Des solutions qui contrent bien des maux

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval
Des solutions qui contrent bien des maux

Lutte à la pauvreté

Le Garde-Manger des Pays-d’en-Haut est un organisme de charité à but non lucratif dont la mission est de fournir des services d’aide alimentaire aux personnes dans le besoin. C’est donc par l’entremise de comptoirs alimentaires, de cuisines collectives, de lunchs dans les écoles, de bons d’épicerie de Noël, qu’il intervient. Ses services couvrent l’ensemble du territoire de la MRC des Pays-d’en-Haut soit Lac-des-Seize-Îles, Morin-Heights, Wentworth-Nord, Saint-Adolphe-d’Howard, l’Estérel, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Sainte-Adèle, Saint-Sauveur, Sainte-Anne-des-Lacs, Piedmont.

Le Garde-Manger est actif 50 semaines par année. Fermé du 20 décembre au 6 janvier, grâce à la Guignolée, les gens qui en auront fait la demande et seront éligibles, recevront un bon d’épicerie qui leur permettra de passer un Temps des Fêtes durant lequel la table sera bien ou en tout cas mieux garnie.

 

Moisson Laurentides est un organisme régional et le premier fournisseur du Garde- Manger des Pays-d’en-Haut. Il fait le tour des compagnies de produits alimentaires, ramasse leurs dons et les redistribue à quelques 85 organismes de la région… tout au long de l’année.

 

La Cuisine collective reçoit chaque semaine des personnes qui viennent cuisiner en groupes et repartent avec le fruit de leur labeur, soit cinq repas pour un montant de 12 $.

 

Moisson Laurentides est le principal fournisseur de la cuisine collective. Quant

aux marchés d’alimentation grande surface avoisinants (les IGA de Morin-Heights, Sainte-Adèle et Saint-Sauveur, les Métro de Sainte-Adèle et Saint-Sauveur et le Bonichoix de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson), ils offrent leurs surplus ou leurs marchandises fraîches bien mûres (fruits et légumes). C’est alors qu’avec tous ces produits et ceux en réserve sur ses tablettes, la coordonnatrice de la cuisine collective compose ses menus de la semaine. Avec les cotisations de 12 $ par personne, elle achète les viandes nécessaires à composer ses mets.

 

Au menu: une soupe, cinq repas variés dont un végétarien, une salade de fruits frais et un dessert. Les personnes qui s’inscrivent à la cuisine collective mettent la main à la pâte et concoctent les repas avec lesquels elles repartiront. Les inscriptions sont également acceptées pour des personnes ne pouvant venir cuisiner avec le groupe. Il s’agira alors d’être en mesure de venir chercher ses repas au moment du partage des plats. Il faut apporter ses propres contenants.

 

Jumelée à la cuisine collective existe la Soupe populaire. Ce service ouvert trois fois par semaine permet à qui le veut, dans

le besoin ou non, de venir manger un bon repas chaud et complet pour 3$ les lundi, mardi et jeudi, entre 11h30 et 12h45. La cotisation servira là encore, à remplir la caisse pour acheter d’autres denrées périssables pour compléter les menus.

 

Le comptoir alimentaire est un service qui prépare chaque semaine des sacs d’épicerie pour des gens dans le besoin, inscrits au programme. Encore une fois, Moisson Laurentides en est le fournisseur principal.

 

Chaque année, le deuxième samedi de

décembre, le Garde-Manger des Pays-d’en-Haut organise La Guignolée avec la précieuse collaboration de l’ensemble des municipalités.

 

C’est à partir des fonds ramassés, que tous les organismes ci-haut peuvent fonctionner.

(voir détails sur l’article de la Guignolée)

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de