Nouvel aménagements de la rue Principale : Des débats et des clarifications

Par Ève Ménard (journaliste de l'initiative locale)
Nouvel aménagements de la rue Principale : Des débats et des clarifications

Tel qu’annoncé dans notre dernière édition, la rue Principale à Saint-Sauveur sera réaménagée différemment et ce, pour une période temporaire, mais d’une durée indéterminée. Via une vidéo publiée sur notre page Facebook vendredi dernier, le maire, Jacques Gariépy, y est allé de quelques spécifications.

 

• Il y a un empiètement dans la rue pour un corridor piéton sur le côté nord et sud de la rue Principale et ce, des rues des Seigneurs jusqu’à de la Gare. Il y a donc le trottoir régulier et un couloir piéton sur la rue Principale, doublant la surface piétonne de ce secteur.

• Les trottoirs réguliers sont à sens unique sur les deux côté vers l’est alors que le couloir piéton est à sens unique vers l’ouest afin de faire face aux voitures.

• Les voitures circulent à sens unique sur la rue Principale vers l’est et ce, des rues des Seigneurs à de la Gare.

• La vitesse est réduite de 40 à 30 km/h sur la rue Principale étant donné que des piétons marcheront à proximité des voitures.

Ce nouvel aménagement est en vigueur depuis le samedi 16 mai, 7 jours sur 7, et ce, pour une durée indéterminée. Le maire de Saint-Sauveur rappelle qu’il s’agit d’une mesure temporaire mise en place pour assurer la sécurité avant tout.

Une pétition

Le lundi 11 mai en après-midi, une pétition a été créée par la propriétaire de la boutique Romy Elliot, Manon Delorme. Elle était appuyée en date du 18 mai 10h00 par 170 signataires. La pétition demande au maire de Saint-Sauveur et à ses conseillers de revenir sur le projet, croyant que cette idée d’une circulation routière à sens unique aura des répercussions sur l’achalandage des commerces, créant des irritants chez les consommateurs qui se déplacent majoritairement en voiture.

« Nous sommes vraiment outrés que la mairie prenne ces décisions sans nous consulter alors que c’est notre rue commerciale », affirmait Manon Delorme en entrevue téléphonique le 13 mai. « En ce moment, il n’y a pas foule, nous venons d’ouvrir et cela mettra des bâtons dans les roues à mes clients. […] Nous n’avons pas besoin de ça après deux mois de fermeture. » La propriétaire souligne qu’elle a sondé ses clients et qu’il sont « en majorité très outrés. » Elle poursuit : « Faire la rue comme ça, c’est promouvoir les rassemblements sur la rue Principale ce qui est ridicule. Cela va à l’encontre de ce que le gouvernement n’arrête pas de nous dire. »

Avant de mettre sur pied la pétition, la propriétaire affirme avoir préalablement sondé d’autres commerçants ainsi que quelques propriétaires de bâtisses commerciales. Elle soutient qu’environ 80% de ces personnes étaient en accord avec son point de vue. « L’urgence, c’est que nous fassions de l’argent pour ne pas que nous fermions. Et je suis d’accord qu’il faut faire attention. Mais nous avons toutes les mesures d’hygiène en place », indique-t-elle.

« Nous avons été élus pour prendre des décisions »

En entrevue le 13 mai dernier, le maire de Saint-Sauveur souligne avoir parlé au téléphone avec Manon Delorme avant le lancement de la pétition. « Je lui ai demandé en quoi le sens unique allait nuire à son commerce. Elle ne me l’a jamais dit directement. Elle m’a dit que ça nuirait, mais sans me donner d’explication. Je n’en connais pas d’explication. Chaque voiture aura accès au stationnement de chaque boutique, donc je ne vois pas de désavantage. »

Jacques Gariépy soutient que la décision d’élargir les trottoirs a été prise dans le but de doubler la superficie piétonne et d’ainsi rendre plus simple le respect de la distanciation de deux mètres tout en s’assurant de ne pas nuire aux commerçants. « Les commentaires que j’ai reçus de la plupart des commerçants de la rue Principale, c’est que ça ne nuira pas. »

En réponse au fait que les commerçants n’ont pas été consultés au sujet de cette annonce, le maire de Saint-Sauveur a souligné à Manon Delorme par téléphone que « parfois, il y a des décisions qui doivent être prises rapidement. Nous avons été élus pour prendre des décisions, donc on prend des décisions. »

Le réaménagement de la rue Principale a suscité de nombreux débats et plusieurs commentaires sur notre page Facebook. En voici quelques-uns.

« Bravo, vous êtes à l’avant-garde ici. En Europe, il y a longtemps que l’on a compris et que l’on continue d’augmenter la quantité de rues, avec peu ou sans voiture, et finalement les commerçants comprennent que c’est « plus rentable » et moins polluant…. » – Huguette Corbo

« Aucun problème avec le one way ! Nous sommes chanceux ici de pouvoir se stationner partout sans payer et de ne pas passer son temps à chercher une place de stationnement. Le one way n’est pas un problème ! » – Mel Francoeur

« La rue principale appartient à ceux qui payent des taxes, pas à ceux qui en imposent. Les élus oublient souvent que sans les commerçants, ils dirigeraient des villes fantômes. – Alain Duval

« Qu’il soit aimé ou non, Jacques Gariépy et son équipe ont pris une décision, à nous de s’ajuster à la décision qui est prise ! Donnera absolument rien de chialer pour chialer et je trouve trop facile de critiquer des gens qui se positionnent dans un contexte difficile pour tous. » – Yannick Pelletier

« Pas une bonne idée. Ça va être l’horreur avec les camions de livraison comme lors des travaux de la Principale. Pourquoi ne pas faire des trottoirs à sens unique comme des quartier à Montréal? » – Jean-Eric Filion

« Ridicule! Une solution qui à mon avis augmente le risque de contamination en plus de nuire à l’économie locale ! »  – Lyz Mary

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Alain DaviaultSophie RPaul TremblayLouise Fafard Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Louise Fafard
Invité
Louise Fafard

Pouvons-nous du moins empêcher les parades de voitures ou motos. C’est un chemin de campagne,
les trottoirs sont petits et l’espace pour dépasser d’autres piétons est insuffisante.

Finalement les gens se retrouvent à la place de l’Eglise pour s’y asseoir et c’est le bordel.

Les clients , les touristes doivent être conscients que nous sommes tous régis par les lois sanitaires et un contrôle des règles est essentielles

On doit tous se contrôler. Pouvons nous contrôler
du moins le nombre de personnes et de voitures.
Ce déconfinement fait peur à voir.

C’est notre milieux de vie …

Alain Daviault
Invité
Alain Daviault

Un changement d’ordre politique, sans co-orientation avec la population.Comment voulez-vous réaliser le changement public et de donner un sens à cette orientation municipale, sans renforcement du pouvoir d’agir des résidents. Certains disent que c’est une solution, le fait de passer à l’action. Pour ma part, la conscience du Maire est un facteur ambigu. Il dit vouloir protéger la population contre une plus forte contamination et il fait la promotion d’un tel projet afin d’ attirer les touristes. Malheureusement, son plan comporte plusieurs failles pouvant aggraver la santé de la population.

Paul Tremblay
Invité
Paul Tremblay

En ouvrant la ville à tous les « magasineux » et touristes de l’extérieur le maire démontre que la santé et le bien être des résidents (ceux et celles qui paient son salaire) ne sont pas ses priorités. L’attente chez IGA vendredi dernier était interminable, le taux de cas dans les pays d’en haut ne cesse d’augmenter (120% d’augmentation depuisle 4 mai, plus haut que lé région des Laurentides, plus haut que le grand Montréal et que le Québec). En encourageant les déplacements « non-essentiels » vers St Sauveur le maire augmente le risque de contagion en plus de nous rendre la vie plus… Lire plus »

Sophie R
Invité
Sophie R

Bravo monsieur le Maire et continuez comme ça! J’ai arrêté d’aller sur la rue Principale pour faire des achats, car avec des enfants et une poussette, c’était l’enfer pour circuler, parce que les trottoirs sont minuscules. Soit je bloquais le chemin des autres piétons avec ma poussette, soit je devais contourner les piétons en allant dans la rue tout en me faisant frôler par les voitures. C’était désagréable et dangereux. Si les commerçants pensent que les voitures non stop ça rapporte plus que les piétons, ils se trompent. Quand c’est agréable de se promener, on a le goût de rester… Lire plus »