Des investissements dans des actifs durables

Photo de Cynthia Cloutier Marenger
Par Cynthia Cloutier Marenger
Des investissements dans des actifs durables

Serge St-Hilaire défend son bilan à la mairie de Val-Morin

Briguant la mairie de Val-Morin pour un deuxième mandat, Serge St-Hilaire désire faire le point sur les critiques dont son administration a été l’objet de la part de ses adversaires politiques. Alors que ceux-ci dénoncent l’augmentation de la dette de la municipalité, il parle plutôt d’investissements dans des «actifs durables».

 

Selon Serge St-Hilaire, si la dette de Val-Morin a bel et bien augmenté au cours des dix dernières années, la faute en incombe aux administrations des années 1990, qui auraient laissé les infrastructures se détériorer, s’assurant uniquement que «les chemins soient déneigés l’hiver et que les ordures soient ramassées».

 

C’est pour cette raison, soutient le maire sortant, que les administrations des années 2000, soit celles de Gilles Leroux, de Diane Demers, de Jacques Brien et la sienne depuis deux ans, ont dû entreprendre des projets d’envergure, afin de mettre à niveau les infrastructures et les immobilisations municipales en piteux état.

 

Profiter des subventions

Si Serge St-Hilaire admet volontiers que les investissements relatifs à ces «projets d’amélioration» ont totalisé 12 millions de dollars, il insiste cependant sur le fait que la municipalité n’a eu à débourser que 5,4 millions de ce montant, grâce à l’octroi de subventions provinciales et fédérales. Selon lui, Val-Morin se devait de profiter des subventions accordées, au risque de les perdre.

 

Il souligne d’ailleurs que, d’après les chiffres du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Val-Morin est la municipalité des Laurentides ayant reçu le montant de subventions le plus élevé pour ses projets au 31 décembre 2011.

 

Tout ça parce que ceux-ci ont été jugés bien conçus et viables à long terme par les gouvernements.

 

De belles réalisations

Parmi ces projets d’envergure, Serge

St-Hilaire mentionne la construction du nouveau garage municipal ayant remplacé celui construit dans les années 1950, désuet.

 

Maintenant situé au complexe de la rue du Bel-Horizon, il pourra servir de centre de mesures d’urgence en cas de besoin, notamment lors de catastrophes naturelles.

 

Quant au complexe lui-même, qui abrite désormais un dépôt de neiges usées, il évitera que Val-Morin utilise celui de Sainte-Adèle, permettant ainsi à la municipalité de réaliser des économies dans l’avenir.

 

C’est en pensant à ces améliorations que le maire sortant parle d’investissements dans des «actifs durables».

 

Des projets à venir

Au chapitre de ses réalisations, Serge

St-Hilaire mentionne également des projets de plus petite envergure, mais dont les retombées positives se font déjà ressentir, et qui ont été financés par les fonds disponibles: l’agrandissement de la Petite Gare, l’aménagement des aires de jeux pour aînés, la nouvelle patinoire, l’installation de balises de vitesse Ped-Zone, etc.

 

C’est ce type de projets qu’il désire avant tout mettre de l’avant s’il est réélu, comme continuer à développer le parc Legault, tout en ne négligeant pas les enjeux plus importants, dont le branchement des égouts du secteur Belle Neige à l’usine d’épuration.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de