Dolan et son équipe à Sainte-Adèle

par Françoise Le Guen
Dolan et son équipe à Sainte-Adèle
De gauche à droite, Antoine Pilon, Samuel Gauthier, Pier-Luc Funk, Xavier Dolan, Catherine Brunet et Gabriel D’Almeida Freitas, du film Matthias et Maxime.  (Photo : Ève Ménard)

Matthias et Maxime

Xavier Dolan et son équipe présentaient Matthias et Maxime, au Cinéma Pine, à Sainte-Adèle, dimanche dernier.

 

« Merci d’être là ! C’est un plaisir pour nous de venir vous présenter Matthias et Maxime. On a commencé la tournée il y a près d’une semaine et on a été comblé. Aller à la rencontre de gens chaleureux, qui étaient contents de nous voir, et qu’on était content de voir aussi est une expérience humainement vraiment le fun », a lancé Dolan au public du Cinéma Pine lors de l’avant-première.

Synchronicité parfaite pour cette présentation dont les premières images du film nous situent dans les Laurentides. « Le film a été tourné en partie au Lac Carré, à Sainte-Agathe-des-Monts, en automne. Cet endroit est un secret bien gardé. Et j’ai trouvé que la maison qui date des années 60 était parfaite. C’était on ne peut plus Québécois, mais, en même temps, il y a une sorte de quiétude », confie Xavier Dolan. Ce dernier tient le rôle de Maxime en plus d’avoir écrit, coproduit, réalisé et monté le film.

Le film

Matthias et Maxime parle de l’amour et de l’amitié à travers des moments de vie d’un gang de copains. S’adressent-ils plus aux jeunes ? « Il ne faut pas catégoriser, mais il y a quand même une aspérité du langage utilisé qui est seulement compris par notre génération, répond le réalisateur québécois de 30 ans. Peut-être que ça cible plus les gens de notre âge, mais ça peut avoir une portée universelle et multigénérationnelle. »

Son film était attendu. Le long métrage débute par une scène de soirée entre copains très colorée et drôle, qui se termine par un baiser entre deux amis d’enfance lors d’un tournage ; Matthias (Gabriel D’Almeida Freitas) qui se croit hétérosexuel, avocat, et Maxime (Xavier Dolan), qui se prépare à partir pour l’Australie. Ils commencent à éprouver des sentiments amoureux l’un pour l’autre…

Tous les niveaux de langage y sont présents, plusieurs générations et classes sociales s’entrecroisent. On y retrouve les thèmes qui sont chers à Xavier Dolan, les relations à la mère, la violence, les questionnements sexuels, mais, cette fois, il a opté pour un nouveau style de réalisation et de rythme, une nouvelle façon d’écrire et de filmer. Un film qui part en force, avec de magnifiques scènes, comme celle de la baignade de Gabriel D’Almeida Freitas, dans le lac, mais souffre de certaines longueurs. Dolan explore. Ça crie, ça plaisante entre deux joints, ça se calme, ça change de rythme. Dolan a, cette fois-ci, presque frôlé la perfection…

Il a choisi de se consacrer maintenant sur son métier d’acteur. « Il me reste encore des choses à explorer comme réalisateur, mais j’ai trente ans et je ne jouerai pas un père quand je vais avoir 40 ans ! Je ne me projette pas dans ce genre de rôle. Je ne serais pas le coach de soccer non plus ». Le film prendra l’affiche au Cinéma Pine et au Cinéma Carrefour du Nord  le 9 octobre.

L’histoire

Deux amis d’enfance s’embrassent pour les besoins d’un court métrage amateur. À la suite de ce baiser d’apparence anodine, un doute récurrent s’installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, bouleversant l’équilibre de leur cercle social et, bientôt, leurs existences. 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de