir aussi la page 4 de cette édition-ci), le Directeur général de la Chambre de commerce de Saint-Sauveur a tenu a lancé un message clair à la communauté adéloise.

Pierre Urquhart est cinglant à l’endroit des commerçants qui font le choix du boycott plutôt que celui de la discussion: «La liberté d’expression est un principe fondamental de nos sociétés. Je déplore fermement ces façons de faire, qui ne servent en rien la communauté de ces commerçants. Un journal comme Accès a le respect des citoyens laurentiens; les Adélois doivent être furieux que certains de leurs gens d’affaires cherchent à faire taire un média qui est près de leurs préoccupations. Il faut bien comprendre qu’un journal contribue à la vitalité d’une région et que c’est à cette vitalité même que l’on est en train de s’attaquer à Sainte-Adèle. Je sais que nos journaux régionaux sont ouverts d’esprit et qu’ils font toujours place aux opinions divergentes; dans le cas d’Accès, il l’a démontré à de nombreuses reprises au cours des dernières années. Pourquoi alors utiliser le boycott d’un média, ce procédé préhistorique qui s’apparente à la censure? Il s’agit clairement d’un manque de vision de ces commerçants de Sainte-Adèle. Se mettre un média à dos, c’est l’une des pires choses à faire pour sa municipalité…»

Pour sa part le préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, Charles Garnier, abonde dans le même sens que M. Urquhart: «Les médias ont un travail à faire et ils le font généralement bien. Mon expérience passée m’a confirmé que l’on ne se met pas un média à dos; ça ne sert à rien et c’est inefficace».

Joint par Accès, le président de la Chambre de commerce de Sainte-Adèle, Pierre Durocher, a mentionné qu’il allait consulter son conseil d’administration avant de décider si la Chambre réagirait.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de